Dimanche 19 Août 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

TOMBOUCTOU : Des détenteurs de manuscrits anciens pressentent un commerce illicite

Derrière les projets et autres activités autour des manuscrits anciens de Tombouctou se cache un véritable commerce illicite. Des détenteurs de ses écrits de la ville sainte ne décolèrent pas.

Très prisés, les manuscrits de Tombouctou font l’objet d’un commerce illicite. Et de plus en plus des voix commencent à s’élever pour demander la fin de la spéculation autour de ce trésor intellectuel. Qui sont les auteurs de cette nouvelle forme de commerce ?

Le constat est amer : le commerce illicite autour des manuscrits se fait à Bamako et ailleurs sans les véritables détenteurs de ce patrimoine de la Cité des 333 saints. Pour masquer leurs activités purement lucratives des manuscrits, ils ont misé sur des méthodes plus intelligentes et louches. En premier lieu, les acteurs du commerce des manuscrits montent des projets censés être en faveur des familles propriétaires du sésame.

Ensuite, des forums, séminaires et autres activités sont organisés à Bamako et dans le reste du monde. Pis, sous le couvert de l’insécurité dans le Nord, des manuscrits sont transférés de Tombouctou à Bamako. Et le tour est joué : les manuscrits, jadis patrimoines de la ville mystérieuse, deviennent des simples marchandises entre les mains d’une poignée de personnes à Bamako.

L’indignation des détenteurs

Pour mieux comprendre cette activité, nous avons approché des détenteurs à Tombouctou qui ne cachent plus leur mécontentement. "Nous sommes arrivés à la conclusion que la conservation des manuscrits à Tombouctou n’arrangent plus certaines personnes, en particulier même des ressortissants de la ville", lance sous couvert de l’anonymat un membre d’une famille détentrice de manuscrits.

Et un autre d’ajouter avec déception : "Au départ, nous avons cru à la démarche de transférer les manuscrits à Bamako mais aujourd’hui, nous avons compris que c’était plutôt un prétexte pour certaines personnes d’avoir une mainmise sur notre héritage. J’avoue que nous sommes déçus du traitement réservé à ces manuscrits de nos jours. Ces écrits ne sont pas à marchander, ils font partie de notre culture et colorent la vie cultuelle de la cité".

Le premier transfert des  manuscrits de Tombouctou a commencé lors d’un symposium organisé en 2001 à Bamako. A cette occasion, une bonne partie de la documentation était restée dans la capitale.

A cause de la crise sécuritaire, une quantité très importante a été également transférée à Bamako et même à l’extérieur, sans la collaboration des détenteurs. Dans cette affaire qui, visiblement apporte beaucoup d’argent, des interrogations demeurent sur le rôle joué par l’Etat notamment l’Institut Ahmed Baba.

A Tombouctou, les familles détentrices s’interrogent sur l’avenir des manuscrits et surtout les nombreux en cours en faveur du secteur.

A suivre !!!

Alpha Mahamane Cissé, de retour de Tombouctou

Source: L'Indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Abdoulaye Konaré, malien de l’extérieur, à propos du second tour de la présidentielle au Mali : « Si les maliens acceptent ce résultat fabriqué au nord, nul doute qu’IBK se fera remplacer en 2023 à la tête de l’Etat par son Karim Keita »

Blog

L’irrécusabilité du juge constitutionnel : Vers la naissance d’un Dieu au Mali !

« Le juge, gardien de la règle de droit, pacificateur social, protecteur des droits, régulateur des institutions autant de qualificatifs que l’on puisse accorder à un être humain fort et fragile fait de ténèbres, d’orgueil et d’erreurs

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi un facilitateur ? (rediffusion)

17 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Ibrahim Boubacar Keïta réelu

17 AOût

© Dépêches du Mali 2012 - 2018