Jeudi 20 Juillet 2017
Journée porte ouverte Binthily

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Débat sur la révision constitutionnelle sur l’ORTM : Le choix de la langue bloque le face à face entre pro et anti reforme

L’ORTM par la lettre numéro 345 invite la majorité présidentielle et l’opposition sur son plateau pour un débat contradictoire sur  la révision constitutionnelle qui défraie la chronique.

Ce débat en direct sur la chaîne nationale se fixe comme objectif d’assurer une large information des populations sur la teneur et les enjeux de cette révision. Il se tiendra ce soir aux alentours de  21 h 30.

Seul bémol, pas des moindres, le choix de la langue du débat risque de constituer un blocus à la tenue du débat. Alors que la chaîne nationale prévoit ce plateau en français, l’opposition le veut en langue nationale Bamanankan.

Au moment où nous-nous mettions sous presse, une menace planait toujours sur la tenue de ce débat tant attendu par les téléspectateurs.

Si ce débat venait à se tenir, la CMP sera représenté sur le plateau par les députés Moussa Timbiné, Zoumana NTji Doumbia et le ministre Kassim Tapo. Pour l’opposition, il verra la participation de Tiéblé Dramé (Parena), Mody N’diaye (Urd) et Mme Sy Kadiatou Sow (Plateforme Antè son, Touche pas à ma Constitution). Le débat sera animé par Yaya Konaté de l’ORTM  et Alexis Kalambry, directeur de publication du journal « Les Echos ».

Ce débat intervient après le report à une date ultérieure du scrutin référendaire initialement prévu le 9 juillet, suite à des contestations de l’opposition et de la société civile.

Selon le président de la République, IBK, lors de la traditionnelle présentation de vœux de la fête d’Aïd El Fitr,  cette révision s’inscrit en droite ligne de l’Accord de paix et de Réconciliation. Et d’ajouter que qui quelconque qui s’oppose à ce projet s’oppose à l’instauration de la paix au Mali.

La rédaction

Source: L’Indicateur  du Renouveau

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Diplômés pistonnés (Rediffusion)

20 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La santé des chefs d'Etat: un secret médical?

20 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017