Mardi 23 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Musique malienne : Ces jeunes artistes qui font revivre feu Mangala Camara et ses œuvres musicales

Notre pays aura connu un grand nombre d’artistes de grandes renommées qui ne font hélas plus partie de notre monde. Pendant leur existence ceux-ci ont laissé des traces indélébiles au parfum de nostalgie.

Il y a près de six ans qu’un des plus grands artistes du Mali nous a quittés : Mamoutou Camara dit Mangala.

Mes compatriotes se souviendront à jamais de l’illustre disparu unique en son genre. Il se différenciait nettement des autres dans le domaine vestimentaire, le choix des thèmes abordés, autant que dans la philosophie. Il disait tout haut ce que les autres pensaient tout bas. Cette attitude audacieuse créait la différence et faisait le charme de sa création musicale. L’artiste à la voix unique manquera longtemps à son peuple encore friand de sa musique. Sa nostalgie ne cesse de planer dans les lieux d’animation bars et restaurants confondus car Mangala a longtemps tenu ces milieux en effervescence.

De nos jours rares sont des espaces d’animation nocturne où sa musique n’est pas interprétée. Chaque fois que ses chansons font échos, l’émotion est palpable. La chair de poule se saisit du public, toujours conquis. La raison est simple à déceler Mangala est mort au moment de son ascension fulgurante à la surprise de tous. Avant sa disparition il aura largement contribué à émerveiller le grand peuple du Mali, Mangala Camara débordait de talent et d’imagination. De son vivant il aura été un ambassadeur infatigable de la culture malienne. En France où il vécut un long moment Mangala n’a cessé de distiller la musique malienne peu lui importait les lieux d’animation. Si la mort fatale et précoce n’avait pas croisé sa route, je me demande en ces temps troubles de notre histoire de quelles harmonies innovantes et subtiles cet artiste d’exception se serait saisi pour chanter son amour du Mali ?

Aujourd’hui, je peux tout simplement oser dire que Mangala ne meurt jamais tant que sa musique est consommée par la génération actuelle. Au-delà du studio d’enregistrement baptisé en son nom par le promoteur de Binthily Communication, bien de jeunes artistes participent jour après jour à l’immortaliser sur scène dans les lieux phares de Bamako pour que l’on se souvienne à jamais de l’artiste.  Je peux citer entre autres Alou Kouyaté et sa charmante épouse Mariam Doumbia, Hadja Fanta Diabaté, Adama Kouyaté dit Tèrèmèssè Belco Guindo et Modibo Coulibaly. Que se soient à la Rose des Sables à l’Hippodrome, au Maya à Sebenikoro ou au Mistral à Boulkassoumbougou ces jeunes artistes ne manquent pas de faire un clin d’œil à feu Mangala Camara.

Par la qualité de leur voix, Mangala se retourne dans sa tombe en soupirant qu’il n’a pas vécu inutilement et a servi son pays avec amour et talent. C’est le lieu de rendre hommage à ces jeunes artistes qui font revivre Mangala dans toute sa plénitude musicale. De ” Mali Sadio “, à ” Denko ” en passant par ” Yiri Toulé “, ” Koussoumbé ” ou ” Fantan den “, jusqu’à ” Djé Lalé “, ” Mogo koroba dogoya ” et ” Tant qu’on n’est pas arrivé sur l’autre rive ne te moque pas de celui qui se noie “, qui faisaient partie de son dernier album ” Renaissance “. Malheureusement, l’artiste n’est pas parvenu à lancer de son vivant à plus forte raison que de profiter de ses retombées.  Mangala s’en est allé en se prenant une grande place dans le cœur de ses compatriotes.

Aboubacar

Eros Sissoko

Source : Zénith Balé  29 Juil 2016

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Limitation des mandats

23 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Paul Biya réélu: et maintenant?

23 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018