Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Kidal - Un couple vivant en concubinage lapidé : Où étaient donc la MINUSMA, BARKHANE et la CMA ?

Un couple non marié a été condamné à mort et lapidé en public par des islamistes dans la région de Kidal, au nord-est du Mali. Une sentence qui suscite de nombreuses interrogations.

Un couple qui vivait en concubinage a été condamné à mort et lapidé en public mardi à Taghlit, près d’Aguelhok, dans la région de Kidal, au nord-est du Mali a annoncé ce mercredi un fonctionnaire local a indiqué l’agence (AFP). « Les islamistes ont creusé deux trous où ils ont placé l’homme et la femme qui ont vécu maritalement sans être mariés. Ils ont été lapidés à mort. »

Une source rapporte que les membres du public étaient invités à participer à l’exécution publique ajoutant : « Quatre personnes ont jeté des pierres jusqu’à leur mort.» ;

Selon des témoignages recueillis sur place, les victimes ont été accusées de «loi islamique» dont la sentence est lapidation.

Cette pratique, première du genre au Mali date de 2012 lors de l’occupation jihadiste. Le groupe d’Iyad Ag Ghaly avait alors décidé d’appliquer la charia sur un couple non-marié. Il fut lapidé à mort. Aujourd’hui, ce mouvement jihadiste est censé être chassés du milieu. Ce qui n’est apparemment pas le cas.

Aussi, cette exécution lapidaire compromet la CMA qui contrôle encore et toujours la situation à Kidal et laquelle a déclaré s’être démarquée des groupes jihadistes à l’image d’Ançar-dine.

Pendant qu’on y est, où se trouvaient la mission Onusienne (MINUSMA) et l’opération Barkhane au moment de cette exécution ? Faut-il le rappeler, veiller au respect des droits de l’Homme est l’une des missions cardinales de la MINUSMA.

B.S. Diarra

Source: La Sentinelle

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017