Mercredi 18 Octobre 2017
Forum de Paris

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Festival international du M’Bolon de Kolondiéba : Un véritable facteur de cohésion sociale et de développement économique

La première édition du festival international du M’Bolon de Kolondiéba s’est tenue du 19 au 21 mai. Organisé par le club des amis de Sidiki N’Fa Konaté, Directeur général de l’ORTM, il a pour objectif de promouvoir le M’Bolon, symbole du travail, de la bravoure, de l’effort et de la dignité dans les épreuves et la cohésion sociale afin de contribuer au développement économique de Kolondiéba.

Durant trois jours, les riches cultures et le savoir-faire de Kolondiéba, deux éléments qui ont une place de choix dans l’existence du cercle et dans les retrouvailles de ses fils, ont été mis en valeur. Véritables retrouvailles, ce festival l’a été d’autant que toutes les 12 communes (Bougoula, Fakola, Farako, Kadiana, Kébila, Kolondiéba, Kolosso, Mena, Nangalasso, Ngolodiana, Tiongui, Tousséguéla) et tous les 7 cantons (Chondougou, Foulala, Guantiédougou, Gnendougou, Nangalasso, Ngolodiana, Yorobadougou) de Kolondiéba se sont fortement mobilisés pour venir assister à cette première édition. Elle fut une réussite totale.

Conférences-débats, matchs de football, concerts animés par des artistes de Kolondiéba et des artistes comme Sali Sidibé, Mamou Sidibé, Adama Yalomba, Iba One, ont marqué ce festival. En sus d’autres animations folkloriques.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Directeur régional de la culture, Adama Niang, représentant le ministre de la Culture, en présence du président du festival Sidiki N’Fa Konaté ; du maire de la commune rurale de Kolondiéba, El Habib Mariko ; des autorités administratives et coutumières de Kolondiéba et du président de l’Apcam, Bakary Togola.

Dans son allocution, le président du festival international du M’Bolon, Sidiki N’Fa Konaté, a rappelé que Kolondiéba regorge de potentialités humaines, artistiques, culturelles et économiques, et qu’il appartient d’abord à ses ressortissants de prendre conscience de ces potentialités et de les mettre en valeur. Il dira qu’en novembre dernier, le président IBK a donné le coup d’envoi des travaux de construction de la route Zantiébougou-Kolondiéba-Frontière Côte d’Ivoire.

«Nous devons remercier le président de la République et commencer à préparer l’arrivée du goudron qui va désenclaver Kolondiéba. Demain se prépare aujourd’hui et la création du festival entre dans cette vision du futur de notre cercle», a déclaré Sidiki N’Fa Konaté.

S’adressant aux populations de Kolondiéba, il ajoute : «populations de Kolondiéba comme une maison, un immeuble, le développement commence à la base. Quand on aime son village, sa commune, on aimera forcément son pays. C’est pourquoi en plus des manifestations culturelles, nous avons prévu de discuter de thèmes importants à savoir ‘le rôle des autorités locales dans la sauvegarde de l’environnement, la régionalisation, l’aménagement du territoire et la gestion urbaine».

Sidiki N’Fa Konaté a par ailleurs indiqué que le festival est un lieu de rencontre, de partage, d’information et de formation, tout en soulignant que le premier bénéfice attendu, c’est d’abord la rencontre des hommes, des femmes, des jeunes de toutes les communes de Kolondiéba. «Quand on se rencontre, on se connaît, on se tolère les uns les autres. Cela aide beaucoup pour la paix et la sécurité. Ce que nous attendons aussi de ce festival, c’est la promotion de la culture et des valeurs culturelles et artistiques du cercle de Kolondiéba, mais également la découverte des potentialités touristiques du cercle. Ce que nous attendons, ce sont les retombées pour le petit commerce, l’emploi des jeunes, les transports, la restauration. Le festival est une excellente opportunité sur tous les plans pour faire découvrir Kolondiéba au reste du Mali et du monde à travers les médias. Voila pourquoi l’un des slogans, c’est la culture moteur du développement», a-t-il martelé.

Pour le président du festival, le M’Bolon a été choisi parce qu’il symbolise  le travail,  la bravoure, l’effort et la dignité dans les épreuves. Alors, a-t-il expliqué, le Festival du M’Bolon c’est l’hymne au travail. C’est pourquoi, dit-il, «nous disons M’Bolon Ka Fo Baara Ka Ké Jaamana Ka jo». À l’en croire, à Kolondiéba, il y a le M’Bolon, mais il y a d’autres instruments, d’autres musiques. Bien qu’en tant à leur premier essai, les organisateurs de ce festival ont des grandes ambitions : faire participer à ce festival international les amis de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Burkina-Faso et d’autres pays parce que l’aire socioculturelle du M’Bolon va au-delà de nos frontières et concerne toutes les sociétés et civilisations agraires.

«Comme vous l’avez constaté, cette 1ère édition du festival est offerte aux populations de Kolondiéba. Tous les spectacles sont offerts gratuitement. Toutes les personnes qui ont travaillé sur le projet sont des bénévoles. Chacun est venu avec sa volonté de construire Kolondiéba, parce que nous croyons en l’avenir de Kolondiéba, en l’avenir du Mali», a conclu le président du festival.

De son côté, le Directeur régional de la culture, Adama Niang,  a estimé que ce festival international du M’Bolon s’inscrit dans le cadre de la revalorisation, de la réhabilitation et de la promotion du riche patrimoine culturel, et dans la politique culturelle que notre pays a adoptée. Il a salué cette initiative qui «mérite d’être encouragée, car elle se veut un événement rassembleur de toutes les ethnies, de toutes les communautés, bref un événement qui cultive la paix, la cohésion sociale, le développement social, économique et cultuel du cercle de Kolondiéba».

Pour sa part, le président du club des amis de Sidiki N’Fah Konaté, Siaka Koné, a rappelé que son club existe aujourd’hui dans toutes les communes de Kolondiéba, de Bougouni, de Sikasso, de Mopti et à Banconi en commune I du District de Bamako.

Le maire de la commune rurale de Kolondiéba, El Habib Mariko, a noté que ce festival international du M’Bolon, au-delà de son aspect distractif, est source de retrouvailles, de communion et de cohésion sociale. «Nous devons tout mettre en œuvre afin que ce festival international du M’Bolon soit une tradition», a-t-il déclaré. Rendez-vous est donc pris pour l’année prochaine.

Diango COULIBALY

Source: Le Reporter

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Sory I Guindo à la FEMAFOOT : « Incapable de mettre sur pied un nouveau bureau, ils se chamaillent comme des gamins. Honte à vous ! »

Monde du football malien : Un mélange de torchons et de serviettes

Le tohu-bohu qui a émaillé l'élection du nouveau bureau de la FEMAFOOT nous oblige à sortir des tiroirs un article publié en 2006 par notre confrère Sory I Guindo. A lire absolument !

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Eradiquer la pauvreté etc ?

18 Octobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] RDC : pas d'élections avant 2019

18 0ctobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017