Dimanche 22 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

20e Session du Conseil d’administration du Palais de la culture : Pour la valorisation et la promotion de notre culture

Avec à son ordre du jour, l’adoption du programme d’activités et le projet de budget pour l’exercice 2018, le Palais de la culture Amadou Hampâté Ba a abrité le mardi 6 mars 2018 la 20ème session ordinaire de son Conseil d’administration, sous la présidence du ministre de la Culture Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo.

C’était en présence d’Abdoulaye Diombana, Directeur général par intérim du Palais de la Culture et des autres administrateurs de l’établissement. Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la Culture, a commencé par saluer les administrateurs du Palais pour les conseils, les orientations éclairées et les contributions de qualité qui ont hissé l’établissement, « au niveau de performance qui est le sien aujourd’hui et qui lui permet de répondre convenablement aux attentes, aussi bien des populations que des pouvoirs publics ».

Elle n’a pas manqué de rappeler le rôle éminemment important que joue le Palais de la Culture Amadou Hampâté BA dans le processus de valorisation et de promotion de notre culture. Ainsi, dit-elle, le palais « participe à la création, à la diffusion des œuvres artistiques et culturelles, offre aux usagers des cadres de rencontres, tels que les conférences, les ateliers, grands meetings, mais aussi, des cadres appropriés de formation et d’expression artistique et culturelle ».

En effet, indique-t-elle, « depuis la suspension des activités du CICB, pour raison de travaux de réhabilitation, le Palais de la Culture abrite, à la satisfaction générale tous les grands  évènements de la capitale ». Il s’agit entre autres, de la Conférence d’entente nationale qui a accueilli plus de 2000 participants, la Biennale artistique, le forum de l’éducation, le forum national sur la santé et d’autres évènements culturels.

Pour elle, les performances réalisées par les formations nationales dans la production, la diffusion et la représentation, à savoir l’Ensemble instrumental, le Ballet malien, le Groupe dramatique, le Badema national sont aussi à saluer. Il ressort des documents que  le Palais  pendant l’exercice 2017, malgré la conjoncture difficile, a enregistré des résultats encourageants. Pour Mme la ministre de la Culture et s’agissant de l’exercice 2018, elle soulignera qu’il s’annonce sous de bons auspices. Cela, dit-elle, avec l’espoir d’un accroissement des performances, comme l’attestent le programme d’activités et le budget prévisionnel qui s’élève en recettes et en dépenses à la somme de 982 millions 69 mille FCFA.

Ce budget se répartit comme suit : la subvention d’Etat  avec 334 millions 719 mille FCFA contre une dotation de 354 millions 440 mille FCFA  en 2017, soit une régression de -0,5%. En ce qui concerne les ressources propres, les recettes atteindront 147 millions 350 mille FCFA, contre une prévision de 143 millions 80 mille 224 FCFA en 2017,  d’où une augmentation de 4 millions 269 mille 776 FCFA avec un taux de progression  de 2,89%.

 

Quant au budget spécial d’investissement, il est de 500 millions de  FCFA contre une dotation de 700 millions de  FCFA en 2017, soit une diminution de 200 millions de  FCFA avec un taux de régression de-0,4%. A retenir enfin qu’au cours de cette session, les administrateurs ont fait des recommandations pour donner de  meilleures orientations aux actions du Palais de la culture.

Béchir Ben Haidara

Source: La Nouvelle Patrie

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018