Mercredi 17 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Abdoul Berthé, commissaire général du FICAWA : « Nous avons prévu beaucoup d’innovations pour cette 5ème édition »

La 5ème  édition du festival international des arts et de la culture du Wassoulou  ‘’les nuits du Kamalen N’goni’’ se tiendra du 5 au 8 avril prochain à Yanfolila. Dans un entretien qu’il nous a accordé, le commissaire général Abdoul Berthé nous a livré le programme et parlé des innovations.

Du 5 au 8 avril prochain, la 5ème édition du Festival International des Arts et de la Culture du Wassoulou (FICAWA) se tiendra à Yanfolila. Les préparatifs vont bon train. Le commissaire général, Abdoul Berthé  promet beaucoup d’innovations cette année.

Selon lui, pour cette édition, le FICAWA  a signé un contrat de collaboration avec le Conservatoire des Arts Multimédias Balla Fasséké Kouyaté. Et  ses cinq sections à savoir la danse, le théâtre, la musique….. feront des prestations.

D’après le principal organiseur Abdoul Berthé, la section théâtre viendra  faire une prestation sur l’impact de l’orpaillage sur le développement socio-économique et l’éducation.  Mais aussi, la problématique de l’immigration dans la zone du Wassoulou sera débattue.

Par ailleurs, Abdoul Berthé a fait savoir que le FICAWA recevra une forte délégation du réseau des opérateurs et acteurs culturels  du Mali ‘’Kia’’.

« Il y a des nouveaux groupes folkloriques qui vont prester cette année. Il y aura sept groupes de Yanfolila en provenance des communes rurales qui seront au rendez-vous », a-t-il indiqué.

« Dans le cadre de la programmation des orchestres modernes, nous sommes  en pourparlers avec beaucoup d’artistes du Wassoulou et aussi des artistes de renommée internationale. Le festival du Kamalen N’goni s’ouvre aussi aux orchestres modernes en plus d’être traditionnel », a-t-il ajouté.

Outre la musique dit-il, il est aussi prévu au programme, des expositions et ventes d’articles artisanaux avec environ 200 stands.

« Nous inviterons aussi les sociétés qui évoluent dans le domaine des  engrais et toutes celles qui évoluent dans le secteur agricole. Car nous sommes dans une zone agricole », nous a-t-il confié. Avant de préciser que le festival sera clôturé par les visites des sites touristiques de Kalana, Badogo, Kabaya. Et d’ajouter que l’accès sera conditionné aux bracelets et non des tickets comme les éditions précédentes.

« Nous avons eu l’adhésion des élèves et étudiants des 12 communes rurales du Wassoulou qui feront partie de la commission d’organisation.  L’aspect hébergement sera pris en compte. Quelques stands seront mis à disposition des officiels. C’est l’image du Wassoulou qui est en train d’être vendue. Quand ça se passe bien, il y aura encore beaucoup de bénéfices », a-t-il soutenu.

Pour lui, la population doit se préparer en conséquence pour accueillir cet évènement pour saisir les opportunités. Car c’est une semaine d’activités intenses et de commerce.

 « Ce festival n’est pas fait seulement pour les Maliens mais pour toute la population internationale. Nous continuerons à l’améliorer pour l’intérêt de  tout le monde. Pour moi, c’est la population qui gagne. Je demande à la population de Bamako, du Wassoulou et de la région de Sikasso de venir nous soutenir massivement pour cet évènement culturel surtout les élus du Wassoulou….. », a-t-il lancé.

Aoua Traoré

Source: Le Tjikan

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Remaniement

16 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Le PDCI tient son Congrès extraordinaire

16 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018