Mercredi 13 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mariage précoce au Mali : 55% des filles se marient avant l’âge de 18 ans

Au Mali, encore 55% des filles se marient avant l’âge de 18 ans et 15% avant 15 ans. C’est ce qui ressort de la campagne de web activisme autour des problématiques du mariage des enfants et des mutilations génitales féminines.

Pour lutter contre ce phénomène, le consortium des ONG Sustainable Opportunities for Rural Organizations (SORO), FAWE/Mali et Wale Action Santé Population, en collaboration avec Oxfam, a initié un programme dénommé : «le mariage n’est pas un jeu d’enfants » dont l’objectif est d’informer et de sensibiliser les défenseurs des droits des enfants et les décideurs politiques, religieux et coutumiers sur le danger du mariage précoce des filles.

Le chemin est encore long pour les défenseurs des droits des enfants pour l’éradication définitive du mariage précoce au Mali. Les statistiques révèlent encore que 55% des filles se marient avant l’âge de 18 ans tandis que 15% sont mariées avant 15 ans. Ces chiffres ont été confirmés par Mme Aïssata Bocoum, présidente du conseil consultatif national des enfants et jeunes du Mali (CCNEJ-MALI), lors du lancement de ladite campagne sur la problématique du mariage des enfants et des mutilations génitales féminines.

Aujourd’hui, cette pratique constitue un véritable problème qui freine l’épanouissement des filles et viole le droit des enfants. « Le centre de l’Afrique de l’Ouest représente aujourd’hui le taux de prévalence du mariage des enfants le plus élevé sur le continent. Et, le Mali occupe la 5ème place avec un taux de 55% », a précisé Mme Aïssata Bocoum.

Face à cette situation, le consortium des ONG Sustainable Opportunities for Rural Organizations (SORO), FAWE/Mali et Wale Action Santé Population, en collaboration avec Oxfam, entend jouer sa partition à travers le programme dénommé: «le mariage n’est pas un jeu d’enfants ». Les responsables de ce consortium s’engagent à informer et à sensibiliser les décideurs politiques, religieux et coutumiers en vue de les amener à respecter les droits des enfants, à travers également le respect de l’âge légal du mariage fixé à 18 ans.

Le respect de l’âge du mariage, permettra sans nul doute aux filles d’être scolarisées et d’éviter les maladies liées à la reproduction. «Autre conséquence de cette pratique néfaste, aujourd’hui, c’est le taux d’alphabétisation des filles qui ne représente plus que 24% », a déploré la présidente du CCNEJ-Mali.

En attendant que les décideurs politiques, religieux et coutumiers ainsi que les parents s’engagent à faire de la scolarisation des filles un droit absolu, les défenseurs des droits des enfants doivent encore multiplier d’efforts.

Ousmane Ballo

Source : Le Challenger  25 Nov 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

A quoi servent les sommets ?

13 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Togo: vers un dialogue?

13 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017