Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Déclaration de la Délégation de l'Union européenne au Mali à l'occasion de la Journée européenne et mondiale contre la peine de mort, le 10 octobre 2014

L'Union européenne  et le Conseil de l'Europe appellent à l'abolition  de la peine de mort au Mali

"Aujourd'hui, le 10 octobre, Journée européenne et mondiale contre la peine de mort, l'Union européenne et le Conseil de l'Europe réaffirment qu'ils sont fermement et absolument opposés à la peine capitale dans tous les cas et en toutes circonstances et qu'ils sont déterminés à agir pour qu'elle soit abolie partout dans le monde. Nous sommes vivement préoccupés par les reculs observés dans certains pays, par exemple les récents procès collectifs qui se sont conclus par d'innombrables condamnations à mort, l'élargissement du champ d'application de la peine de mort dans la législation de différents pays ou la reprise des exécutions après une interruption de plusieurs années.

Tous les États membres de l'Union européenne ont à présent ratifié les protocoles 6 et 13 de la Convention européenne des droits de l'homme et soutiennent à leur tour tout effort afin que la peine capitale ne soit appliquée dans aucun cas.

L'Union européenne et le Conseil de l'Europe saluent les mesures prises récemment par l'Union africaine en vue de l'adoption d'un protocole additionnel à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif à l'abolition de la peine de mort dont le nombre d'États parties a été porté à quatre-vingt-un récemment. Elles encouragent tous les États qui ne l'ont pas encore fait à ratifier ce protocole à l'occasion de son 25e anniversaire, en 2014.

L'Union européenne et le Conseil de l'Europe lancent un appel à tous les membres des Nations unies afin qu'ils apportent leur soutien à une résolution en faveur d'un moratoire sur l'application de la peine de mort, qui sera soumise au vote lors de la 69e session de l'Assemblée générale des Nations unies, en décembre 2014."

Le Mali n'est pas parmi les pays qui ont aboli la peine de mort mais un moratoire de fait existe sur les exécutions capitales.

Un projet de loi soumis en octobre 2007 par le Gouvernement malien à l’Assemblée nationale prévoyant l’abolition de la peine de mort n'a pas pu aboutir.

La Délégation de l'Union européenne au Mali invite l'état malien à donner suite aux recommandations émises par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies lors de la 15ème session de l’Examen périodique universel (EPU) en janvier 2013 qui invitent le Mali à :

  • maintenir le moratoire de facto sur les exécutions en vue d’abolir la peine de mort;
  • abolir la peine de mort pour tous les crimes;
  • ratifier le deuxième Protocole additionnel à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif à l'abolition de la peine de mort.

 

Le Secrétaire général condamne l’attaque meurtrière contre un véhicule de la mission des Nations unies au mali

NEW YORK, 3 septembre 2014 – La déclaration suivante a été communiquée, aujourd’hui, par le Porte-parole de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

Front social : Le président IBK reçoit les leaders de l’UNTM à 15 h

Après la grève générale décrétée, jeudi et vendredi dernier, par l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm), les syndicalistes ont reçu l’invitation expresse du Président de la République. IBK dont le mandat en pâtit lourdement, recevra les syndicalistes ce lundi à 15h. Ce qui apparait aux yeux de la centrale comme une victoire.

L'épidémie d'Ebola est «une urgence de santé publique de portée mondiale» pour l'OMS

L'Organisation mondiale de la santé a annoncé vendredi que l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola doit être considérée comme «une urgence de santé publique de portée mondiale». «Une réponse internationale coordonnée est essentielle pour arrêter et faire reculer la propagation internationale d'Ebola», insiste l'OMS, qui souligne le fait que l'épidémie qui sévit actuellement en Afrique de l'Ouest est la plus grave depuis quatre décennies. Le directeur de l'OMS appelle la communauté internationale à agir au plus vite.

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017