Mercredi 26 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Révision constitutionnelle : Les inquiétudes du Collectif des associations musulmanes du Mali

Le Collectif des associations musulmanes du Mali, sous la conduite de son président, notre confère, Mohamed Kimbiri, Directeur de la Radio Danbé, a animé un point de presse le mercredi 21 juin dernier à la Maison de la presse.

Objectif : sensibiliser la communauté musulmane du Mali en général et celle du District de Bamako en particulier sur la position à adopter par le collectif des associations musulmanes du Mali face à ce projet de révision constitutionnel soumis à référendum.

D’entrée de jeu le conférencier a expliqué que, le processus de réforme de la constitution n’a pas suffisamment associé toutes les forces vives de la nation. A cet effet, il a expliqué qu’après le travail du comité des experts, la mouture devait faire l’objet de discussions au niveau des forces vives, intégrer leurs observations avant d’être introduite dans le processus d’adoption formelle par les autorités.

Toutefois le Collectif des Association musulmanes du Mali, se réclame des qualités et vertus profondes du peuple malien, peuple de foi, épris de paix et pétri d’humanisme, respectueux de la forme républicaine, de la laïcité, de la vie et de la dignité humaine. Il est désireux de contribuer aux cotés de toutes les bonnes volontés à la concrétisation et à l’accomplissement des clauses des Accords d’Alger pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger pour le bien de tous et de chacun, mais en rapport avec le respect de nos valeurs socioculturelles.

Par ailleurs, le Collectif, par la voix de son président, a réaffirmé avec force, son inquiétude par rapport au rejet de certaines de leurs propositions, surtout sur le mode de prestation de serment. Avant son entrée en fonction, le président de la République prête serment sur le Livre Saint de sa confession devant la Cour constitutionnelle. Il jure  solennellement sur le Livre Saint pour le respect de tous ses engagements et déclare qu’en cas de parjure, qu’il subisse les rigueurs de la loi » a-t-il rappelé.

Par la même occasion, le Collectif, dénonce avec rigueur « le complot visant à une relecture du Code des personnes et de la famille par l’insertion dans ce projet de Constitution et surtout dans son préambule, de la référence aux textes extérieurs comme la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes du 18 Décembre 1979, la convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants du 26 Juin 1987  et la convention relative au droit de l’enfant du 20 Novembre 1989.

Pendant que le Peuple malien attendait un sursaut patriotique au niveau de l’hémicycle, la majorité des députés, comme pétrie de haine des valeurs traditionnelles et religieuses, s’est littéralement mise au service des cartels occidentaux, réputés nourrir le funeste projet de voir définitivement vouer aux gémonies nos valeurs traditionnelles et religieuses protégées et consignées dans le Code des personnes et de la famille a déclaré Mohamed Kimbiri. Avant de lancer un appel solennel  aux autorités de surseoir au projet de referendum, et au cas contraire aux musulmans sincères du Mali, toutes tendances confondues, à voter NON au projet de constitution,  qui ouvrira la porte à toutes sortes de déviations et de dérives, a-t-il conclu.

AMTouré

Source: 22 Septembre

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

26 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: comment s'annoncent les législatives?

26 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017