Hommage au président Modibo Keïta

(Enseignant, premier président de la république du Mali, Modibo Keïta est mort en détention en 1976 sous le régime de Moussa Traoré.)

 Mesdames et messieurs,

Nous sommes réunis ce jour, 16 mai 1995, pour saluer la mémoire de Modibo

Keïta, pour restituer à Modibo cet hommage qui aurait dû lui être rendu il y a dix-huit ans, au moment de sa mort en détention à l’âge de soixante-deux ans, dans des circonstances qui ont troublé toute conscience civilisée. Nous sommes réunis ce jour pour témoigner au premier président de la République, au père de l’indépendance du Mali, toute la reconnaissance de la nation. Le martyre du fils de Daba Keïta et de Fatoumata Camara est celui de tout notre peuple.

Nous savons gré à Modibo Keïta pour sa rigueur morale, pour son intégrité, pour son amour ardent du travail, du travail bien fait, pour son sens élevé du devoir. Personne ne doit oublier sa contribution exceptionnelle à l’œuvre d’édification d’une économie nationale indépendante, sa passion du Mali et de l’Afrique, son combat inlassable pour l’unité africaine, son engagement constant auprès des peuples du tiers-monde à travers le Mouvement des non-alignés, sa lutte pour la paix dans le monde. Il a été de tous les combats justes, de tous les combats des opprimés. Dix-huit ans après sa mort, l’itinéraire politique de

Modibo Keïta reste une source d’inspiration.

Des erreurs et des fautes commises dans le feu de l’action, nous devons aujourd’hui tirer les leçons pour renforcer la chance exceptionnelle que notre peuple s’est donnée le 26 mars 1991, pour reprendre l’initiative, pour assumer son destin. Nous avons fait, quant à nous, le choix de valoriser le travail et les travailleurs, de libérer et d’appuyer les initiatives économiques individuelles et collectives dans le cadre d’une économie de marché, sur une base de solidarité et de justice. Nous devons redonner confiance aux jeunes, aux travailleurs, à nos soldats.

Notre combat est celui d’un État de droit, veillant scrupuleusement à la défense des droits de l’homme. Notre combat est celui d’un Mali uni et pluriel, plus que jamais « Afrique ». Notre combat est celui d’un Mali réconcilié avec lui-même, avec sa mémoire, d’un Mali de tolérance excluant la violence dans le débat politique, un Mali qui garantira toujours l’expression plurielle dans la transparence.

Pour ce faire nous avons conscience qu’il nous faut une administration plus transparente, plus laborieuse, plus compétente, luttant sans répit contre la corruption et le gaspillage ; une justice indépendante, sereine et équitable. Il nous faut réaliser un consensus plus large autour des grandes questions nationales ; constituer un véritable front de démocrates et de patriotes, seul capable de réaliser le plus rapidement et durablement possible le changement, un changement équitable, non exclusif, représentant un espoir pour les plus démunis.

Pour ce faire, je sais pouvoir compter sur les hommes et les femmes qui ont aujourd’hui les destinées du gouvernement et qui ont su, malgré un héritage catastrophique, un apprentissage démocratique difficile, renforcer l’autorité de l’État en évitant l’installation de l’anarchie et la guerre civile, créer les conditions d’un redressement économique. Il s’agit là d’une tâche historique, d’une tâche de génération que nous saurons relever.

Hommage à l’instituteur Modibo Keïta, à tous les autres instituteurs, aux commis, aux infirmiers et à tous les autres qui, grâce à leur patriotisme, ont su se hisser à la hauteur de leurs nouvelles responsabilités, maintenant ainsi le cap du Mali. Merci au secrétaire général de l’Union soudanaise-RDA et à tous ses compagnons d’avoir donné à notre pays un nom, son nom, d’avoir sauvé en son temps l’honneur et la dignité du Mali et de l’Afrique. Que Dieu continue de veiller sur Modibo Keïta !

Qu’il préserve le Mali dans ses épreuves !

Vive la République ! Vive le Mali démocratique dans une Afrique unie !

Alpha Oumar KONARE,

Bamako (Mali),

16 mai 1995

NB : Ce discours est un extrait de « La Bataille Du Souvenir », éditée par Cauris Livres, lancé le 15 mai 2016 à Bamako

alpha-oumar-konare_1

 

Tous les articles postés par admin

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>