Redynamisation de l’économie malienne : quelques pistes

Avec la crise socio politique et la guerre qui a suivi, presque tous les partenaires au développement ont suspendu leurs assistances. Bien que les promesses d’aide de la communauté internationale ne cessent d’augmenter, le nouveau gouvernement malien doit pouvoir capitaliser sur les forces vives de la nation afin de mettre en place les bases du développement durable. Ainsi, l’évaluation des perspectives de croissance et de développement à moyen et long terme de l’économie malienne à la sortie de la crise se révèle incontournable si on veut agir efficacement. Ces lignes mettent en lumière notre point de vue sur les priorités de la nouvelle équipe dirigeante afin de remettre le pays sur  les chemins du développement. 

Les défis économiques et sociaux à relever

La reconstruction des principales villes affectées par la guerre, le déficit du capital humain, la baisse de la compétitivité / productivité, l’accentuation de l’insécurité alimentaire, la pression démographique au niveau des grandes villes, le faible accès de la population aux services sociaux de base (santé, eau potable, éducation) et l’aggravation du chômage constituent les principaux défis auxquels les futurs responsables doivent savoir donner une réponse adaptée au s’il veulent garantir la stabilité nécessaire après la reprise.

L’état délicat de la situation devrait soulever la conscience citoyenne des politiciens qui pour une fois devraient travailler pour le bien être de la collectivité. En effet, les pertes d’emplois subséquentes aux fermetures d’entreprises, l’assèchement des revenus fiscaux, la détérioration des échanges extérieurs et la baisse de la production agricole qui ont entrainé un renchérissement du prix des denrées de base, ainsi que les difficultés d’approvisionnement n’ont fait que rendre plus difficile la vie de chaque citoyen malien.

Une feuille de route pour la reprise

Tout comme bon nombre de pays en développement, la pauvreté malienne est d’abord rurale. Et sachant que les ressources naturelles constituent la base productive du monde rural, il serait urgent de redynamiser le secteur agricole sur lequel l’économie repose essentiellement. Rappelons que le Mali dispose d’un grand potentiel de développement économique grâce à la production agricole irriguée. L’appui à ce secteur ne serait que bénéfique à l’ensemble de la population. Comme on le sait, l’économie malienne est caractérisée par la prédominance des secteurs primaire et tertiaire 36% et 35.6% du PIB respectivement(Banque Mondiale).

Un appui soutenu au développement du secteur secondaire devrait être également envisagé même s’il s’agit dans un premier temps d’industries de transformation et de conditionnement de produits agricoles. Car il n’y aura pas de développement soutenu sans l’émergence du secteur industriel. La tertiarisation de l’économie accentuée par l’entrée des femmes sur le marché du travail doit être encouragée par un meilleur accès au crédit.

L’artisanat malien avec son apport de près de 12% au PIB peut devenir un outil puissant de développement et de lutte contre la pauvreté. Pour cela, il suffit que les ministères de la culture et du commerce prennent en main le développement de ce secteur afin que les produits des artisans maliens puissent avoir une meilleure place sur le marché international. Ainsi, la culture deviendra un levier économique important et les entreprises culturelles maliennes deviendront rentables et compétitives.

Notons qu’il sera important de capitaliser sur la contribution des territoires périphériques car les principales richesses du pays s’y retrouvent et ne sont pas encore exploitées. L’apport de la communauté internationale doit servir au développement des chantiers miniers, à l’exploitation du pétrole, à la construction de routes et au développement du  secteur énergétique.

*****

Sidy Bagayoko, Economiste

Sidy Bagayoko, Economiste

Tous les articles postés par Sidy Bagayoko

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Redynamisation de l’économie malienne : quelques pistes

  1. Zoumana BAGAYOKO dit :

    Merci bien mon frere pour tous ces analyses.
    Prions le Tout Puissant pour qu’Il nous accorde un president volontaire, devouer et combatif pour notre pays. Mon frère, j’ai peur pour le pays. Question : Est ce qu’il y a mergence sans justice ? En tant que que economiste, tu sais comment l’économie d’un pays fonctionne. Nous avons beaucoup d’expatriés qui sont très riche dans leurs pays d’acceuil mais ils n’ont pas confiance à notre justice pour investir. A l’interieur, la même chose c’est pour cela que tout monde cherche à mettre son écocomie dans l’achat des terrains pensant que cela est rentable. Ce que les maliens ont mis dans l’immobilier de 1991 à maintenant, s’ils les avaient mis dans l’agriculture , notre pays allait être le 1er exportateur du riz ou de quelque chose. Il faut que la justice travail correctement pour que nous puissions mobiliser l’épargne national d’abord. Merci

    • Sidy Bagayoko dit :

      Nous avons le devoir de promouvoir une efficacité économique aussi grande que possible tout en assurant une répartition des revenus qui soit communément acceptable et une large sensibilisation autour des valeurs démocratiques. Je souhaite qu’on ait un President qui aime plus le Mali et les maliens.

      • Aissata Mohamedine dit :

        sidy felicitation pour ses idées,je suis tres fiere de cela et je suis d’avis ,pour l’economie aussi il faut un changement de mentalité pas qu’aux politiciens mais aux peuples maliens car ils sont autant acteurs que ses dirigeants et politiciens!qu’on apprenne à etre de bons citoyens et à aimer notre pays!ce sont des facteurs aussi necessaires pour la redynamisation de l’economie!

  2. Aziz dit :

    Bonne analyse.
    Le Mali a besoin de gens comment vous avec des idées fraîches.
    Il faudrait peut-être songer à revenir et donner des idées à nos politiciens…

  3. sambox dit :

    Très bonne analyse de la situation socioéconomique du pays. Nous tous nous avons des comptes à régler pour ce pays comme il l’est notre frère…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>