Jeudi 23 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Cherif Ousmane Madani Haïdara : « J’avais failli renoncer à ma paternité du mois de la solidarité »

Après un mois d’activités à travers tout le pays, le parrain national de la 23ème édition du mois de la solidarité et de lutte contre l’exclusion sociale, Cherif Ousmane Madani Haïdara non moins vice-président du Haut Conseil Islamique du Mali était devant les hommes de média dans la matinée du samedi 11 novembre à la Maison de la presse afin de présenter son bilan. Occasion saisie par le président des ‘’Ançardines’’ de faire le bilan de cette présidence de ce mois initié par les autorités publiques, présidence qu’il aurait voulu, au départ, refuser.

Initié depuis 1995, notre pays vient de célébrer la 23ème édition du mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion sociale. Pour piloter les activités le choix des plus hautes autorités cette année s’est porté sur le guide spirituel des ‘’Ançardines’’ Cherif Ousmane Madani Haïdara. Un honneur auquel il a failli renoncer, selon lui même.

Après les salutations et les remerciements d’usage, Cherif Ousmane Madani Haïdara dira que plusieurs activités ont marqué cette 23ème édition : des consultations gratuites, des soins et interventions chirurgicales, des dons de couvertures et de moustiquaires aux malades, des donations de vivres et des dons de sang pour un montant global estimé à plus de 134 millions de FCFA.

« Aucune confession religieuse n’est restée en marge des activités de ce mois » a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que chacun en fonction de ses moyens a rehaussé à travers le pays la réussite de ce mois.

Après avoir présenté le bilan de sa présidence, Haïdara n’a pas manqué de se dire contrarié face à deux points : la manière dont il a appris sa nomination et son non accompagnement financier par le gouvernement.

N’ayant pas été consulté avant la prise de la décision de sa nomination à la lumière de ses explications, Cherif Ousmane Madani Haïdara a profondément déploré la façon dont il a été informé de cela : c’est un ami qui le lui aurait appris après l’avoir suivi au JT.

Soutenant avoir été informé de façon officielle tardivement, le cherif dira qu’il était sur le point à un moment donné de renoncer à cet honneur. « J’avais failli renoncer à mon parrainage du mois de la solidarité » a-t-il affimé. Avant de préciser qu’il ne savait ni le sens du mois de solidarité encore moins son rôle en tant que parrain.

Selon lui, c’est à travers des échanges avec le chef du département en charge de la Solidarité et grâce à certaines interventions qu’il a décidé de s’assumer.

Interrogé sur l’apport financier du gouvernement dans ces activités, Cherif Ousmane Madani Haïdara n’y est pas allé par quatre chemins, pour clamer fort qu’il n’a rien reçu  du gouvernement. D’ailleurs, à ses dires il a répondu à l’appel du gouvernement à Koutiala, sans recevoir en retour  du carburant pour assurer son déplacement ainsi que celui de sa délégation.

Par Moïse Keïta

Source: Le SURSAUT

 

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Indignation ou indignité ?

23 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Les pays africains face aux défis du changement climatique

23 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017