COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU 06 MARS 2019

Publié le 07 mars
Source : l'Essor

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 06 mars 2019 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a adopté des projets de texte ; et procédé à des nominations.

AU CHAPITRE DES MESURES LÉGISLATIVES ET RÈGLEMENTAIREMENT

AU TITRE DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE L’HYGIÈNE PUBLIQUE

Sur le rapport du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le Conseil des Ministres a adopté :

    des projets de texte relatifs à la création, à l’organisation et aux modalités de fonctionnement de l’Hôpital de Dermatologie de Bamako.

    L’Institut central de la Lèpre ou Institut Marchoux, créé en 1935, avait pour mission la recherche et la prise en charge des affections dermatologiques pour les populations des pays membres de l’Organisation de Coopération et de Coordination pour la Lutte contre les grandes Endémies.

    Le Centre national d’Appui à la Lutte contre la Maladie a été créé en 2001 sous la forme d’un établissement public à caractère scientifique et technologique en remplacement de l’Institut Marchoux.

    Les activités du Centre sont essentiellement des activités de soins, de formation et de recherche menées par son Service dermatologique.

    L’Hôpital de Dermatologie de Bamako est créé sous la forme d’un établissement public hospitalier en vue d’une meilleure prise en charge des activités hospitalières et de recherche. Il permettra notamment :

    d’offrir des soins dermatologiques courants aux populations du Mali et des pays voisins et des soins spécialisés aux grands brûlés et aux malades atteints de toxidermies graves ;

    de créer des pôles d’excellence dans les domaines de la dermatologie comme la léprologie, l’allergie, la vénéréologie, la mycologie et l’histopathologie cutanée ;

    de développer la recherche et la formation spécialisées en dermatologie et d’appuyer les autres établissements de santé dans ces domaines.

    des projets de texte relatifs à la création, à l’organisation et aux modalités de fonctionnement de l’Institut national de Santé publique.

    L’Institut national de Santé publique est créé sous la forme d’un établissement public à caractère scientifique et technologique et sur la base de la fusion des structures suivantes :

    l’Institut national de Recherche en Santé publique ;

    le Centre de Recherche, d’Etudes et de Documentation pour la Survie de l’Enfant ;

    l’Agence nationale de la Sécurité sanitaire des Aliments ;

    le Centre de Développement des Vaccins ;

    le Centre national Influenza ;

    le Centre de Pharmacovigilance ;

    le Département des Opérations d’urgences de Santé publique du Centre national d’Appui à la Lutte contre la Maladie.

    L’Institut aura pour mission la mise en place d’un système de veille sanitaire et de surveillance épidémiologique et la promotion de la recherche sur les politiques et systèmes de santé.

    Les projets de texte adoptés consacrent les innovations suivantes :

    la mise en place d’un dispositif institutionnel adapté pour la facilitation et la coordination des interventions de surveillance et de riposte nationale ;

    la mise en réseau des compétences nationales ;

    la mise en œuvre des stratégies de sortie de crise et des stratégies de résilience.

AU TITRE DU MINISTÈRE DE L’HABITAT ET DE L’URBANISME

Sur le rapport du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret déclarant d’utilité publique les travaux de construction de l’Agence auxiliaire de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest à Kayes.

La réalisation de ces travaux empiète sur certaines propriétés privées qu’il convient d’exproprier pour cause d’utilité publique conformément aux dispositions du code domanial et foncier.

L’adoption du présent projet de décret s’inscrit dans le cadre de l’extension du réseau de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest dans notre pays.

AU CHAPITRE DES MESURES INDIVIDUELLES

Le Conseil des Ministres a procédé aux nominations suivantes :

AU TITRE DE LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE

    Secrétaire Général de la Grande Chancellerie des Ordres nationaux du Mali :

    Lieutenant-colonel Moutian Philémon DIARRA.

AU TITRE DE LA PRIMATURE

    Conseiller technique au Secrétariat Général du Gouvernement :

    Mamadou TRAORE, Inspecteur des Services Economiques.

AU TITRE DU MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE

    Ambassadeur du Mali à Ankara (République de Turquie) :

    Mohamed Aly AG IBRAHIM, Inspecteur des Finances.

AU TITRE DU MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE ET DE L’EAU

    Inspecteur en Chef de l’Energie et de l’Eau :

    Cheick Ahmed SANOGO, Ingénieur de l’Industrie et des Mines.

    Inspecteurs de l’Energie et de l’Eau :

    • Madame Nassira KEITA, Administrateur civil ;

    • Mahamadou OUEDRAOGO, Ingénieur de l’Industrie et des Mines.

AU TITRE DU MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET DE LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS

    Conseillers techniques :

    • Sidy ABOUBA, Inspecteur des Services Economiques ;

    • Mohamed COULIBALY, Professeur Assistant.

AU TITRE DU MINISTÈRE DE LA PROMOTION DE LA FEMME, DE L’ENFANT ET DE LA FAMILLE

    Conseiller technique :

    Sayon DOUMBIA, Administrateur de l’Action Sociale.

AU TITRE DU MINISTÈRE DES MINES ET DU PÉTROLE

    Conseiller technique :

    Issa COULIBALY, Ingénieur de l’Industrie et des Mines.

Source : l’Essor

Commentez avec facebook