Pauvre MALI : empêtré dans tes cendres, le pardon ne se commande pas, il se donne !

Certains journaux l’ont annoncé, info ou intox ? Wait and see, comme on le dit !

Une grande journée de réconciliation nationale, où serait réunie la brochette d’anciens présidents / président de la transition / président-élu / putschiste… Comme c’est pathétique de croire qu’il faille une énième cérémonie folklorique de ce type dans notre histoire, pour réconcilier le Mali.

Ceux qui auraient eu cette « brillante » idée, n’auraient donc pas hésité à confondre, à mélanger, à entasser et à mixer toutes ces personnalités, et ainsi les mettre sur un même pied d’égalité !

Dans le lot, et sans vergogne, nous retrouvons ainsi un président qui fut dictateur et dont « les 23 ans de règne » se sont soldés par la mort de milliers de jeunes maliens ! Mes chers amis, connaissez-vous seulement l’histoire pourtant récente du pont des martyrs que nous foulons au quotidien ?

Dans le fameux lot, nous avons bien sûr notre éminent et non moins célèbre capitaine putschiste qui s’est retrouvé honteusement « promu » au grade de Général des armées, par un miracle indescriptible, avec la complicité d’un Président de la transition béni oui-oui dont le court passage au sommet de l’Etat nous a valu l’équivalent d’un siècle de perte de dignité à la face du monde, pour ses «décisions », ou plutôt, ses « non décisions » !

Et on mélange tout ça ! A croire qu’ils se valent tous ! C’est vraiment pathétique… Ha oui bien sûr, dites-moi aussi d’où viendront encore ces millions de francs CFA pour organiser ceci ? De l’argent qui n’ira évidemment pas dans nos hôpitaux, dans nos écoles, et dans nos entreprises. Je me souviens de ce même type de cérémonie entre « bérets verts » et « bérets rouges » ! Cela a donné quoi au final ? J’ai besoin qu’on me le rappelle.

Chères Maliennes,  chers Maliens, quand allons-nous enfin regarder autour de nous pour prendre exemple en Afrique et dans le monde ? Quand allons-nous enfin rehausser le niveau du débat ?

Et qu’attendent-ils de ce cirque dont le Mali n’a absolument pas besoin ? Des discours, des accolades, des « pardonnons-nous », « oublions tout ça », « c’est fini, c’est le passé », etc. ? Et en un coup de « Sanogo qui embrasse ATT », les femmes violées au Nord seront guéries de leurs blessures, les hommes amputés de leurs membres retrouveront l’usage de leurs mains, les jeunes sans emploi se retrouveront à la tête d’entreprises prospères, les chefs de famille spoliés se retrouveront plein de dignité, les enfants illettrés à force de congé à durée illimitée se retrouveront à « Questions pour un champion » !

Il ne suffit pas de « passer la pommade » pour que la plaie guérisse. Il faut un travail de profondeur à l’exemple de ce qui s’est passé dans d’autres pays, comme le Rwanda, ou encore l’Afrique du Sud, qui commencent à réussir leur reconstruction.

Certes, nous devons nous serrer les mains, entamer un dialogue, mais nous devons abolir l’impunité pour ceux qui ont fait du mal. Ceux qui ont souffert doivent pouvoir s’exprimer dans les tribunaux et les coupables doivent être punis.

Il n’y a que sur la base de la VERITE et de la JUSTICE que nous pourrons éviter de commettre les mêmes erreurs qui ne cessent de se répéter depuis plus de 50 ans. Au Mali, nous voulons la paix au Nord et aussi au Sud, mais d’abord dans chaque foyer et dans le cœur de chaque malien.  Il y’a un énorme travail à faire pour guérir nos cœurs… Ensuite, oui seulement ENSUITE, nous pourrons CHOISIR de pardonner.

Le pardon ne se commande pas, il s’arrache pas, il se donne !

Hawa Dème

Hawa Dème

Hawa Dème

22/08/2013

Suivez Hawa sur Twitter @hawademe
ou sur Facebook : https://www.facebook.com/demehawa

Tous les articles postés par Hawa Dème

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Pauvre MALI : empêtré dans tes cendres, le pardon ne se commande pas, il se donne !

  1. Diaw Amadou dit :

    Le pardon Malien est basé sur une tradition de centenaire qui ne se comprend pas facilement par les effets d’un héritage voulu ou non de l’école française. Le cas Malien n’est surtout pas comparable au cas Rwandais sans porter de jugement de valeur au Rwanda. Culturellement même le pays frère de la Guinée dont la ou les cultures sont des plus proches de celles du Mali ne saurait prendre conseil simple du Mali pour se sortir de son pétrin.
    Il est conseiller de s’informer sur les réalités cultures et histoires du Mali avant de se précipiter sur des conclusions.
    Sans rancunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>