Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Biennale artistique et culturelle : C’est parti pour une semaine de festivités

De par son caractère particulier, l’édition de cette année est dite spéciale, parce qu’elle devrait contribuer pour le retour de la paix.

Ce grand rendez-vous culturel s’annonce comme une tribune permettant de restaurer la paix, la cohésion sociale en un mot le vivre ensemble entre toutes les filles et fils de ce pays

Cette biennale artistique et culturelle qui mettra en compétition durant une semaine, toutes les régions y compris Taoudénit, Ménaka, le District de Bamako a démarré le dimanche dernier, au Stade Omnisports de Bamako. C’était à l’occasion d’une cérémonie officielle de lancement, présidée par le chef de l’Etat, SEM. Ibrahim Boubacar Keita, en présence de l’ancien président, le Pr Dioncounda Traoré, du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maiga et plusieurs membres du gouvernement.

De par son caractère particulier, l’édition de cette année est dite spéciale, parce qu’elle devrait contribuer pour le retour de la paix.  C’est pourquoi, au-delà, de la participation traditionnelle des différentes régions du pays, elle a enregistré la jeunesse malienne de la diaspora à travers les Maliens de l’extérieur, ainsi que l’Association des personnes vivant avec un handicap.

Après un hommage rendu à l’initiateur de ce rendez-vous culturel de notre pays, qu’est le défunt président Modibo Keita, IBK dira que la biennale est un festival. Selon lui, le président Modibo Keïta était pétri de valeurs culturelles, morales et physiques. Partout où il a servi, il avait l’ambition d’organiser la jeunesse à travers des activités culturelles et sportives. Et le président de la République d’ajouter que cette manifestation culturelle et artistique contribue à célébrer son prédécesseur à travers le pays.

Auparavant, la ministre de la Culture, Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo, dira que la biennale artistique et culturelle résonne comme un creuset véritable des valeurs de cohésion sociale. « La Biennale artistique et culturelle, ce n’est pas seulement la culture comme on voudrait l’entendre. La Biennale artistique et culturelle ce n’est pas seulement la compétition entre les régions, comme on voudrait le faire croire. La Biennale artistique et culturelle ce n’est pas que la fête du folklore malien. Mais en même temps, la Biennale, c’est à la fois tout ça” », a souligné, le chef de département en charge de l’organisation de l’édition spéciale de Bamako. Près de 800 participants prennent part à cette manifestation a t-elle révélé.

Le maire de la commune II du district de Bamako, Cheick Abba Niaré, en qualité de l’hôte du jour se dit très content du retour de la biennale. A ses dires, elle sert de moment de communion et de cohésion sociale entre un peuple qui a en partage la même aire géographique. « Par l’organisation réussite de cette édition spéciale, le peuple malien vient de prouver sa grande capacité à rester débout » a estimé le maire. De même, selon lui, IBK a gagné son combat pour la réconciliation nationale.

Notons que cette cérémonie de lancement a été aussi marquée par le défilé de toutes les délégations et la prestation des artistes et humoristes.

Source: 22 Septembre

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018