Jeudi 25 Avril 2019
Bannière CPA

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Présentation de vœux au président IBK : l’imam tacle le ministre

Les leaders religieux du Mali ont présenté le lundi 11 janvier 2016, leurs vœux du nouvel an au président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita. C'était au palais présidentiel à Koulouba. Une occasion saisie par les leaders musulmans, catholiques et protestants du Mali de féliciter le président de la République pour les nombreuses réalisations depuis sa prise de fonction, mais aussi de l'interpeller sur les maux qui gangrènent la société malienne.

Le président du Haut conseil islamique du Mali, Mahmoud Dicko, n'est pas allé par quatre chemins pour cracher ses vérités au chef de l’Etat sur la gestion du pays. Le patron du HCIM a également insisté sur la question de l'islam qui défraie la chronique dans le monde.

Pour l'iman Dicko, au moment où l'islam fait l'objet d'un enjeu au plan international, il est dommage qu'au Mali, on reste les bras croisés pour subir les évènements. Selon lui, le Haut conseil islamique du Mali qu'il dirige, a réfléchi sur le positionnement du Mali sur la question de l'islam. Des propositions, a-t-il dit, ont été faites dans ce sens et soumises au département de tutelle (Affaires religieuses et du Culte Ndlr) et au ministère de la Réconciliation Nationale. Mais l’imam Dicko regrette de constater que jusqu'ici, le document est resté sans suite.

Mahmoud Dicko s'est dit inquiet du climat de suspicion actuel dans notre pays au sujet de l'islam. Il souhaite une union sacrée de tous les musulmans pour faire face à l'ennemi. El Hadj Mahmoud Dicko, a indiqué que la barbarie actuelle dans le monde au nom de l'islam n'est nullement recommandée par l'islam qui reste une religion de paix et d'amour.

Il a également insisté sur l'injustice et d'autres maux en l'occurrence la corruption qui gangrène notre société. "Il n'y aura jamais de paix, encore moins de progrès partout où l'injustice devient le quotidien de la population" a-t-il rappelé.

Le président du Haut conseil islamique a vivement critiqué la gestion du ministre Tierno Amadou Omar Hass Diallo à la tête du département des Affaires religieuses et du Culte. Selon lui, les missions du département sont méconnues de ses partenaires qui ne savent pas les limites de leurs compétences. Depuis la création de ce département, a t-il dit,  il n'y a jamais eu de réunions pour fixer les domaines de compétences des différents partenaires. Ces révélations de l'imam Dicko jouent sérieusement, sans doute, contre l'actuel ministre des Affaires religieuses et du Culte surtout en ce qui concerne la formation du prochain gouvernement.

Les leaders des églises catholique et protestante ont également interpellé IBK sur la question de l'éducation, la gestion du foncier au Mali et surtout la question de la justice.

Les leaders religieux ont unanimement salué la signature de l'Accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali et sa visite d'État en France.

M’Pè Berthé

Source: Delta News du 13/01/2016

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

UNESCO : Les journalistes de Reuters, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, lauréats du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2019

Les journalistes du Myanmar Kyaw Soe Oo et Wa Lone sont les lauréats conjoints 2019 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano, après recommandation par un jury international de professionnels des médias.

Lire la suite

Blog

Je suis dogon mais pas un génocidaire*

Ici c’est chez moi

Mes ancêtres sont venus de loin.

Du lointain Mandé, ils sont venus jusqu’ici.

Ils ne recherchaient pas de terres.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La cuisine électorale

25 Avril 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Abidjan: 2020, vers une élection apaisée?

25 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2019