Mercredi 18 Octobre 2017
Forum de Paris

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Promotion de la langue : Le français pour mieux unir les peuples

Le Grand hôtel de Bamako a abrité le dimanche 4 juin 2017 une conférence débat sur Francophonie et paix. Organisée par la Commission nationale des cultures africaines et de la Francophonie (CNCAF), cette conférence avait pour but de communiquer aux médias les missions, les domaines d’intervention et organisation de la Francophonie.

Le ministre Moustapha Dicko, Haut représentant du président de la République, a procédé à l’ouverture de la conférence débat.  C’était en présence de l’administrateur, Adama Wane.

Pour M. Dicko : “La Francophonie n’est  pas qu’une langue, une folie. C’est un désir de vivre en commun”.

Selon l’administrateur Adama Wane, “le Mali est un membre très important de la Francophonie. Les présidents comme Boutros, Senghor, Bourguiba… ont donné un élan à la Francophonie pour en faire une organisation de développement, une organisation basée  sur le droit et le respect”.

La Francophonie, grâce à l’appui de ses Etats membres, milite en faveur de la paix au Mali.

La conférence  débat  s’articulait au tour de deux grands axes dont les missions consistent à promouvoir la langue française, la diversité culturelle et linguistique ; promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l’Homme ; appuyer l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et de la recherche ; développer la coopération au service du développement durable.

En réponse aux questions des confrères, Moustapha Dicko dira que “l’OIF vise à promouvoir principalement la langue française et la diversité culturelle. Elle vise la paix, l’éducation, le renforcement de la langue française dans l’enseignement”.

L’administrateur Adama Wane  ajoutera que “l’Organisation internationale de la Francophonie (IOF) a pour mission de donner corps à une solidarité active entre les 84 Etats. Une communauté de destin consciente des liens et du potentiel qui procèdent du partage d’une langue, le français, et des valeurs universelles. La Francophonie n’est pas une organisation française. C’est un projet du Sud”.

Avec une population de plus de 870 millions d’habitants et 270 millions de locuteurs de français de par le monde, l’OIF a pour mission de donner corps à une solidarité active entre les 84 Etats et gouvernements qui la composent.

Fondée en 1970 sur la base du traité de Niamey (Niger), l’OIF mène des actions politiques et la coopération multilatérale.

L’OIF a pour objectif de contribuer à améliorer le niveau de vie de ses populations en les aidants à devenir les acteurs de leur propre développement. Elle apporte à ses Etats membres un appui dans l’élaboration ou la consolidation de leurs politiques et mène des actions de politique internationale et de coopération multilatérale, conformément aux quatre grandes missions tracées par le sommet de la Francophonie.

Dicko Moustapha d’ajouter : “Nous avons le même combat et le combat c’est pour le Mali”.  La conférence débat visait à porter à la connaissance des hommes de média, des citoyens maliens, les missions, les domaines d’intervention, et organisations de la Francophonie.

Hawa Sy

(Stagiaire)

Source : L'Indicateur du Renouveau  6 Juin 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Sory I Guindo à la FEMAFOOT : « Incapable de mettre sur pied un nouveau bureau, ils se chamaillent comme des gamins. Honte à vous ! »

Monde du football malien : Un mélange de torchons et de serviettes

Le tohu-bohu qui a émaillé l'élection du nouveau bureau de la FEMAFOOT nous oblige à sortir des tiroirs un article publié en 2006 par notre confrère Sory I Guindo. A lire absolument !

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Eradiquer la pauvreté etc ?

18 Octobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] RDC : pas d'élections avant 2019

18 0ctobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017