Lundi 11 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

NADJINI BARO MUSSO : Une révolution malienne à la pratique artisanale des épices !

« Rien de grand ne s’accomplit dans la vie sans la complicité des grands hommes ». Ce proverbe sied bien à l’autodidacte commerçant de produits alimentaires, Boureïma DOUMBIA, qui a créé en 2008 sa propre marque « Nadjini Bara Musso » de la société Aminata Konaté (le nom de sa maman).

Une révolution à la pratique artisanale des épices ; les produits Bara Musso sont aujourd’hui une solution pour une alimentation facile et saine au goût de la tradition Malienne et Africaine.

« La société Aminata Konaté (SAK) porte le nom de ma mère. Je suis un entrepreneur parti du bas de l’échelle, mais j’ai rapidement su faire la différence. Commerçant au marché de Lafiabougou, mon goût de l’entreprenariat m’a poussé à  élaborer un bouillon à  base d’ingrédients et d’épices locaux », nous a indiqué Boureïma Doumbia dans un entretien qu’il nous a accordé dans son bureau dans cette semaine.  A force d’amélioration, poursuit-il, je suis parvenu à  produire un bouillon en poudre avec des produits naturels et diététiques, fabriqué dans mon usine à Sebenicoro, et dont la distribution couvre 80% du territoire national. Unique salarié de son entreprise à  sa création, elle en compte désormais une cinquantaine, et fait travailler indirectement entre 300 et 500 personnes. Seul bouillon en poudre intégralement produit au Mali, Bara musso n’a rien à  envier à  ses concurrents au niveau local. De « Bara musso ka nadjini » au commencement, la gamme s’est rapidement diversifiée et l’offre comporte désormais des compléments culinaires à  base d’ingrédients uniques (ail, soumbala, poivre, tomate, vinaigre et piment). Ces petits sachets s’adaptent à  toutes les cuisines et sont testés en laboratoire avant leur mise sur le marché. Mais Boureima Doumbia ne s’est pas arrêté là. « Notre ambition c’est de croître toujours plus pour une production conséquente afin de pouvoir satisfaire l’Afrique et ailleurs ; et aussi servir le monde en produits agricoles et maraichers de qualité. Bara Musso c’est le naturel mis en valeur pour améliorer la santé du consommateur » indique le promoteur et Pdg de la société Aminata Konaté entreprise Agro-alimentaire titulaire de la marque Bara Musso, Boureïma Doumbia. A l’en croire, les produits culinaires Bara Musso sont composés uniquement des épices et de condiments naturels locaux minutieusement sélectionnés, emballés dans du papier aluminium grâce à des équipements modernes au respect de l’environnement, des conditions d’hygiènes et de qualité. « Une révolution à la pratique artisanale des épices ; les produits Bara Musso sont une solution pour une alimentation facile et saine au goût de la tradition Malienne et Africaine », explique-t-il.

Une société pourvoyeuse d’emploi

La Société Aminata Konaté Sarl est pourvoyeuse d’emploi. Aux dires de son Pdg Doumbia, la société compte plus 1500 employés maliens (emploi direct) qui sont des jeunes diplômés sans emploi et plusieurs emplois non directs : il s’agit de ceux qui vendent au marché et dans des boutiques d’où la vente élargie des produits Bara Musso de plusieurs natures parmi lesquelles on peut citer : gombo, oignon, piment, poivre, poisson en poudre etc. Ainsi, nous parvenons à satisfaire le besoin de chaque malienne et malien. « En ce qui concerne les paysans ou nos parents qui vivent dans des zones reculées, nous leur donnons chaque année de l’engrais dans l’espoir de fertiliser les espaces agricoles », souligne-t-il. Avant de lancer cet appel aux jeunes : «Je veux dire aux jeunes de se lever pour travailler car il n’y a pas de sous-métier. Il faut qu’on soit fier de nous-mêmes et tout ce qu’on veut entreprendre. Notre devise doit être ‘’nous les Maliens, nous pouvons réussir’’ car la vie est un combat. Sachons qu’aucun jeune étranger ne peut venir construire notre pays à notre place. Tous les jeunes étrangers que nous voyons chez nous, viennent travailler pour leur propre intérêt. Les jeunes doivent laisser les grins pour travailler, seul le travail paye et libère l’homme. Je dois être un exemple pour les jeunes et leur dire qu’on peut réussir même sans être à l’école. Avoir l’esprit de créativité pour créer un emploi dans ton pays  qui, peut te faire sortir de la pauvreté en te permettant d’aider les autres jeunes concitoyens à faire fi à l’immigration clandestine. Nous devons être fiers de nous, de notre pays et croire en Dieu. C’est le travail qui a fait sortir les autres pays de la pauvreté. Développons nos technologies, faisons des recherches et dans un avenir meilleur, d’autres jeunes étrangers viendront travailler chez nous ».

En tout cas, force est de reconnaitre que l’offre nadjini Baro musso  ne cesse de s’étoffer sur le marché malien. La présence de grands groupes comme Nestlé avec son indémodable cube Maggi et de l’espagnol Jumbo, n’est pas pour faciliter la tâche aux entreprises locales. Pourtant, l’initiative de Boureima Doumbia est indéniablement couronnée de succès. Aujourd’hui, la marque Bara musso, c’est aussi des produits d’entretien et notamment de l’eau de javel et du savon liquide. L’usine est implantée en Guinée Conakry, en Côte D’ivoire et au Burkina Faso et à l’extérieur. «  Mon souhait est que le Mali soit parmi les pays les plus industrialisés dans le domaine de l’industrie agro-alimentaire. Que tous les maliens, maliennes de l’intérieur et de l’extérieur tirent profit », a conclu le Pdg Doumbia.

A.Touré

Source: Le Démocrate

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

«A» comme appel d'air

08 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

08 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017