Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU 24 JANVIER 2018

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi, 24 janvier 2018 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a adopté des projets de texte.

AU CHAPITRE DES MESURES LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES

AU TITRE DU MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE

Sur le rapport du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le Conseil des Ministres a adopté :

1. Des projets de texte relatifs à la ratification de l’Accord de prêt, signé à Abidjan, le 22 décembre 2017, entre le Gouvernement de la République du Mali et la Banque africaine de Développement, concernant le Programme d’Appui à la Croissance Economique Phase I (PACE-I).

Par la conclusion de cet accord, la Banque africaine de Développement accorde au Gouvernement de la République du Mali un prêt d’un montant de 9 millions d’Unités de Compte, soit 7 milliards 67 millions 250 mille francs CFA environ.

Le Programme d’Appui à la Croissance économique (PACE) est un appui budgétaire dont l’exécution permettra :

– d’améliorer la mobilisation des ressources publiques, l’efficacité de la dépense publique et l’inclusion sociale ;

– d’appuyer les réformes du secteur de l’énergie et le développement du secteur privé ;

– de renforcer la décentralisation de la gestion budgétaire.

2. Des projets de texte relatifs à la ratification de l’accord de prêt, signé à Washington, le 12 octobre 2017, entre le Gouvernement de la République du Mali et le Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe, concernant le Projet d’Approvisionnement en Eau de la ville Bamako.

Dans le cadre du financement du présent Projet, le Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe accorde au Gouvernement de la République du Mali un prêt d’un montant de 9 millions 500 mille Dinars Koweitiens, soit 16 milliards 995 millions 500 mille francs CFA environ.

Le Projet vise à appuyer le développement économique et social de la ville de Bamako et ses zones adjacentes, à travers la construction d’une nouvelle centrale de traitement d’eau, des lignes principales de transmission des réservoirs de stockage, des stations de pompage, des réseaux de distribution, des branchements domestiques et des bornes fontaines.

AU TITRE DU MINISTÈRE DES INFRASTRUCTURES ET DE L’ÉQUIPEMENT

Sur le rapport du ministre des Infrastructures et de l’Equipement, le Conseil des Ministres a adopté un projet d’ordonnance portant modification de l’Ordonnance n°00-009/P-RM du 10 février 2000 portant création de l’Institut Géographique du Mali.

Créé par l’Ordonnance n°00-009/P-RM du 10 février 2000, l’Institut Géographique du Mali a pour mission de participer à l’élaboration, à la mise en œuvre et au suivi de la politique nationale en matière de cartographie et de topographie. Avec la création de la Direction nationale du Cadastre en 2017, il a été recommandé de relire l’ordonnance du 10 février 2000 pour tenir compte des nouvelles missions transférées à ladite direction.

Le projet d’ordonnance adopté prend en charge cette recommandation et intègre dans les missions de l’Institut géographique du Mali celles relatives à la coordination et au contrôle de la production et la gestion de l’information géographique conformément à l’objectif global de la Politique nationale de l’information géographique de l’UEMOA.

Source: l'Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018