Jeudi 22 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Régions Nord du Mali : Les cadres des communautés de culture Songhay résolus à défendre leur patrimoine historique

Les cadres des communautés de culture songhay, avec à leur tête l’ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maiga, ont tenu une assemblée générale, le samedi 14 Mai 2016 à la Maison des Ainés de Bamako, afin de montrer le prépondérant et l’incontournable rôle des communautés de culture songhay dans la survie des régions du septentrion malien depuis l’empire Songhay jusqu'à nos jours. En tenant compte des incertitudes géopolitiques et géostratégiques et face aux menaces permanentes et programmées contre l’existence de leur territoire et de leur population, les cadres des communautés de culture songhay ont décidé de prendre des mesures rigoureuses pour contrer les forces du mal.

« Les cadres des communautés de culture Songhay soucieuses du devenir de leur peuple et de la sauvegarde de leur identité face à la crise cyclique qui sévit septentrion malien ont décidé de se regrouper en une association afin de défendre notre patrimoine et nos valeurs ancestrales », a souligné Mohamed Lamine Touré. Il a fait la genèse des crises qui ont secoué les régions Nord du Mali  tout en annonçant qu’elles ont été imposées aux communautés de culture songhay.

«Nous n’avons jamais été impliqués dans la résolution d’une crise alors que nous constituons plus de 70% de la population du Nord. Notre survie est menacée sur notre territoire et il faut que nous agissions vite pour dissiper la menace. Nous allons organiser des visites sur le terrain pour recenser les préoccupations des populations et chercherons des solutions appropriés afin de permettre à notre communauté de vivre en parfaite harmonie sur le territoire de ses ancêtres sans contrainte et sans menace », a-t-il déclaré.

Pour sa part, l’ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maiga a décrié le manque de volonté et de vision des associations prédécesseurs. « Malgré l’existence des associations et groupes sur le terrain rien de concret n’a été réalisé et les populations souffrent. Nos mares, marigots, maisons  sont entrain d’êtres spoliés ; les mines sont en train de faire des victimes à longueur de journée. Nos populations vivent de don, chose abominable », déplore l’ancien Premier ministre du Mali. «Il est temps que la donne change sur le terrain et c’est la raison qui nous a poussé à créer ce mouvement », ajoute-t-il.

Les cadres des communautés de la culture Songhay ont élaboré une déclaration contenant leurs griefs et lue par l’ancien député de Tombouctou Sandy Haidara qui a étalé « les qualités et la clairvoyance des fondateurs de l’empire Songhay jusqu'à son apogée. » Il a cité les groupes sociaux songhay et les communautés de culture songhay constituant la population majoritaire du septentrion malien (environ 70%) se sont toujours battues pour la construction de l’unité nationale et le respect des valeurs républicaines, sans jamais se prévaloir de quelconques traitements de faveur.

Moussa Samba Diallo

Source: Le Républicain du 16/05/2016

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La classe moyenne

21 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «Rambo»: premier Centrafricain à la CPI

21 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018