Mardi 21 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mauvaise livraison des livres à la Bibliothèque du Mali

Des livres usés, des livres par terre livrés par edilac en lieu et place des nouveautés commandées par la bibliothèque nationale du mali. Des livraisons toujours partielles, des titres imposés car non sollicités par la bibliothèque nationale du mali, des vieilleries indignes d’une bibliothèque, du budget écourté par edilac et la dfm du ministère de la culture en plus de la surfacturation qui fait loi.

Si la Bibliothèque Nationale du Mali (BN) et le Centre National de la Lecture Publique (CNLP) ont théoriquement un budget annuel d’acquisitions de nouveaux documents depuis 2007, dans la pratique, ces services ne disposent pas correctement du fonds budgétaire à eux accordés à cause d’une désagréable complicité entre la Direction des affaires financières et du matériel du Ministère de la Culture et l’unique société bénéficiaire de ce marché public relatif à la livraison des documents neufs à la BN et au CNLP à savoir « EDILAC SARL » de Madame Dagnoko Awa Bawou.

D’un montant variant entre 15 000 000 et 20 000 000 de Francs CFA, le budget d’acquisitions des documents ne revient pas fondamentalement à la Bibliothèque Nationale du Mali et au Centre National de la Lecture Publique car en plus de la surfacturation qui fait loi au Mali (un livre de 10 000 F CFA dans les librairies bamakoises étant livré par EDILAC entre 50 000 et 100 000 F CFA), les livraisons des documents par EDILAC aux deux services ont toujours été partielles.

Les raisons évoquées par la gérante Madame Dagnoko Awa Bawou sont la non disponibilité des documents demandés alors qu’ils le sont réellement et au Mali et à l’étranger. Il s’agit pour EDILAC de pousser les services bénéficiaires soit à se contenter des vieilleries invendues dont dispose la société soit à renoncer au montant restant qui serait partagé entre la DAF et Madame Dagnoko.

Pour preuves, au titre du budget d’acquisitions 2011, EDILAC a fait plusieurs livraisons partielles dont les dernières datent des 20 et 29 mai 2013. Comprenant des vieilleries non demandées, la Bibliothèque Nationale a refusé certains documents et EDILAC a promis de livrer les titres réellement demandés sans s’exécuter. D’une valeur de 812 087 F CFA, EDILAC a fini par détourner ce reliquat du budget d’acquisitions 2011 dont elle avait déjà bénéficié en se cachant derrière le faux argument de la livraison réelle des documents sollicités.

En 2016, sur un budget de 20 000 000 F CFA, EDILAC a livré à la Bibliothèque Nationale du Mali et au Centre National de la Lecture Publique 550 livres d’un montant de 15 684 000 F CFA contre 174 documents non livrés et dont le montant était de 4 297 652 F CFA sur son bordereau de livraison « Facture N°215/07/2016 » du 26 juillet 2016.

Après réclamation du reliquat (174 documents non livrés), EDILAC promettait toujours de commander pour livrer les ouvrages manquants avant de faire croire à la Bibliothèque Nationale que la DAF du Ministère de la culture a finalement ramener le budget d’acquisitions 2016 engagé de 20 000 000 F CFA aux 15 684 000 F CFA livrés sous forme de livres à la Bibliothèque Nationale et au CNLP, une manière de dire que les 4 297 652 F CFA sont revenus au Ministère de la culture.

Si durant les années précédentes les documents livrés étaient majoritairement neufs, et correspondaient aux titres commandés, en 2017, sur un total de 86 (quatre vingt six) documents livrés par EDILAC à la Bibliothèque Nationale le 05 mai 2017, seul 6 (six) sont neufs et répondent correctement aux critères de choix du service bénéficiaire.

Les 80 (quatre vingt) autres livres sont des vieilleries, des documents contenant des traces de marqueurs, des soulignements au bic, au crayon, des encerclements, des croix, des crochets de signalisation… Il s’agit des livres usés, cornés, chiffonnés, sales, déchirés et ayant en partie appartenu à des privés dont les signatures, les coordonnées manuscrites (noms, prénoms, adresses, numéros de téléphone,…) y figurent. Il s’agit aussi des vieilleries invendues par EDILAC, non demandées par la Bibliothèque Nationale du Mali dans sa commande de livres de l’année 2017.

Sur 80 (quatre vingt) vieux documents proposés par EDILAC, la Bibliothèque Nationale du Mali a retenu 77 (soixante dix sept) livres contenant moins de traces de bic, de crayon, de marqueur, édités entre 1986 et 2014. EDILAC promet de remplacer dans les jours à venir les 3 (trois) livres rejetés car contenant trop de traces de bic, de crayon, de marqueur, une promesse qui ne rassure pas la Bibliothèque Nationale.

Pour avoir les preuves concrètes, palpables de cette situation, je vous invite à envoyer un journaliste ici à la Bibliothèque Nationale pour enregistrer les images de ces 83 (quatre vingt trois) livres proposés par EDILAC en lieu et place de la commande 2017 de livres faite par la Bibliothèque Nationale et le CNLP.

Diadié Koné,

Chef de Division Bibliothèque Nationale,

Source : Le Republicain  30/08/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Coup d'Etat ou pas coup d'Etat

20 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Zimbabwe: Robert Mugabe doit-il se retirer?

20 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017