Jeudi 20 Juillet 2017
Journée porte ouverte Binthily

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

4ème édition de la rupture de jeun de l’AMAUSA : Les anciens universitaires et stagiaires d’Algérie se retrouvent

Les anciens étudiants et stagiaires d’Algérie se sont retrouvés, le vendredi 23 juin 2017, au Palais des Sports pour la quatrième édition de la rupture de Jeun « Ftor 2017 ».

Placée sous le haut parrainage de son excellence Boualem Chebihi, ambassadeur de la République Algérienne Démocratique et Populaire au Mali et sponsorisé par la société Houma, ce moment de communion a été aussi celui de retrouvailles et de partage de souvenirs entre les différentes promotions ayant fait leurs études en Algérie.

Organisée par l’Association Malienne des Anciens Universitaires et Stagiaires d’Algérie (AMAUSA), cette 4ème édition a refusé du monde, tout comme les éditions précédentes. Ils sont venus massivement, toute promotion confondue de différentes willayas d’Algérie, à cette rupture collective à l’algérienne et au tour des choses qu’ils ont déjà partagé ensemble. Cette rencontre, c’est aussi un lieu de renforcement et de la pérennisation de la fraternité algero-malienne.

Dans ses mots de bienvenue, la présidente de la commission d’organisation de cette édition, Mme Diarra Mariam Sidibé a déclaré que cette rencontre est presque devenue une tradition. « Ce beau monde se retrouve pour une rupture symbolique de jeun chaque année », dit-elle.

Dans son intervention, le Président de l’Association Malienne des Anciens Universitaires et Stagiaires d’Algérie (AMAUSA), non moins Directeur Général de L’Agetic, Hamed Salif Camara a remercié les membres de la commission d’organisation pour l’effort consenti afin de réunir ses différentes promotions pour qu’elles puissent passer un moment agréable ensemble. De même, il a remercié le sponsor officiel, les membres de l’association pour leurs contributions. Plus loin, il dira que l’Algérie est le pays qui offre le savoir au Mali et qui forme le plus d’étudiants en dehors du Mali lui-même. En ce sens, il a remercié les autorités algériennes pour leur engagement auprès du Mali dans tous les secteurs.

Apres l’intervention du président de l’AMAUSA, ce fut le tour de son excellence Boualem Chebihi, ambassadeur de la République Algérienne Démocratique et Populaire au Mali, de prendre la parole. Dans son allocution, l’ambassadeur a fait savoir que c’est pour lui un réel et agréable plaisir de partager avec les anciens étudiants d’Algérie ces derniers jours bénis du mois de ramadan, et pour la deuxième fois consécutive depuis son arrivée à Bamako. Selon lui, c’est un moment de joie et de souvenir autour de ce quatrième iftar de l’AMAUSA organisé dans la pure tradition d’hospitalité et de partage qu’ont en commun Maliens et Algériens.

Ainsi, il a remercié l’association non seulement pour l’avoir associé à cet événement convivial mais aussi pour l’avoir honoré comme parrain de cette édition. « Votre présence traduit votre attachement à l’esprit de solidarité et d’entraide qui guide votre association, mais aussi votre amour à votre patrie et votre reconnaissance au pays qui vous a accueilli et accompagné à un certain moment de votre vie académique», a-t-il souligné. Pour lui, cette rencontre évoque à l’évidence la coopération fructueuse entre l’Algérie et le Mali dans le domaine vital de la formation et la mise en valeur des ressources humaines.

Ousmane Baba Dramé

Source: Le Républicain

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Diplômés pistonnés (Rediffusion)

20 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La santé des chefs d'Etat: un secret médical?

20 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017