Édito : IBK, une ambition manquée pour le Mali ?

Quelle action imprimer désormais à la marche de l’État ?

Le Mali, en pièces détachées, les positions se cristallisent, la gouvernance orageuse et le peuple meurtri. L’urgence, c’est de sauver la patrie en danger. Tout le reste n’est que littérature.

Monsieur le Président, ceux qui vous disent que tout va bien sont vos premiers ennemis. Le pouvoir, votre pouvoir ne tient malheureusement  qu’à un petit fil, un fil si fragile comme le Mali que vous dirigez tant bien que mal. Ouvrez grandement vos yeux et changer de cap.

Le Mali est malade, aujourd’hui plus qu’hier. C’est cela la triste vérité. Les zélateurs, courtisans et flagorneurs préfèrent toujours vous caresser dans le sens du poil. ATT l’a appris à ses dépens. Vous pourrez demander ses sages conseils. Lui, au moins a fini par comprendre les Maliens, mais c’est bien après Koulouba.

Le pouvoir rend fou. Les courtisans aussi. Le peuple vous regarde et vous n’avez plus le droit de fléchir.

« On ne me trimballe pas ». Nous avons tous applaudi. Et aujourd’hui, l’État est trimballé sous le règne du « Kankelintigui » . Un pays à vau-l’eau où l’espoir est sacrifié et où la misère se lit sur les visages. La corruption est devenue une gangrène.

« Le Mali n’est plus un gâteau, mais une pâtisserie », selon l’heureuse formule du rappeur Master Soumi. Oh combien, il a raison l’artiste ! Où est l’homme d’État IBK adulé, craint et respecté de tous ? Le mythe s’est-il effondré ?

IBK, une ambition manquée pour le Mali ?

Un gouvernement stagiaire qui gère les affaires courantes. Un État failli, brouillon et informel. C’est cela le Mali d’aujourd’hui sous votre magistère.  Il n’y a pas de raison d’en être fier. Le tableau est sombre.

Excellence, vous avez encore une toute petite carte en main. À vous de savoir l’utiliser pour faire vivre et revivre votre ancien slogan « Le Mali d’abord » pour l’honneur et le bonheur des Maliens. Pardonnez mon impertinence !

Monsieur le Président, vous êtes sur une corde raide : basculer dans l’oubli, le regret  ou sauver ce qui doit être sauvé, sinon le réveil sera brutal. Le bateau Mali tangue, tangue et prend de l’eau de partout. Où est IBK ? Où est le défenseur de la veuve et de l’orphelin ? Où va le Mali ? Y a-t-il un pilote dans l’avion ? Le constat est déroutant ! L’échec patent. Le spectacle étonne et détonne. Où est le chef d’orchestre IBK?

Voyez-vous Excellence, dans votre propre camp, vous n’avez plus de défenseurs. Ils se cachent . Vous vivez dans votre quotidien la solitude du pouvoir.

Vous avez réussi à dresser contre vous une grande partie de l’opinion, sacrifié le capital sympathie d’un bon nombre de vos partisans. Je cherche encore les raisons de ce divorce d’avec votre peuple. Les espoirs déçus et les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs.

On ne gouverne pas innocemment. Tout le monde ne peut pas être contre vous Excellence. Sortez de votre confort et vous comprendrez les soupirs et les gémissements de ce peuple meurtri, affamé et désœuvré. Un peuple dans le besoin est un peuple vulnérable.

Le Malien encaisse, il encaisse beaucoup, mais quand il se rebelle, il devient méconnaissable. Les crises dans un pays  expriment toujours un malaise, une injustice, une frustration. Il faut savoir décoder, déchiffrer et comprendre … Il y va de votre salut et de celui de la République.

Excellence, le pays va mal. Les citoyens divisés entre partisans du M5-RFP et pouvoir. Tout cela ne vous sert pas. Je cherche encore les mots pour parler de ces maux qui n’honorent nullement votre magistère. Changez de cap Excellence ! L’histoire se joue !

Monsieur Mohamed Attaher Halidou, Journaliste.

Mohamed-Attaher-Halidou

 

 

 

 

 

 

 

Tous les articles postés par admin

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>