Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

2ème édition de la campagne des femmes musulmanes autour des valeurs familiales : « L’effritement des valeurs de la cellule familiale devient inquiétant »

25 associations de femmes musulmanes ont organisé une conférence de presse pour informer l’opinion nationale et internationale de l’organisation dans les 6 communes de Bamako de nombreuses activités afin de renforcer l’éducation dans les familles. C’était dans la Mosquée Almuntada à l’ACI 2000.

L’effritement des valeurs de la cellule familiale devient inquiétant. L’éducation qui était le socle, la source des valeurs humaines dans notre pays s’est aussi effondrée. C’est fort de ce constat que des associations de femmes musulmanes, après la réussite d’une première édition, ont jugé nécessaire de poursuivre cette campagne à Bamako et environs, a dit la présidente Ba Diallo. En prenant la parole la première, Mme Yattabaré Ami Diawara, a fait savoir que compte tenu de nos valeurs traditionnelles, islamiques et culturelles, leur objectif est de porter la bonne parole aux familles à travers de grandes conférences, des séminaires de formations pour les femmes, les hommes et les jeunes. Selon elle, les radios, les télés seront mises à contribution pour porter leurs messages, leurs slogans, leurs banderoles et affichages sur l’éducation au sein de nos familles. Du 3 au 31 mars 2018, cette campagne se passera dans beaucoup d’endroit comme le centre AFES, le centre MUSO DAMBE, le Centre FIRDAOUS, le Centre Fatoumata Coulibaly, le Centre Sébéninkoro etc. Des causeries débats auront lieu avec la participation de toute la population sur l’éducation dans nos familles et le tout sera sanctionné par une caravane à travers les environs de Bamako. La présidente Ba Diallo a, quant à elle, rappelé les valeurs qui incarnaient nos familles. Selon elle, notre société est malade car l’individu n’occupe plus la place qui est la sienne dans nos familles. Elle dira que nos familles sont en perte de repère morale, de valeurs qui fondent les ressources humaines. Elle dira que sans une bonne famille, il n’y a point une bonne société et l’avenir est menacé. Pour elle, le pays ne pourra sortir de cette situation tant que nous n’avons des hommes de qualité, de femmes de qualités et de jeunes de qualités. Et, cette stabilité que nous cherchons passe par une bonne éducation, a-t-elle fait savoir. Elle a évoqué les difficultés endurées dans nos établissements scolaires, dans nos universités qui, selon elle, doivent interpeler ceux qui veulent l’amour retourne entre individus dans nos familles, dans le pays. Les activités qu’elles vont mener ont été financées par leurs propres cotisations à hauteur de 15 millions de FCFA. Ces femmes engagées entendent occupées au moins une centaine de mosquées de Bamako pour faire des prêches et 50 centres pour faire des débats, des séminaires auront lieu dans les écoles publiques et privées. Enfin, la présidente a appelé l’ensemble des hommes des médias à se mobiliser pour la réussite de cet événement. Elle a rappelle que c’est la réussite de la première édition qui les a motivé à organiser cette deuxième édition car la première les a permis de sauver 7 mariages.

Fakara Faïnké

Source: Le Républicain

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018