Mardi 16 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Biennale spéciale Bamako 2017 : La cohésion sociale renforcée

Pendant sept jours de compétition, toutes les régions du Mali ont démontré leur compétence par des chants et appels à la paix et à la cohésion sociale, sous les couleurs nationales, au Palais de la Culture Amadou Hampâté Bah, pour un Mali un dans la diversité.

Placée sous la présidence du Chef de l’Etat, son Excellence Ibrahim Boubacar Keita, la biennale spéciale Bamako 2017 a fermé ses portes, le dimanche 31 décembre dernier au palais de la culture Amadou Hampaté Bah, après une semaine d’activités artistiques et culturelles.

L’édition a été un succès dans la mesure où ses objectifs visés ont été atteints, à travers la présence d’un Mali pluriel. Tous les participants ont appelé à la paix, à la cohésion sociale et au pardon, qui sont aujourd’hui les préoccupations  du président de la République.

Après la délibération, et la proclamation des résultats du classement général par le jury, la région de Tombouctou est classée première avec 96 points. Elle est suivie du District de Bamako, 95 points et en enfin de la région de Kidal avec 86 points.

S’adressant à la jeunesse malienne, lors de la cérémonie de clôture, le Président IBK a manifesté son enthousiasme quand il  a dit ceci : « La mission est accomplie. Soyez les ambassadeurs de la paix à votre retour ».

Visiblement très ému de retrouver ensemble le peuple, le Président IBK,  a exprimé sa satisfaction « de voir tout le Mali autour d’une préoccupation majeure de notre pays qui est la paix et la réconciliation nationale ».

 « Rarement, notre pays aura apprécié un rendez-vous national de Kidal à Ménaka. Cela fait beau à voir le Mali au complet dans la communion à un moment où chaque enfant du pays a pris sa part lors de cette biennale spéciale pour montrer la diversité culturelle », a déclaré Ibrahim Boubacar Keita. Avant de renchérir : « Ce solo a failli m’arracher les larmes. Souvenons-nous des leçons de cette biennale à savoir qu’ensemble, on peut déplacer une montagne. Et si nous voulons devenir une grande nation, nous devons nous unir et, ensemble, nous gagnerons ».

C’est dans la joie totale que la Biennale Spéciale Bamako 2017 s’est achevée avec jeunes, téméraires qu’ils ont été, pour avoir chanté la paix et la cohésion nationale sous le drapeau vert, or et rouge flottant chaque nuit dans la salle Bazoumana Sissoko pour renforcer notre amour pour la Patrie.

Cette biennale fut un pas décisif vers la paix et la réconciliation nationale. Elle s’est  achevée avec une très grande satisfaction des hautes autorités du pays.

Il faut rappeler que son excellence Ibrahim Boubacar KEITA était accompagné de son nouveau Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga, les présidents des Institutions de la République et plusieurs membres du gouvernement dont le ministre de la Culture, N’Diaye Ramatoulaye Diallo.

Vivement la prochaine édition.

 Mahamadou Sarré, Stagiaire

Source: L'Observatoire

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018