Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

L’alcoolisme : À quand le retour de la dignité au Mali ?

La dignité est l’une des valeurs cardinale que nous devons garder comme souvenir légué par nos descendants. Mais aujourd’hui, elle ne fait plus partie des priorités de la jeunesse Malienne.

C’est pourquoi, il serait nécessaire de faire un retour à nos sources afin de tirer profit de notre identité culturelle et de nos valeurs sociétales pour savoir qui nous sommes.

De nos jours, dans un pays considéré à 95 % de musulman, l’alcoolisme est en train de gagner du terrain. Sa consommation est qualifiée par les jeunes de nouvelle civilisation. Face à cette perdition de notre jeunesse, considérée comme l’avenir de la nation, nous attirons l’attention sur le danger de l’alcoolisme afin que la société regagne ses valeurs d’antan. La jeunesse, aujourd’hui, ignore les vraies raisons de son existence et s’adonne abusivement à l’alcoolisme. Auparavant, il y avait un nombre bien restreint d’ethnies qui était reconnue comme consommateur de l’alcool au Mali. Parmi ces ethnies, il y a  les bambaras, les sénoufo etc… Et cela là, dans le plus grand respect et la discrétion.

Mais le comble est qu’aujourd’hui, nous pouvons plus faire la distinction entre ceux qui sont d’ores et déjà connus comme les consommateurs d’alcool et ceux qui n’y pratiquaient pas. Quand on constate que des ethnies comme les Sarakolé, les sonrhaï, les peulh, les malinké de boire l’alcool, on ne peut pas ne pas s’interroger. Les enfants de nos religieux ne sont pas épargnés de cette situation alcoolique déplorable. De surcroît, le faite d’être un buveur d’alcool est devenu une fierté pour la jeune génération.  Certains rappeurs maliens font le plébiscite la boisson alcoolisée et d’autres stupéfiants. Parmi ceux-ci, il y a Gaspi avec son titre “Dableni “qui signifie le jus de bissap mais qui fait référence à l’alcool et Calibre 27, un groupe de rappeur qui chante “I fa”,  dans un jargon qui incite les jeunes à la consommation de la bière.

Le plus nocif de ces rappeurs est Iba Montana qui incite la plus jeune génération vers les excitants les plus dangereux. Il est déplorable de constater que nos traditions et nos valeurs sociétales sont en plein perdition, au vu et au su du ministère de la culture.  Tous ces actes néfastes qui mettent  en péril la culture malienne se font perpétuellement et personne n’a eu le courage de freiner.

Des artistes  comme Salif Keita, Mangaka, Bako dagnon ont fait la promotion de la culture malienne et ont toujours dénoncé la consommation de l’alcool. Mais nouvelle génération,  quant à elle encourage le contraire.

Fousseni KONE

Source: Le Confident

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018