Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Tombouctou : Emeutes anti-alcool

Au Mali, des émeutes anti-alcool ont eu lieu samedi matin 25 février dans la ville de Tombouctou. Pendant plusieurs heures, des groupes de jeunes ont détruit des lieux de vente et de consommation d'alcool à travers la ville.

Aucun blessé, mais des dégâts matériels importants. Le calme est revenu à la mi-journée mais les dégâts matériels sont importants. Ces émeutes sont survenues suite à une polémique autour de la vente d'alcool fort en sachet.

Bars et maquis détruits, casiers d'alcool incendiés, lieux de vente saccagés... plusieurs témoins racontent comment des jeunes en colère ont traversé la ville par petits groupes de 20 à 30, plus d'une centaine sur certains lieux, pour détruire les sites de consommation d'alcool.

Ce samedi matin, tout est parti du quartier d'Hamabangou. Hamabangou, puis Abaradjou, Saraikaina : ce sont les quartiers abritant des débits d'alcool qui ont été visés.

Depuis environ deux semaines, des habitants se plaignaient d'une femme qui vendait de l'alcool en sachet : très fort, très peu cher et très nocif. Les riverains l'accusaient d'en vendre même à de jeunes enfants. Devant son refus de cesser son activité, des jeunes Tombouctiens ont décidé d'employer la manière forte.

Le mouvement a ensuite débordé dans d'autres quartiers de la ville, provoquant des scènes rappelant la douloureuse période d'occupation jihadiste de 2012, lorsque les occupants d'Aqmi et Ansar Dine interdisaient la consommation d'alcool au même titre que le sport ou la musique. Rien à voir, assure pourtant Abdoulaye Cissé, président du syndicat des commerçants de Tombouctou et membre du Comité de développement du quartier d'Hamabangou :  « Cela n'a rien à voir avec le jihadisme, c'est vraiment un problème dû à la consommation d'alcool en sachet. Ils sont allés saccager les lieux parce que les enfants achetaient cet alcool-là ».

Si les habitants joints au téléphone déplorent les actes de vandalisme qui ont frappé certains commerces parfaitement légaux, tous assurent unanimement que ce mouvement n'a rien à voir avec l'extrémisme jihadiste

Ces actes de vandalisme sont une réaction contre la vente d'alcool en sachets, cédés à bas prix, y compris à de jeunes enfants, explique Alassane Yattara, chef du quartier d'Hamabangou : « Un enfant de dix ans, s'il prend de l'alcool ça ne va pas. C'est ça qui a déclenché la colère des jeunes. Vraiment, c'est ça. Ils ont déclaré ça au niveau des autorités. Ils n'ont rien fait, donc, c'est la raison pour laquelle ils ont fait ça. Les sachets d'alcool c'est mauvais pour la santé et leur éducation »

Une version confirmée par une source sécuritaire malienne à Tombouctou, qui précise qu'aucune arrestation n'a été effectuée et que le calme est revenu.

RFI

Source: L'Inter de Bamako

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017