Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

BAC 2017: Le ministère de la Culture joue sa partition dans l’application de l’Accord de paix

Après de multiples reports de l’organisation de la Biennale culturel et artistique spéciale de Bamako, l’événement voit enfin le jour. C’est tout le Mali qui se trouve représenté à Bamako pour relever le défi de la réconciliation et de la paix. 

Le ministère de la Culture à travers N’diaye Ramatoulaye Diallo joue là sa partition  dans le processus de la paix et de la réconciliation à travers l’organisation de cette rencontre multiculturelle qui figure au cœur de l’Accord d’Alger.

Malgré les coups portés à son organisation sous le règne du chef du gouvernement Modibo Kéita,  le ministre N’diaye Ramatoulaye Diallo et sa commission d’organisation  ont su résister à toutes les tempêtes pour que ce jour soit.  Reportée deux fois, la Biennale spéciale de Bamako se déroule actuellement dans la capitale et cela grâce au dynamisme du chef du département de la Culture, un événement qui figure au cœur de l’Accord d’Alger. Il s’agit à travers cette activité culturelle de brassage de réunir les Maliennes et les Maliens autour de deux symboles : la réconciliation et la paix.

Pour les acteurs culturels : « Il n’y a pas plus rassembleur que la Biennale pour ceux qui connaissent la valeur de cette activité qui a vu le jour depuis l’Indépendance. Nous n’avons rien contre  qui que ce soit mais la Biennale culturelle fait partie du processus du retour de la paix et c’est écrit noir sur blanc dans les textes de l’accord de paix. Le retour de la Biennale constitue aujourd’hui un facteur de cohésion sociale avec son brassage culturel de tout le Mali ».

En tout cas, le département de la Culture est en train de relever le défi de l’organisation après une belle réussite de la cérémonie d’ouverture et des compétitions en cours qui drainent chaque soir des milliers de spectateurs. L’innovation cette année et saluée par les populations est la prestation des troupes dans les différentes communes de la capitale en dehors du lieu  des compétitions la salle Bazoumana Sissoko du Palais de la Culture Amadou Hampâté Bâ. Une façon d’apporter le message de la paix et de la réconciliation au peuple malien qui aspire à la fin de cette crise imposée à notre pays comme l’a rappelé l’ancien président de la République, Amadou Toumani Touré, de retour de l’exil à Dakar.

Il faut noter que, la dernière Biennale remonte à 2010 à Sikasso.

O.D.      

N’diaye Ramatoulaye Diallo

Source: L'Indicateur du Renouveau

   

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018