Les Intellectuels, Blogueurs et Internautes Maliens écrivent au Président IBK

A Son Excellence, Monsieur Ibrahim Boubacar Keita,
Président de la République du Mali,
Chef de l’Etat,

Excellence, Monsieur le Président de la République,

Nous sommes des intellectuels, blogueurs et internautes maliens résidant au Mali et ailleurs, soucieux du devenir harmonieux de notre pays et de la gestion des affaires publiques.

Notre pays a été profondément bouleversé par les crises qu’il a connues ces dernières années et dont les conséquences, drastiques et malheureuses encore visibles et perceptibles, ont durement frappé les populations dans leur totalité, particulièrement celles vivant dans la partie septentrionale.

Grâce aux efforts conjugués du peuple et de la forte participation de la communauté internationale, vous êtes, au terme d’un suffrage dont le déroulement et les résultats ont été salués par tous, installé à la tête de l’Etat du Mali, en qualité de Président de la République.

De nombreux maliens se sont réjouis de votre élection, au delà des options partisanes tant et si bien que vous êtes apparu à leurs yeux comme le dernier rempart.

Tous ces maliens du Mali et d’en dehors ont été assez subjugués par la campagne hardie que vous avez menée, à l’occasion de la dernière élection présidentielle, les propos tenus tout le long et l’offre politique faite aux maliens :

  • POUR L’HONNEUR DU MALI, IBK, LE MALI D’ABORD ;
  • IBK, LE MALI D’ABORD ;
  • POUR LE BONHEUR DES MALIENS, IBK,

Ont fini par être convaincus et se sont convaincus que vous êtes sans doute la personne qui méritait de diriger le Mali, « difficile » et en « crise » qui naissait au lendemain de votre élection.

Depuis cette période et les époques qui ont suivi, les mêmes personnes à l’origine de votre élection à la tête de l’Etat, sont aujourd’hui quelque peu dubitatifs quant à l’avenir immédiat du Mali et des maliens, sous votre magistrature.

A en croire tout ce qui est ressenti et exprimé par vos concitoyens de plus en plus nombreux et les relais dans la presse, tant nationale que internationale, il y a lieu de s’interroger tout comme les membres de l’opposition politique malienne et la société civile sur la qualité de la gouvernance et son mode opératoire.

Ces interrogations ont plus récemment trouvé écho auprès des bailleurs de fonds et partenaires financiers du Mali, dont les plus importants ont gelé le décaissement des fonds destinés à notre pays, en ne manquant pas d’émettre des réserves inquiétantes sur la moralité de certaines dépenses effectuées à l’occasion de passation de marché en vue d’acquisition de matériels militaires, d’aéronefs ou de restauration de bâtiments publics.

Les nombreuses nominations aussi bien au sein des gouvernements que dans les plus hautes sphères des Institutions de la République, y compris lorsque cela s’est fait au moyen d’une élection, nonobstant la légalité incontestée du suffrage, ont été très mal perçues et appréciées plutôt négativement.

Enfin, l’évocation de votre nom dans le cadre d’une affaire criminelle, concernant un personnage de votre entourage, même en l’absence de toute implication personnelle vous concernant, commande de prendre vos distances tant vis-à-vis de la personne que des liens supposés avec cette personne.

C’est tout cela qui concourt à laisser la place à la gouvernance qui est la vôtre, dans un cadre teinté de manque de transparence, d’éthique et de rigueur que les nombreux maliens, qui ont contribué ou non à votre élection sont en droit d’attendre et d’exiger de vous des corrections nécessaires et utiles.

Sur un tout autre plan, les maliens apprécient fortement dans son principe, l’option malienne de régler la crise du nord au moyen du dialogue et de la concertation plutôt que par les armes et cela dans le respect de l’intégrité de notre territoire. Ils se réjouissent également que le cadre de dialogue inclusif permette plus la participation effective de tous les protagonistes, de sorte à leur donner le moyen véritable de s’exprimer, dans une dynamique de paix définitive, de concorde et de réconciliation nationales certaines.

C’est pour cette raison que nous vous exhortons à élargir le champ de vos consultations, en incluant davantage d’acteurs politiques que des membres composant les différentes sociétés civiles, professionnelles, confessionnelles, traditionnelles, etc.

Dans le même sens, la consultation des anciens Présidents de la République et Chefs de l’Etat du Mali pourrait être d’un apport.

Nous vous souhaitons bonne réception de la présente lettre que nous nous permettons d’ouvrir au public sans même vous avoir demandé votre autorisation.

Nous vous prions de recevoir, Excellence Monsieur le Président de la République, l’expression de nos sentiments distingués.

USA, le 07 Juillet 2014

Pour les Intellectuels, Blogueurs et Internautes Maliens

Talatou A. Maiga

Abdoulaye Keita

Tous les articles postés par admin

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>