Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

La fête du 31 décembre : Détour pour les filles

La Saint sylvestre communément appelé au Mali « le 31 décembre » est une fête privilégiée des jeunes garçons et filles. On assistait au lendemain de cette fête à des coups et blessures chez les jeunes filles de la part des mecs pour les avoir faussés compagnie, des histoires de « plaquer son copain », c’est-à-dire les mettre le lapin.

Depuis quelques années,  cette tendance a changé de camp, c’est les filles  qui sont victimes de cette pratique.

Le 31 décembre,  dernière fête de l’année, est l’occasion pour les jeunes garçons de fêter cela en communion avec leurs dulcinées.  Lors de la célébration de cette fête, c’est les garçons qui sont en général les victimes, ils payent toutes les accessoires des filles espérant sortir avec elles mais à la dernière minute beaucoup se voit trahir par leurs reines. Cette pratique commence à changer depuis quelques années, les filles se voient « plaquées » à la place des hommes. Il faut reconnaitre que les filles sont à la base de ce changement de tendance.

Oumou Konaté, étudiante: «  Les garçons ne courent plus derrière les filles, maintenant  c’est  plutôt les filles qui courent derrière les jeunes garçons. Il y’a beaucoup de filles qui se voient « plaquer » le jour de la fête, car les garçons ont plusieurs copines maintenant et c’est aux filles de se battre pour être l’élue de la nuit du 31 décembre ».

Pour Aminata Koné, étudiante, « avant pour avoir une copine, c’était très difficile,  ce n’est plus le cas maintenant. Les filles sont devenues l’esclave de l’argent, conscient de cela les garçons font le malin et se permettent même de « plaquer » plusieurs filles sans se soucier de l’après fête ».

« Le 31 décembre ne se fête plus comme avant, les garçons ne se fatiguent plus pour être accompagnés, ils préfèrent aller se souler que d’être accompagnés. Ils ont trop souffert, c’est leur tour de vengeance », s’indigne Alima Diakité, une vendeuse.

Fousseyni Sembara,  footballeur de son état : « Les filles sont à la base de cette évolution, à force de nous  « plaquer »,  on a su  se défendre en cherchant de l’argent qui les attire. Tant que tu as de l’argent,  tu peux te permettre de « plaquer » une fille sans conséquence, elle reviendra toujours à cause de l’argent ».

En tout cas, la fête qui s’approche à grand pas,  espérons qu’il y ait moins de « plaqués » dans les deux camps.

Moctar Dramane Koné,  Stagiare   

Source : L'Indicateur du Renouveau  29 Déc 2017

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018