Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

LIVRE DEDIE : Le président IBK dans les rayons de librairies

Ibrahim Boubacar Kéita, un destin d’exception. C’est le titre d’un livre événement, édité en France (L’Harmattan), bientôt lancé au Mali.

Le diplomate-écrivain Moussa Cissé, après deux livres à succès, vient de mettre sur le marché un livre qui ne manquera pas de faire débat dans les mois à venir. En attendant le lancement prévu à l’hôtel Radisson Blu ce 7 octobre 2017, nous nous sommes procuré les bonnes feuilles.

De 250 pages, ce livre biographique trace le parcours de l’universitaire, de l’humanitaire et du politique devenu président de la République. L’auteur qui a eu accès à des sources très fiables, nous apprend que le président IBK, appelé dans le temps Sory Ibrahim, a rencontré le président René Coty et Charles de Gaulle en 1958 suite à son premier séjour à Paris en tant que 1er du concours général de l’Afrique occidental française (AOF) au compte du Soudan. Le très sélectif lycée Jason de Sailly, est témoin de son passage.

A Paris, où il habitait le même pavillon qu’Ali Nouhou Diallo à la Résidence universitaire Jean Zay d’Anthony, IBK a été un leader charismatique du mouvement estudiantin notamment le CDLDM qui a activement combattu le CMLN. Il s’illustre également dans la célèbre Association des étudiants et stagiaires maliens de France (AESMF) auprès de Boubacar Sada Sy, Boubacar Bah dit Bill, etc.

L’étudiant en relations internationales, disciple d’Hélène Carrière d’Encausse, actuelle secrétaire perpétuelle de l’Académie française, était l’un des tout premiers maliens admis au Centre d’analyse et de prospective (Cap) du Quai d’Orsay, au Collège de France, au CNRS.

Remplaçant Michel Sidibé à l’ONG Terre des Hommes, IBK, a parcouru le Nord pour aider à soulager les populations contre une pauvreté généralisée dans un environnement marqué par la rébellion qui débutait.

L’auteur nous brosse le long processus de lutte des militants associatifs et politiques ayant abouti à mars 1991. A l’aide d’informations de première main puisée à la source (Ali Nouhou Diallo, Abderahmane Baba Touré, Kadary Bamba…), le diplomate-écrivain, nous détaille les faits, les lieux et les acteurs du Mouvement démocratique et de l’avènement de la démocratie au Mali.

Par le prisme du portrait d’IBK, il nous raconte les balbutiements du parti Adéma dans la gestion du pouvoir. Les démissions de PM, la fermeture des écoles en 1994, l’agitation du front social, la rébellion, l’auteur brosse une chronique des premières années de la démocratie au Mali.

On comprend à la lecture de ce livre très fouillé, comment IBK a taillé sa stature d’homme d’Etat, auprès de Konaré avant leur divorce en 2000. On comprend mieux comment il a échappé à tous les coups depuis le départ fracassant de Mamadou Lamine Traoré jusqu’en 2000, avec sa démission du parti.

L’auteur nous apprend qu’IBK a failli être proposé secrétaire général des Nations unies en remplacement de Boutros Boutros Ghali en 1997.

Il brosse également le processus qui a conduit à la création du RPM passant par Alternative 2002.

Dans la deuxième partie du livre, Moussa Cissé, analyse les raisons qui ont provoqué le divorce entre IBK et le peuple. Pour lui, la principale raison reste la communication insuffisante sur tous les dossiers qui ont tenu en haleine la chronique malienne. Il estime avec force d’arguments que le président IBK est un patriote, voire un chauvin pour certains mais qui peine à faire communiquer véritablement avec ses compatriotes. Sans complaisance, l’auteur décortique une à une les affaires : l’avion présidentiel, l’accord pour la paix, les accusations de népotisme, etc. Sur toutes ces affaires, il jette un regard d’écrivain sans concession. Dans un long chapitre, l’auteur explique les relations entre Michel Tomy et IBK qui ont fait couler beaucoup d’encre.

C’est là la quintessence du livre dans lequel, l’auteur dès les premières pages a tenu à préciser qu’il n’est pas en mission commandée, qu’il n’est pas un spin doctor chargé de redorer le blason d’un président sortant, probable candidat pour un 2e mandat. Il a décidé d’écrire un ouvrage sur un homme politique qui a marqué les 25 dernières années du Mali et qui, après 2 échecs, est parvenu à se faire élire président de la République.

L’auteur nous invite à le rencontrer pour le lancement de son livre à Radisson Blu le 7 octobre prochain. Il sera accompagné par le directeur général des Editions L’Harmattan France qui s’est déjà fait un nom au Mali pour un autre livre sur un autre président malien il y a de cela quelques années.

Abdou Latif

Source: La lettre du Mali

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017