Guimba national face à la presse : Habib Dembélé veut un théâtre malien plus engagé

Publié le 23 mai
Source : La Dépêche

La deuxième édition des journées théâtrales Guimba National a été lancée ce jeudi 19 mai 2016 en faveur d’une conférence de presse animée par le mastodonte du théâtre malien Habib Dembélé dit Guimba. C’était dans les locaux de Kora Filmssis au quartier Magnambougou.

Le thème de cette année est : « la comédie au service de la réconciliation nationale ». Habib Dembélé a profité de cette tribune pour recadrer nos hommes politiques en perte de crédibilité et de patriotisme.

Après le succès de la première édition, l’Association Guimba National remet le couvercle. Bamako va vivre du 23 au 29 mai prochain au rythme du théâtre malien. Une initiative citoyenne de l’Association Guimba National. A travers ces journées théâtrales, le précurseur du One man show au Mali, Guimba veut partager et transmettre son expérience professionnelle, préparer la relève pour assurer l’avenir, redonner au Mali sa place dans le monde des arts et de la culture mondial, apporter sa modeste contribution à la réconciliation inter-maliens, et surtout aider notre grande patrie à redevenir une référence en Afrique.

Cette compétition humoristique qui mettra aux prises plus de 100 jeunes maliens du nord au sud, d’est en ouest en passant par le centre, a pour objectif final de détecter de jeunes talents et les mettre en valeur pour le bonheur du théâtre africain. Cette année, l’innovation est de taille selon le conférencier. En effet, à part les nouvelles régions créées, toutes les anciennes participeront à cette messe de Bamako 2016 : Gao sera représenté par la troupe Hamma, Kidal par Tisrawt, Koulikoro par la troupe Fereba, Mopti par la troupe Venise, Ségou par la troupe Fooli, Kayes par la troupe Sabougnouma, Sikasso par la troupe Tatunu-grin, Tombouctou par la troupe de Lassal Terey Horey et Bamako par la troupe d’Anwdjigui Art.

Laprésélection de toutes ces troupes au niveau national a été rendue possible par l’engagement et le soutien de la DNAC (Direction Nationale de l’Action Culturelle). « Nous sommes trèscontents d’accompagner cette initiative. Nous saluons la commission d’organisation d’avoir pensé aux régions pour cette deuxième édition une opportunité  à saluer. Cet événement sera surement le rendez vous annuel du théâtre malien », a laissé entendre Tidiani Sangaré, Directeur général adjoint de l’action culturelle.

Le président du jury, Kari Coulibaly, non moins représentant des artistes auprès de la FEDAMA, a expliqué le rôle du jury et les critères de sélection lors de la phase finale.  Selon lui, il a été demandé aux jeunes humoristes et comédiens d’écrire un texte sur le thème de la réconciliation et mettre en scène un spectacle de un à six comédiens, d’une heure maximum. Ils ont carte blanche sur leur créativité ; et ont le choix entre la comédie, ledrame, la tragédie, le monologue et le sketch. Ils seront jugés selon les critères des arts de la scène, la  manière  de traiter le sujet, l’imagination, la mise en scène, le jeu des acteurs, les mouvements d’ensemble et la diction. L’ouverture officielle est prévue ce lundi 23 mai au Palais de la culture de Bamako. Les phases éliminatoires de la compétition se dérouleront au Carrefour des Jeunes du 24 au 26 mai à partir de 17 heures l’entrée est libre. Quant aux phases finales, elles se joueront les 27, 28 et  29 mai au Palais de la culture l’entrée est payante. Le public aura droit au duo Guimba et Michel et au One man show de Guimba.

Un Guimba en cache un autre, Habib Dembélé a été un acteur majeur dans l’avènement de la démocratie au Mali à travers son rôle dans les pièces de théâtre d’Ousmane Sow comme Waari et Frékégnagami Bougou. Des hommes de théâtre engagés qui critiquaient sévèrement et ouvertement  le régime du général  Moussa Traore. « Nous avons initié ces journées parce que le theatre était en train de mourir au vu et au su de tout le monde. Surtout au su et au vu de ceux-là qui sont capables de faire quelque chose pour qu’il ne meure pas. J’ai de nombreux défauts, mais l’ingratitude n’y figure pas. En tout cas moi, Guimba,  je ne peux pas être ingrat envers lethéâtre. II m’a tout donné. »Il conclura par l’image d’un théâtre plus militant et au service du peuple martyr. « Le théâtre est une arme la plus pacifique et la plus efficace pour recoudre les tissus sociaux déchirés par tant d’années de crise.»

 

ABD

Encadré :

Habib Dembélé dit Guimba : « l’opposition malienne est trop pressée … »

La conférence de presse de lancement des journées théâtrales Guimba a également été l’occasion pour l’artiste de régler ses comptes la classe politique malienne.L’ancien candidat à la présidentielle de 2002est déçu du fait qu’« Il ya beaucoup d’hommes politiques qui ouvrentleur bouche aujourd’hui pour dire du n’importe quoi ! En réalité, ils doivent se souvenir qu’en marge de leurs activités politiques,l’on doit faire tout pour arriver à un niveau d’épanouissement et dedéveloppement économique du pays. » Face aux agissements de certains hommes politiques aujourd’hui, Guimba veut aller vers un théâtre engagé pour critiquer et dénoncer le comportement peu orthodoxe de nos dirigeants. Il n’épargne personne, y compris à l’opposition dont on le croyait pourtant proche :  « des fois, on a l’impression que l’opposition malienne est trop pressée de venir au pouvoir et faire exactement comme le pouvoir lui-même » A ces maux, Guimba propose le théâtre engagé et militant : « il faut que le théâtre soit là avec un œil critique sur la manière dont notre pays est dirigé et la manière dont nos hommes politiques se comportent. » Pour Habib Dembélé,  le théâtre est ce « grand miroir que l’on promène le long des chemins »pour que les gens voientleurs défauts et les corrigent.

La comédie au service de la réconciliation c’est ça le devoir du théâtre : « aujourd’hui,l’humanité n’a pas de sens si ses valeurs ne servent pas l’homme. Le théâtre s’en occupe parfaitement bien,le théâtre va directement jusqu’à ta conscience. Il dit à ta conscience le constat que lui il a fait et à partir de ce constat là, si ta conscience est active, si elle est vive, elle doit pouvoir  t’ouvrir un chemin et ce chemin t’amènera vers la droiture. »

Dans la même veine, Habib Dembélé invite les Maliens à l’union des cœurs et des esprits. « Il faut que le Mali se réconcilie avec lui-même le pays a besoin de ça aujourd’hui. En invitant les troupes de Kayes à Kidal pour venir parler de la réconciliation. Et laisser chacun s’exprimer librement à travers le théâtre pour donner leur perception et leur compréhension sur la paix et la réconciliation peut nous aider à la préservation de la paix et de l’intégrité territoriale ».

ABD

Source :  La Dépêche  23 Mai 2016

 

Commentez avec facebook