Le propos fraternel d’IBK à ATT : En attendant des actes concrets pour un retour au bercail

Publié le 31 mai
Source : Le Républicain

On savait le président IBK reconnaissant de son prédécesseur Amadou Toumani Touré. Il l’a fait savoir lors de l’inauguration de l’hôpital Sominé Dolo de Mopti. Les nombreux chantiers de développement initiés par le soldat occupent le régime actuel.

Mais à dire que le président IBK n’a « aucun problème » avec le héros du 26 mars 1991, les Maliens l’ignoraient. Car le chef de la magistrature suprême a cautionné une plainte contre le président en exil. Après avoir maintenu ATT, depuis bientôt 3 ans dans une situation de ni inculpé ni libéré de toute poursuite, IBK a parlé «de son frère». La situation mérite d’attendre de voir.

«Je suis reconnaissant à mon jeune frère Amadou Toumani Touré dit ATT et ex président de la République du Mali pour avoir initié la journée du paysan. Beaucoup de choses se disent dans nos relations, mais je sais qu’il n’y a rien d’intrigues, ni de méchant. Merci pour l’instauration d’une journée agricole au Mali. ATT, à très bientôt ! ». Ainsi parlait  le président IBK, devenu subitement très aimable, qui va plus loin en prenant ses distances avec les tombeurs de son prédécesseur, le président ATT.

Le président IBK, longtemps soupçonné d’être de mèche avec les putschistes du 22 mars 2012, ajoute: « Je n’ai pas fait partir ATT, et ne le bloque pas à Dakar non plus».  IBK a-t-il convaincu les Maliens ? A tout point de vue non. Pour avoir trop trainé les pieds dans son geste de conciliateur de tous les Maliens, quel que soit leur bord.

Et pour reconquérir la confiance des Maliens, le peuple n’attend de lui que des actes concrets. Car si le président IBK, depuis son arrivée au pouvoir, ne tarit pas d’hommages et d’éloges à chaque occasion à l’endroit du « soldat de la démocratie », on le sait aussi n’avoir rien fait pour écourter son exil dakarois qui dure depuis près de 5 ans. 

Les poursuites engagées contre lui pour « Haute trahison » viennent toujours mettre sa bonne foi en cause. C’est pourquoi le président IBK ne peut être crédible qu’après l’annulation de toutes les poursuites «anti-réconciliation nationale » qui sont toujours pendantes devant la Haute cour de justice contre son prédécesseur. 

Toute chose qui maintient encore les Maliens dubitatifs quant aux intentions réelles d’IBK pour ce dossier. Certes, à l’annonce de la nouvelle, les Maliens se sont réjouis, mais ils refusent d’applaudir leur président de la République avant de le voir à l’acte. Et en réalisant ce vœu tant exprimé par les Maliens, le président IBK mettra à son actif deux grands actes majeurs dignes d’un président de la République.

Le premier acte consista à mettre fin à la menace que Kati faisait planer sur les institutions de la République. A présent, les Maliens attendent du président de la République la mise en chantier d’une vraie réconciliation nationale. Cela passera par le redressement du tort causé à l’ancien président ATT, injustement accusé de tous les péchés du monde. Du courage donc Mandé Massa !

Youssouf Z

Source: Le Républicain du 31/05/2016

Commentez avec facebook