Mercredi 21 Février 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

MALI : Don d’IBK à la presse : Ces 21 millions qui dégagent une odeur de magouille

Depuis quelques jours, des journalistes étalent sur les réseaux sociaux une scabreuse affaire de détournement de fonds. Ces fonds seraient le don fait à l’ensemble de la presse par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, à l’occasion de la fête du Tabaski.

La destination des fonds à ce jour demeure inconnue ; en tout cas, pour l’écrasante majorité des journalistes.

21 Millions de francs CFA. C’est la rondelette somme que Koulouba a remis à la faitière des éditeurs de presse privée. Cette somme était destinée à l’ensemble de la presse pour soulager les journalistes en vue de la fête de Tabaski. Si ce don peut être perçu comme une tentative de soudoyer la presse, là n’est pas la question. Il se trouve que cette somme a pris des destinations outre que celles des vrais bénéficiaires que sont ces nombreux jeunes qui constituent la cheville ouvrière des canards de la place. Pour connaître la clé de répartition de cette somme, si elle est méconnue du grand nombre, elle ne l’est, cependant, pas pour certains. C’est le cas du Directeur de Publication de l’Hebdomadaire d’informations générales « L’espérance », Diakardia Yossi. Il a révélé sur sa page facebook que la Maison de la presse avait à elle seule reçu cinq millions de francs CFA.

Très sûr de son information, il invitait quiconque a apporté un démenti. Suite à la divulgation de l’information sur ces fonds, beaucoup ont vite fait de passer à table avant qu’il ne soit trop tard. Ainsi, on apprend que l’URTEL, par la voix de son Président, Bandiougou Danté, a admis avoir perçu cinq millions de francs CFA. Il en est de même pour la presse en ligne dont la Présidente, Mame Diarra Diop, a aussi confirmé avoir perçu l’argent pour l’ensemble de la presse en ligne.

Si, par le passé, de nombreuses sommes perçues au nom de la presse ont pris la direction de la poche de certains Responsables, cette fois-ci, cela va être difficile. Car, les autres n’entendent pas se laisser conter. Déjà, Diakardia Yossi invite tous les journalistes qui n’ont pas été pris en compte de se mobiliser et promet qu’ils «seront intégralement remis dans leurs droits». Ça promet de chaudes empoignades comme le dirait les journalistes sportifs.

Selon un autre confrère bien au fait de la situation, il aurait échangé avec un Responsable de la faîtière qui a admis que l’argent a été partagé entre cinquante journaux avant d’ajouter que tous les journaux qui « insultent » le pouvoir ont été exclus.

Source: Le Combat

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Salif Sanogo, journaliste à BBC Afrique : « …Quoi qu’il en soit »

"Les gens ne sont ni raisonnables, ni logiques, ni généreux. Aime-les, quoiqu'il en soit.

Si tu agis bien, on va t'accuser de le faire avec arrière-pensée. Agis bien quoiqu'il en soit.

Lire la suite

Blog

Doing Business: « un scandale au cœur de la Banque Mondiale »

La démission fracassante de Paul Romer, chef économiste de la Banque Mondiale, suite à ses critiques portant sur le classement Doing Business, fragilise ce rapport qui fait autorité depuis quinze ans.

Lire la suite

« Prix Oumar Diallo » 2e édition

Prix Oumar Diallo, 2ème édition : Tous à La Gare ce jeudi 1er mars

La remise du Prix Oumar Diallo se déroulera ce jeudi 1er mars 2018 à 18h 30 à l’Espace culturel La Gare, sis au Centre commercial - en face de la gare ferroviaire de Bamako. 

Lire la suite

Interview : Ministre des Sports

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les Gondwanais marchent (rediffusion)

20 Février


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Violences sexuelles: la parole se libère

20 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2018