Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Tombouctou : Emeutes anti-alcool

Au Mali, des émeutes anti-alcool ont eu lieu samedi matin 25 février dans la ville de Tombouctou. Pendant plusieurs heures, des groupes de jeunes ont détruit des lieux de vente et de consommation d'alcool à travers la ville.

Aucun blessé, mais des dégâts matériels importants. Le calme est revenu à la mi-journée mais les dégâts matériels sont importants. Ces émeutes sont survenues suite à une polémique autour de la vente d'alcool fort en sachet.

Bars et maquis détruits, casiers d'alcool incendiés, lieux de vente saccagés... plusieurs témoins racontent comment des jeunes en colère ont traversé la ville par petits groupes de 20 à 30, plus d'une centaine sur certains lieux, pour détruire les sites de consommation d'alcool.

Ce samedi matin, tout est parti du quartier d'Hamabangou. Hamabangou, puis Abaradjou, Saraikaina : ce sont les quartiers abritant des débits d'alcool qui ont été visés.

Depuis environ deux semaines, des habitants se plaignaient d'une femme qui vendait de l'alcool en sachet : très fort, très peu cher et très nocif. Les riverains l'accusaient d'en vendre même à de jeunes enfants. Devant son refus de cesser son activité, des jeunes Tombouctiens ont décidé d'employer la manière forte.

Le mouvement a ensuite débordé dans d'autres quartiers de la ville, provoquant des scènes rappelant la douloureuse période d'occupation jihadiste de 2012, lorsque les occupants d'Aqmi et Ansar Dine interdisaient la consommation d'alcool au même titre que le sport ou la musique. Rien à voir, assure pourtant Abdoulaye Cissé, président du syndicat des commerçants de Tombouctou et membre du Comité de développement du quartier d'Hamabangou :  « Cela n'a rien à voir avec le jihadisme, c'est vraiment un problème dû à la consommation d'alcool en sachet. Ils sont allés saccager les lieux parce que les enfants achetaient cet alcool-là ».

Si les habitants joints au téléphone déplorent les actes de vandalisme qui ont frappé certains commerces parfaitement légaux, tous assurent unanimement que ce mouvement n'a rien à voir avec l'extrémisme jihadiste

Ces actes de vandalisme sont une réaction contre la vente d'alcool en sachets, cédés à bas prix, y compris à de jeunes enfants, explique Alassane Yattara, chef du quartier d'Hamabangou : « Un enfant de dix ans, s'il prend de l'alcool ça ne va pas. C'est ça qui a déclenché la colère des jeunes. Vraiment, c'est ça. Ils ont déclaré ça au niveau des autorités. Ils n'ont rien fait, donc, c'est la raison pour laquelle ils ont fait ça. Les sachets d'alcool c'est mauvais pour la santé et leur éducation »

Une version confirmée par une source sécuritaire malienne à Tombouctou, qui précise qu'aucune arrestation n'a été effectuée et que le calme est revenu.

RFI

Source: L'Inter de Bamako

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018