L’insécurité, le nouvel os à ronger jeté aux peuples par la coalition des affameurs

Le pillage des ressources naturelles par les multinationales, en complicité active avec nos dirigeants,empêche le développement, l’émergence d’une véritable démocratie et conduit inéluctablement à l’insécurité, elle-même prétexte à réduire le peu de libertés existant dans nos pays– mais pas seulement chez nous. L’insécurité est devenue l’alibi ultime des pays démocratiques pour réduire les droits des citoyens, chez eux mais aussi partout dans le monde.

Le bon, la brute et le truand

Chers concitoyens, ayez peur des méchants, ces brutes épaisses de terroristes !Nous, les Gentils puissants, les Bons, faisons tout pour que vous, les Brutes candides, n’ayez plus peur des méchants : dormez tranquilles, nous nous occupons de votre sécurité ! Laissez-nous faire, nous veillons sur vous : nous mettons vos villes à feu et à sang au nom de votre libération (c’est plus joli que civilisation, non ?). Oui, nous voulons vous libérer de ceux qu’on a installés et armés pour vous mater mais qui veulent jouer solo– ingrats avec ça ! Puis nous vous envoyons nos gentilles ONG humanitaires mettre des cautères sur des jambes de bois. Ben oui, il faut bien donner du travail à nos ressortissants,surtout avec ce chômage qui s’incruste chez nous et qu’on ne peut pas expulser comme un vil clandestin.Mais en retour, ils doivent lever des fonds auprès de nos braves concitoyens pour maintenir le territoire dévasté dans un état de sous-développement chronique afin que personne ne nous embête pendant qu’on sécurise (le mot magique, je vous dis) notre mainmise sur les richesses.

Mais nous, on n’est pas les vrais méchants. Nous au moins, on pense à nos peuples, on veut qu’ils aient chaud l’hiver, qu’ils soient au frais l’été, on veut qu’ils soient correctement habillés, qu’ils mangent bien, qu’ils sachent au moins lire et écrire, qu’ils habitent dans de vraies maisons, qu’ils travaillent : bref, on veut le bien de nos peuples ! On ne garde pas tout pour nous, nous on a compris. On a déjà eu nos révolutions, on sait qu’en partageant un tout petit peu, on est tranquillement réélu pour revenir se régaler à la table du festin international. Du pain et des jeux (le PMU marche du feu de Dieu !!) et le tour est joué : c’est pas cher et ça rapporte gros !

Est-ce notre faute si leurs dirigeants truands ne pensent qu’à panser leur panse ?Pensez donc, il nous suffit simplement de nous adresser à leur ventre plutôt qu’à leur tête, pour les mettre en mouvement. Vous voyez bien, depuis qu’on leur a promis, oui oui, juste promis, pas donné, quelques milliards de francs CFA, tout baigne :

  • On a les négociations avec le MLNA. Campaoré reprend du service. Après Déby, il sera le prochain président à mater ses opposants sous le regard de velours de la « communauté internationale »…Sacrée démocratie, va !
  • On a les élections à la date qu’on veut : on vous l’avait bien dit qu’on serait « intraitable » sur les élections ! Dommage que ce langage ferme ne marche pas avec le chômage chez nous ! On varéinstaller confortablementnos valets nègres et la danse du ventre va pouvoir reprendre.

On vous le dit, ils n’ont pas de tête : n’importe quelle personne sensée s’assurerait d’abord que l’argent est sur son compte avant de vendre ce qui ne lui appartient même pas en plus !! Une fois nos petites affaires assurées sur le papier, quel recours si l’argent « promis » n’arrive pas ? Vous voyez, ce n’est pas compliqué. On vous inonde de grands mots– Relations internationales, Communauté internationale… – mais ce n’est qu’une histoire de ventre : chacun veut manger la laine sur le dos du plus faible.

Une fois les élections passées, nous pourrons passer aux choses sérieuses, et pendant qu’ils rêveront de milliards, nous on « sécurisera » notre mise. Voyez-vous, avec eux, on peut faire nos petites affaires tranquilles, une petite miette de temps en temps par-ci, par-là, et hop, le tour est joué : tout passe dans notre poche. Mais alors, et la démocratie ? Comme le reste, pour servir notre cause !

Qui a dit que la France-Afrique était un mirage du désert ?

Imaginez qu’un Chavez noir vienne nous tenir tête !! Le cauchemar ! Les États-Unis viennent de perdre, enfin, le leur, n’allez pas nous le réincarner en Afrique ! Avant on envoyait nos barbouzes et on n’en parlait plus, mais aujourd’hui, avec la mondialisation, il y a des effets collatéraux non souhaités, et il vaut mieux faire attention car avec internet, tout finit par se savoir. Voyez tous ces scandales qui embêtent Obama et Hollande chez eux ! Misère ! Et cette ONG française, l’Observatoire du nucléaire , qui accuse Areva de corrompre le président du Niger. On a bien essayé de le faire taire et de lui intenter un procès pour diffamation mais le procès est constamment reporté (février 2013, puis décembre 2013), étrange, non ? Écoutez Pascal Canfin (à partir de la 9e minute), ministre du Développement et écologiste, reprocher à M. Lhomme, directeur de l’Observatoire du nucléaire, ses convictions écologistes au nom de l’intérêt d’État ! C’est tellement plus facile de refuser d’embarquer dans un avion qui transporte un Malien expulsé. Ça, ça fait vraiment avancer la démocratie et le développement : Manuel Valls se marre !!!

Toujours est-il qu’en mars 2013, Arevaa reconnu avoir versé 35 millions d’euros au Niger pour aider le gouvernement à sécuriser ses sites d‘uranium. « Nous avons effectivement consenti à soutenir cet effort à concurrence de 35 millions d’euros », a tenu à déclarer Olivier Wantz, directeur général adjoint d’Areva chargé de l’activité minière. Il ajoute qu’il s’agissait « d’un geste pour soutenir l’effort qui est fait au niveau de l’État du Niger pour protéger les activités, les biens et les personnes qui sont liés à nos activités ».Le moins que l’on puisse dire est que la volonté des terroristes a été plus forte que l’argent… À méditer par tous ceux qui pensent que l’argent est la solution à tous les problèmes. Ils devraient essayer la volonté politique, ça demande du courage mais ça peut marcher !

Non, non, il faut les empêcher d’ouvrir les yeux, les occuper à chercher leur pitance quotidienne du matin au soir, les laisser faire des enfants qui iront alimenter la cohorte des miséreux bien utiles dans nos mines. S’ils venaient à comprendre tout ce qui se passe réellement, on aurait du souci à se faire. Ils envoient leurs enfants faire des études chez nous mais comme ce ne sont pas forcément les meilleurs, ni les plus patriotiques, soit ils restent chez nous, soit ils rentrent chez eux nous servir. Une chance que l’argent ne rende pas intelligent !

Nous, on pensait que la mondialisation nous permettrait de placer nos milliards au gré de nos intérêts, d’imposer nos règles aux pays faibles afin de les affaiblir encore plus. Ce n’est pas de notre faute si, à force de ne nourrir que leur ventre, ils en ont oublié leur tête et ne savent même pas utiliser un traité à leur avantage.Vous me direz qu’il faudrait qu’ils aient déjà envie de faire quelque chose pour leur pays. C’est vrai, c’est bien la volonté politique qui leur manque le plus !

Eux, ce sont les vampires,les fils de ces territoiressans lesquelson ne pourrait rien faire. Oui, il faut sauver la face de la démocratie tout de même, on ne va pas débouler avec nos armées impériales pour les asservir. Non, ils font ça très bien eux-mêmes.

Prends l’oseille, ne te tire pas et incruste-toi

C‘est le dernier film sur les écrans à Bamako. Mes chers concitoyens, pendant que vous regardez en directle dernier film d’action que nous vous avons concocté dans les plus hautes sphères internationales (vous avez remarqué comment internationalrime avec intouchable ?), nous pouvons faire notre vrai travail : nous enrichir en vous appauvrissant, vous, votre sous-sol et votre environnement !

Mais nous on est gentils : on fait ça pour nos peuples… aussi. Et vous, ils vous trahissent pour qui ?

On n’est jamais trahi que par les siens

Aida Hadja Diagne

Aida Hadja Diagne
aidah.diagne@gmail.com

Tous les articles postés par Aïda Hadja Diagne

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’insécurité, le nouvel os à ronger jeté aux peuples par la coalition des affameurs

  1. EPINOUX Jean Louis dit :

    Ce texte se passe de commentaires, il se suffit à lui-même. Il traduit avec réalisme le cynisme avec lequel macro-politique et macro-économie conduisent les affaires « pour le bien de tous ». Les réseaux sociaux peuvent-ils se structurer en contre pouvoir ? et comment ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>