Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Il est tout a fait normal que les citoyens maliens soient irrités par le duo franco-algérien dans la mesure où Bamako n’y a pas été associé et l’on peut effectivement s’interroger : d’abord, le gouvernement du Mali n’a jusqu’ici bénéficié d’aucun soutien de l’Algérie et de la France pour le retour de l’administration et de l’armée malienne à Kidal. Pourtant, l’Algérie qui a une forte influence sur certains groupes armés aurait pu faire preuve de fermeté. Quant à la France, elle aurait pu jouer le rôle d’arbitre et calmer le jeu entre la CMA et la plateforme en conflit autour de la gestion de Kidal. En réalité, elle est accusée par le Gatia de partialité. En effet, la CMA n’était plus grand chose et brusquement, elle est réarmée et tient le Gatia en échec. Le rôle de l’Algérie et de la France devient inquiétant, d’autant plus qu’ils auraient du permettre la mise en place beaucoup plus rapide de l’accord de paix et de réconciliation.

Nous avons l’impression que ces deux pays font traîner le retour à la paix au Nord du Mali. La France, et ce n’est pas nouveau, pourrait souhaiter que l’on s’acheminât vers une solution que les indépendantistes du nord pourraient accepter. Beaucoup de conditionnels mais n’étant pas dans ‘les secrets du dossier’ nous ne pouvons que nous tourner vers les gouvernants maliens pour nous éclairer d’avantage sur le dossier. Or, ces gouvernants ont toujours eu des difficultés à faire des concertations ou avoir des conversations avec les citoyens maliens. L’autonomie de Kidal pourrait être la solution vers laquelle on s’achemine sous la houlette de la France. Nous comprenons, si tel était le cas, l’opposition de l’Algérie qui a d’une part toujours quelques problèmes avec ses tribus berbères de Kabylie et qui, d’autre part, ayant réussi à calmer les velléités autonomistes verrait d’un mauvais œil les touaregs maliens donner des idées à ceux du sud algérien.

Finalement, le retour à la paix ne plaît ni aux Français ni aux Algériens pour des raisons différentes voire opposées. En conclusion, la paix n’est pas pour demain. Nous sommes peut-être dans l’erreur mais nous aimerions bien qu’on nous le dise.

Cheick Boucadry Traoré

cheick-Bougadry

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

« Non au projet de réforme constitutionnelle ! Antè, a bana, Touche pas à ma constitution ! Tels sont les mots d’ordre lancés le samedi 17 juin 2017 par l’opposition, la société civile et certains syndicats dans une marche gigantesque.

Partis politiques de l’opposition, société civile, syndicats, tous fédérés autour d’un mot d’ordre au-delà de leurs divergences ! Ce n’est pas peu. C’est probablement, vous le savez sans doute, Monsieur le Président, l’une des marches les plus imposantes organisées depuis la chute, il y a déjà 26 ans, du régime de Moussa Traoré.

Ce n’est pas tout. La contestation prend de l’ampleur à l’intérieur du pays, Monsieur le Président, et elle s’étend à l’extérieur : en Europe, en Amérique, un peu partout où se trouvent des communautés et des représentations diplomatiques maliennes.

Je vois là, Monsieur le Président, un moment crucial de votre mandat, et peut-être de l’histoire du Mali, et c’est parce que j’y vois un moment crucial que je me résous à prendre ma plume. Une entorse à ma ligne de conduite, qui était toute de retenue par rapport à votre exercice du pouvoir. Oui, je dégaine facilement le verbe, mais malgré les interpellations et les appels insistants de certains militants du mouvement démocratique ou d’intellectuels plutôt bien intentionnés, je me suis gardée jusqu’à présent d’intervenir dans le débat public, du fait de ma position d’ancienne Première Dame.

En effet, vous ayant côtoyé durant ces longues années où vous avez été l’un des plus proches collaborateurs du président Konaré – d’abord directeur adjoint de sa campagne et, aussitôt après son élection, conseiller diplomatique à la Présidence, ambassadeur, avant d’être promu ministre des Affaires étrangères et enfin Premier Ministre –, sans compter que vous avez été aussi président de l’Alliance pour la Démocratie au Mali, Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (ADEMA-PASJ), je fais aujourd’hui violence à la réserve que je me suis imposée durant tant d’années.

Je ne suis pas une donneuse de leçons, Monsieur le Président, mais considérez votre projet référendaire sur la réforme constitutionnelle sous l’angle de son effet sur le lien social, ce déterminant essentiel de notre « vivre ensemble», ce « principe de cohésion sociale et de civilité », pierre de touche de la culture malienne. C’est ce principe et lui seul qu’il importe de mobiliser en ces temps où le Mali est en danger.

Le grand péril qui se profile à l’horizon proche avec la création d’un front anticontestataire composé de partisans du Oui à la constitution, vos partisans, c’est le risque de fracture entre deux groupes de citoyens.

N’admettez pas, Monsieur le Président, que se produise une situation propice à toute forme de radicalisation d’un côté comme de l’autre qui serait susceptible de compromettre la paix sociale. Vos fonctions vous font obligation de rasséréner avec le même degré de traitement les deux camps.

Assurément, toute constitution est susceptible de modulations face à la diversité des défis que subissent les générations. Si sacrée soit-elle, elle n’est pas une momie figée ni un fétiche abominable capable d’exterminer tous ceux qui le manipulent. Pour autant, l’on ne saurait la changer sans précautions majeures.

Ne voyez pas sujet de fâcherie ou d’offense à votre magistère, Monsieur le Président, lorsque l’on vous rappelle des faits : la constitution de 1992 est directement sortie des entrailles ensanglantées de la révolution de 1991 ; elle a été rédigée en lettres de sang. Y toucher demande un large consensus, le plus large possible, ce consensus même qui a prévalu à sa rédaction.

Ne voyez pas sujet de fâcherie, Monsieur le Président, lorsque l’on argumente que le projet de réforme constitutionnelle en ces temps-ci est anticonstitutionnel. L’article 118 de la constitution du 25 février 1992 est sans équivoque : « Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire. »

Aucune querelle de chapelle, ni d’interprétation des textes n’est à faire valoir. Jamais, depuis l’indépendance, atteinte plus grave n’a été portée à l’intégrité du territoire du Mali, Monsieur le Président. Kidal est pratiquement en sécession depuis quatre ans. Circuler dans le Nord et le Centre du Mali devient périlleux. Ce Centre croule sous les coups de boutoir de divers groupes armés. L’intégrité territoriale du pays est tellement rognée que le Mali ne doit sa survie, en dépit du courage de nos forces armées, qu’aux forces étrangères.

Ne nous voilons pas la face : notre pays est désormais, plus que jamais, sous « protection vigilante ».

Ne voyez pas sujet de fâcherie, Monsieur le Président, lorsque l’on argue que le nouveau projet renforce les pouvoirs du président. Un de vos soutiens disait même qu’il ne faisait que formaliser un état de fait.

Sachez, Monsieur le Président, que plus l’exécutif centralise, plus il rend les citoyens dépendants de lui. Plus il les rend cupides, plus il anéantit leur esprit d’initiative. Cette dépendance collective est une sorte de dictature, insidieuse ; de plus, elle freine considérablement la démocratie de progrès, au sens de la responsabilité et de l’épanouissement individuel.

Renoncez, Monsieur le Président à toutes ces incantations triomphalistes, qui ne débouchent que sur l’apologie du « moi », et par là sur l’incivilité, pour opposer le régime de clientèle obséquieuse au régime démocratique mené d’une main ferme par un chef déterminé mais humble.

En effet, la démocratie, qui est le maître mot de toute cette affaire, est une dynamique de partage, un art de gouverner ensemble dans le respect des uns et des autres, Monsieur le Président. Et c’est à leur degré d’humilité que se reconnaissent les grands chefs.

De l’humilité, encore de l’humilité et toujours de l’humilité ! Céder alors qu’on a les moyens de sévir honore et grandit un chef.

Dédaignez, Monsieur le Président, les objurgations et l’écholalie contreproductive des flagorneurs, opportunistes, complaisants, matamores et vat-en-guerre de tout acabit qui vous orientent vers la faute, qui vous poussent à vous accrocher à ce projet de révision constitutionnelle.

Monsieur le Président, je ne suis sur aucun registre : ni le registre du Oui ni celui du Non. J’en appelle simplement à votre sagesse. Il y a suffisamment de feux en la demeure pour ne pas encore y allumer un nouvel incendie. Il y a suffisamment de fronts de guerre dans le pays pour ne pas en ouvrir un autre.

L’histoire n’aime pas la mise en scène du duo antagoniste marcheurs/contre-marcheurs, manifestants/contre-manifestants.

Sans barguigner, optez donc, Monsieur le Président, pour l’apaisement. Dégonflez tous les biceps, qu’ils soient discursifs ou bellicistes. Oui, faites l’économie d’une menace dans ce pays déjà miné par tant de fléaux. Vous savez bien, Monsieur le Président, qu’en plus de votre titre de président de la République, les Maliens vous affublent allègrement de celui de Mandé mansa, le mansa du Mandé ou tout simplement mansakè.

Mansa, Monsieur le Président, dois-je le rappeler, est le titre dynastique des empereurs du Mali médiéval. Après le règne de roitelets locaux portant déjà ce titre, le premier mansa empereur fut Sunjata Kéita, arrivé au pouvoir au milieu du XIIIe siècle. En flattant son ego outre-tombe, les griots panégyristes évoquent ses hauts faits glorieux consacrés par la force de l’arc.

Certes, à travers Sunjata, c’est vous qu’on entend glorifier et magnifier, vous le héros du jour. Par ses détours langagiers, la tradition des griots procède à des télescopages temporels faisant de l’ancêtre et de son supposé descendant un seul et même personnage.

Mais sortez de ce prisme guerrier, Monsieur le Président. Ne vous laissez pas étourdir par les effluves de l’encensoir des illusions, fiez-vous à la sagesse et non à tout ce charivari assourdissant que vous entendez autour de vous. Il peut vous entraîner sur le chemin de l’orgueil insensé.

Gouverner est un art, mansaya, un comportement, Monsieur le Président. Mais essoufflée dans l’absolutisme, la mansaya s’est érigée au fil du temps en sagesse : le voyageur marocain Ibn Battouta, qui a visité la capitale du Mali sous le règne de mansa Souleymane en 1352, nous laisse un témoignage édifiant sur le sens de la justice, la capacité d’écoute de ce souverain au nom duquel le peuple jurait pourtant : mansa Souleymane ki ! Vous aimez faire référence au passé glorieux de notre pays, à ses valeurs, je vous prends donc au mot…

Sortez de la logique de procrastination, Monsieur le Président. Montez au cran supérieur en annulant tout simplement votre projet. Le peuple du Mali saluera votre sagacité. Faites preuve de bonne foi : dans un grand discours au ton renouvelé, du haut de vos fonctions régaliennes, adressez-vous à la Nation entière, et mettez tout de suite en place une structure de gestion du dossier, qui solliciterait et mobiliserait l’ensemble des acteurs de la société civile et des partis politiques, les experts, les syndicats et les associations, les religieux, et tout autre groupement ou individualité capable d’apporter son écot aux débats.

Donnez-vous le temps de ratisser large à travers de vraies concertations, de grandes assises nationales. Travaillez à leur organisation. Calmez le jeu.

Avec ma très haute considération, Monsieur le Président ».
Ce jour 02 Juillet 2017.

Prof. Adame BA KONARÉ,

Historienne, ancienne Première Dame du Mali.

adam-ba-konare-professeur

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l’indignation générale. A l’intérieur comme dans la diaspora, la résistance s’organise sur le terrain, mais aussi dans la plume. Dans cette tribune envoyée à Afrique Connection, Hawa Dème, cette Jeune Leader Malienne très engagée dans la cause malienne, africaine plus généralement, trouve très suspecte la précipitation avec laquelle les autorités de son pays veulent faire adopter la nouvelle mouture. Fortes arguments à l’appui, elle s’interroge, dit toute son inquiétude vis à vis de ce projet constitutionnel qui a soulevé un « débat risquant de mettre le pays à feu et à sang. »

La nouvelle est tombée, la promesse faite dans le cadre de l’adoption de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, communément appelé l’Accord d’Alger, est en marche. Le gouvernement malien a demandé au parlement de statuer sur le projet de révision de la constitution du 25 février 1992. La procédure est lancée, avec en Chef d’Orchestre Maitre Kassoum Tapo, avocat, ancien bâtonnier, ancien député, conseiller du Président de la République, et surtout, premier Président de la CENI (Commission Électorale Nationale Indépendante). Il a une maîtrise parfaite de l’appareil de l’État, il a le verbe, la capacité d’argumentaire et de persuasion hérité de son métier. Qui mieux que lui donc, du haut de son tout nouveau titre de Ministre des droits de l’homme et de la réforme de l’État, pour mener cette bataille ?

Comme d’habitude, j’épluche minutieusement les sites d’information et les réseaux sociaux qui sont devenus un vrai pouls de la société civile malienne. Mes pensées prennent une tournure profonde, et je sens monter dans ma gorge un goût amer qui n’est certainement pas dû uniquement au jeûne du Ramadan. Je lis toutes ces réactions, tous ces commentaires, avec d’ores et déjà des positions fermes pour le « NON » au prochain référendum qui devra définitivement statuer sur le sort de l’éventuelle future nouvelle constitution.

Alors que j’entreprends la lecture du document d’une cinquantaine de pages qu’un ami m’avait adressé par courriel, la fraîcheur matinale me rappelle paradoxalement la chaleur étouffante des mois de juin au Mali …

Je me sens presque soulagée. Je viens de lire les premières lignes, on y parle du « principe intangible de l’intégrité du territoire national et de la souveraineté nationale », on y parle de la « détermination à maintenir et consolider l’unité nationale » … Certains passages m’enchantent, je poursuis ma lecture, plutôt confiante. A la page 44, je lis les articles 135 et 136, et je fais une pause. Je relis, je réfléchis, je scrute, et j’analyse. De quoi parle-t-on ? De décentralisation ou d’autonomisation ? Il est écrit que « les collectivités territoriales s’administrent librement par des conseils élus … ». Librement. Comment est-ce que cela se traduira dans la réalité ? Jusqu’où ira cette « liberté » de gestion ?

Les possibles réserves de pétrole, de gaz, l’exploitation des gisements d’or, tout ceci sera-t- il administré « librement » par les collectivités territoriales, comme pourrait le laisser présager l’article 71 du projet de révision ?

Cette « liberté » mènera-t-elle machinalement à la réalisation du rêve d’Azawad tant caressé par certains, durant toutes ces années ? Serions-nous, sans crier gare, dans le sillage du Sud-Soudan ? En 2003, dans le cadre de mes activités associatives, j’effectuais des collectes de fonds pour venir en aide aux réfugiés du Darfour. Ce mot qui a longtemps plané dans les médias, évoquant cette région du monde en proie à une crise immonde, a presque disparu des esprits aujourd’hui. Après 21 ans de guerre et de crise, opposant une rébellion séparatiste au Sud et l’État central de Khartoum, un accord de paix fut signé au Kenya entre le gouvernement et la SPLA (Armée populaire de libération du Soudan) en 2005. Quatre points majeurs étaient retenus, parmi lesquels, la question de l’autonomie du Sud-Soudan et le partage du pouvoir et des ressources. Six ans plus tard, en 2011, un référendum est organisé et l’indépendance du Sud Soudan est proclamée … Quel lien avec le Mali, me direz-vous ? Peut-être aucun.

Les journaux écrivent que le projet de constitution prend en compte les clauses de l’Accord d’Alger, valorise les acquis des précédentes tentatives de révision constitutionnelle et corrige les insuffisances de la Constitution du 25 février 1992. Le Chef d’Orchestre martèle que la seule justification de cette révision est le confort de notre démocratie, une exigence de la situation politique … Pourtant, la constitution de 1992 ne nous a guère empêché de vivre le cauchemar de 2012. La réviser en 2017, dans les conditions engagées, garantira-t-il un Mali harmonieux ?

A l’heure où la présence des institutions est compromise sur une part importante du territoire national, à l’heure où même le Président de la République ne peut se rendre dans la vile de Kidal, à l’heure où la menace de guerre civile gronde, où des affrontements inter-ethniques surviennent sporadiquement dans certaines régions du pays, à l’heure où les trafics en tous genres perdurent, où des milliers d’enfants ne vont pas à l’école, à l’heure où des millions de maliens sont déplacés ou réfugiés, désœuvrés, où nos soldats meurent au front, à l’heure où le Mali est classé au plus bas de l’échelle des pays les moins développé au monde, à la 176ème place sur 187, à l’heure où plus de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté … réviser la constitution, engloutir des millions de Francs CFA dans l’organisation d’un référendum, soulever un débat risquant de mettre le pays à feu et à sang, sans dialogue patient et inclusif, précipitamment, pour seulement «le confort de notre démocratie», est dangereux, est nauséabond, est suspect …

Tous ces arguments se bousculent dans ma tête, et je me mets à songer à mon dernier voyage dans la région de Mopti, ses paysages, la douceur de l’atmosphère alors que la pinasse sur laquelle j’avais embarqué glissait langoureusement sur le flanc du Djoliba, au son des conversations animées au fur et à mesure que le soleil montait dans le ciel … Et elle, qui était là, assise près de moi, le regard franc, le rire limpide laissant entrevoir une rangée de dents blanches qu’elle récurait frénétiquement avec un cure-dent taillé dans un de ces arbres à l’écorce savoureuse. Koumba semblait avoir la quarantaine, elle disait n’être pas allée bien longtemps à l’école, et avait déjà presque tout oublié de ce qu’elle y avait appris. Elle avait dû abandonner pour se marier, à présent, mère de quatre enfants, elle empruntait régulièrement cette pinasse pour se rendre au marché de Mopti. Son panier en osier posé à ses pieds contenait sa marchandise : des bijoux en perles confectionnés par ses soins, à la lueur de la lampe à pétrole, alors qu’elle avait terminé ses corvées de la journée. Elle espérait tirer un bon prix de ses créations, et plissait des yeux de malice lorsque je lui expliquais qu’elle pourrait créer sa propre marque « KOUMBIS, Hand Made In Mali », et que les rares touristes qui osaient encore s’aventurer par ici en raffoleraient.

Koumba n’avait aucune idée de ce qu’était le Mali dans ses frontières. Ses repères à elle, c’était son village lové au bord de ce fleuve, ces terres qu’elle traversait

quotidiennement à la recherche de sa pitance … Elle ignore certainement qu’il existe ce document appelé « Constitution », censé régir sa vie, censé lui assurer paix et sécurité, accès à l’eau, à l’électricité, à la santé, manger à sa faim, garantir l’éducation de ses enfants. Koumba ignore peut-être qu’une bataille était engagée et que, dans quelques jours, elle devrait se rendre aux urnes pour dire si OUI ou NON, elle acceptait que des hommes assis dans une salle climatisée, ignorant tout de ses soucis quotidiens, pouvaient continuer à profiter de leurs privilèges, et prétendre s’occuper de son sort.

Alors que je tournais les pages de ce projet de constitution, et que je percevais l’indignation de ces millions de jeunes, à propos de la volonté de création d’un Sénat dont le poids financier ne ferait que peser davantage sur l’échine du contribuable, de la tentative d’augmentation du pouvoir du Président de la République, et tous ces autres points sur lesquels l’ombre du doute plane, moi, Hawa, je me demandais ce que la belle Koumba à la peau d’ébène, pouvait bien penser de tout ceci.

N’est-ce pas de cela que nous devrions tirer la substantifique moelle de tout ce remue-ménage ?

L’enjeu est de taille. Je passe en revue ces situations qui m’inquiètent, comme pour tempérer ma fougue, mon envie de tout faire briller, de faire germer cet espoir tant convoité … La jeunesse malienne l’a compris. Elle n’a sûrement pas tous les éléments en main, mais son instinct de survie l’a fait se dresser immédiatement. Les mouvements spontanés organisés, réprimés, n’ont de cesse de prendre de l’ampleur.

Le Chef d’Orchestre a bien compris que le pari est loin d’être gagné. Tel dans les tribunaux qu’il a tant pratiqués, il s’affirme en défenseur du projet.

Ici, j’écris ces quelques lignes, pour dire NON à ce projet de révision de la constitution du Mali, dans sa forme actuelle, dans la situation actuelle du pays, dans le laps de temps imparti.

Je sais que dire OUI ou NON ne changera pas la vie de ces populations entassées dans des bidonvilles. Dire OUI ou NON ne rallumera guère la lueur de l’espoir dans le regard de ce jeune diplômé, prêt à tout pour prendre le sinueux chemin du ventre sombre de la Méditerranée, à la recherche d’une meilleure destinée.

Je me lève. J’ai chaud, mon cerveau bouillonne. Je jette dans la corbeille de papier le document dont je viens d’achever la lecture. Lasse, au fond de moi, je sais déjà qu’il sera la source du sang versé inutilement de l’espoir d’une mère.

Et ça continue.

OUI ou NON. Est-ce une question ?

OUI ou NON à la vie ? OUI ou NON à la dignité ? OUI ou NON à l’espoir ? OUI ou NON à nos valeurs ? OUI ou NON au vivre-ensemble ?

OUI ou NON dans l’urgence. Cette urgence, suspecte, cette urgence, une trappe …

Par Hawa Dème,

Jeune Leader Malienne

Hawa_Deme

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La nouvelle loi constitutionnelle est-elle opportune ?

La constitution version hyper « présidentialisée » vient d’accoster les côtes maliennes. La constitution est la loi fondamentale pour tout pays. Elle trace les limites de chaque pouvoir et définit leurs compétences.

Ce texte est d’une importance absolue pour un État et s’apparente à la Bible pour le chrétien et au Coran pour le musulman. La chambre d’enregistrement des décisions royales (l’assemblée nationale) vient d’entériner la nouvelle loi constitutionnelle à 111 voix pour et 35 voix contre. Mais au delà de toute passion et critique les vraies questions qui doivent débattues sont les suivantes :

- Cette révision était-elle opportune ?

- Quelles sont les nouveautés de la nouvelle constitution ?

- Est-ce une bonne révision constitutionnelle ?

- Le prince est t-il est devenu roi ou empereur ?

Il convient d’apporter les éclaircissements nécessaires à ces questions pour renseigner le citoyen lambda qui est déconnecté de ces notions juridiques.

Sur l’opportunité de la réforme :

Les détracteurs diront que la révision est inopportune car l’État a enclenché des processus de maintien de la paix notamment la conférence d’entente nationale dont la charte pour la paix est toujours attendue; et les partisans diront circulez il y a rien à voir ou à critiquer.

L’analyste cohérent s’inscrira dans une démarche plus rationnelle. La nouvelle constitution est le fruit d’un long processus. En effet, au début des années 2000, un processus de réforme avait été enclenché. Il se soldera par un échec. Le président ATT (Amadou Toumani Touré) dans sa volonté de renforcer les institutions est lui aussi allé dans le même sens en 2011 et a connu le même sort.

La révision constitutionnelle est certainement opportune compte tenu des accords signés par le gouvernement et la faiblesse des institutions. Toutefois, dans un pays déchiré et qui repense ses plaies, ce projet, devait préalablement à son adoption en conseil de ministre, faire l’objet d’une grande concertation entre les forces vives de la Nation.

La nouvelle constitution adoptée par les parlementaires apporte-t-elle des nouveautés ?

Oui certainement, la nouvelle constitution a changé complètement la physionomie du pouvoir exécutif. Dans la constitution du 25 Février 1992, article 38, la démission du premier ministre était le moyen constitutionnel de démettre celui-ci de ses fonctions. Avec la nouvelle, il pourra être révoqué directement par le président.

1. Désormais, le Président déterminera la politique de la nation contrairement à l’article 53 de la constitution du25 Février 1992 qui confiait cette prérogative au Gouvernement.

2. La nouvelle constitution crée entre autre une Cour des comptes conformément aux recommandations de l’UEMOA pour vérifier, apprécier la régularité et la sincérité des comptes publics de même que le respect strict de la procédure budgétaire.

3. Elle crée un sénat qui devient de facto la seconde chambre du parlement. Le parlement n’est donc plus monocaréral mais bicameral.

Les sénateurs seront élus (au suffrage indirect) en partie et un tiers pourra être désigné par le Président de la République.

4. La Cour constitutionnelle devient la 5° institution du pays dont le président sera nommé par décret du Président de la République. Elle recevra le serment du Président contrairement à l’article 37 de la constitution du 25 Février 1992, qui attribuait cette prérogative à la Cour suprême.

5. La Haute cour ne fait plus partie des institutions de la république et le président devient totalement irresponsable pendant l’exercice de son mandat. Il ne peut être mise en cause ni judiciairement ni politiquement

6. Aussi le président pourra réviser la constitution uniquement à travers le congrès (assemblée nationale et sénat réunis) sans passer par référendum sauf pour le cas du changement de mandat présidentiel.

Cette révision constitutionnelle est-elle équilibrée ?

Absolument pas. Les pouvoirs du président sont nettement renforcés. La nouvelle constitution devait avoir une approche plus équilibriste et devait plutôt renforcer les pouvoirs des autres institutions pour constituer de véritable contre poids à l’exécutif.

« Pour qu’on ne puisse pas abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir » assure Montesquieu.

Ceci n’a pas été fait et pourrait être problématique par la suite. Ce qui nous amène à notre dernier point qui fait du Président de la République un hyper président.

Le prince est t-il est devenu roi ou empereur ?

Cela est réellement le véritable danger. Donner autant de pouvoir à une personne est problématique. Le régime présidentialiste confère déjà des pouvoirs immenses à l’exécutif. Notre révision constitutionnelle accroît la puissance du président qui, du statut de prince pour reprendre la terminologie de Machiavel devient un véritable roi.

Il devient intouchable. Nous savons pertinemment que l’homme a tendance à abuser du pouvoir d’autant plus lorsque nous sommes en Afrique.

Le destin de toute une nation repose entre les mains de Soundjata désormais (quoique contrairement à la tradition orale ce dernier ne s’est jamais arrogé tous les pouvoirs), sans mécanisme efficace de contre pouvoir.

Pour conclure, cette nouvelle constitution, bien qu’elle contienne certaines avancées, est très dangereuse dans sa forme actuelle ; surtout dans un État où la moitié de la population ne sait ni lire ni écrire et ne comprend que très peu le mécanisme de fonctionnement de l’État. On doit renforcer certes les institutions pour le salut du peuple mais non pas le faire à des dessins personnels.

Or, on a l’impression que cette dernière motivation est plus importante que la volonté réelle de consolider les institutions. Prenons garde de ne pas tomber dans l’excès, comme en Turquie, avec le Président Recep Tayipp Erdogan.

Le Mali joue une partie de son histoire le 09 juillet. Voulons nous d’un hyper président ou de meilleurs institutions démocratiques ?

Fait à Bamako le 13 Juin 2017

Hamidou DOUMBIA

Président de l’association Act 1

hamidou-doumbia

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Lettre ouverte à Emmanuel Macron, par Professeur Adame Ba Konaré

Le dimanche 7 mai, à 20 h précises, le visage du nouveau président  français apparaît  sur les écrans de télévision et ce visage est celui d’un homme jeune de moins de quarante ans, le plus jeune président de l’histoire de la France, depuis Napoléon. Un président qui n’a jamais brigué un poste électif avant les présidentielles, quasi inconnu des Français jusqu’à son passage comme secrétaire général adjoint de l’Élysée puis comme ministre des Finances de François Hollande. Un président parti de presque rien, si ce n’est de ce mouvement En marche qu’il a fondé il y a à peine une année.

La récompense de l’audace, qui n’est pas loin du yes we can  de Barack Obama ? Oui, assurément !

Ce président, auquel on ne s’attendait pas, qui vient faire un pied-de-nez à la galaxie clivée des partis traditionnels, de droite comme de gauche, aux ténors usés sous le harnais de plus de trois décennies de luttes étripées les uns contre les autres va, s’enthousiasme t-on, « réinventer la France », apporter un baume rafraîchissant dans les cœurs et les esprits.

On dit que la France va « redevenir le centre du monde, renouer avec ses valeurs. »

« De l’air frais », nous laissent entendre certains commentateurs. Sur  CNews, dans une émission du 8 mai, un débatteur affirmera que ce nouveau président a de la chance et que cette chance – là, il va la reporter sur la France. Très africain comme analyse. Très africain comme croyance : on dit là-bas que la chance d’un pays est dans le bonnet de son chef.

Il va, croit-on également, combler « le vide émotionnel » causé par le régicide dont a été coupable le peuple français au XVIIIe siècle, en réincarnant cette figure royale qui manque tant à la France. Le rêve fantasmagorique !

Il est donc là, ce nouveau président, jeune et beau. Beau comme un Dieu grec, ou comme une star de cinéma. Mais ça, c’est une autre histoire…

Rassembler est le mot d’ordre, le projet politique d’En Marche, son mouvement. Prendre un peu à droite, un peu à gauche, un peu au centre, sa stratégie.

C’est à ce président que j’adresse cette lettre ouverte en tant que citoyenne de l’Afrique.

En Marche ! Une opportunité historique

Monsieur le Président, vous avez pointé du doigt le désarroi français L’une de vos exigences, avez-vous dit, est de « rendre aux Français cette confiance en eux depuis longtemps affaiblie parce que depuis des décennies, la France doute d’elle-même ».

Désarroi, oui, puisque, comme pour appuyer vos propos, le PS aura enregistré son plus faible score depuis cinquante ans, et la droite se sera disqualifiée pour la première fois.

Vous avez renouvelé les règles du jeu. Il est symptomatique qu’il vous ait suffi d’une toute petite année, d’avril 2016 à avril 2017, pour créer et mettre en marche votre mouvement En Marche ! Vous avez renvoyé dos à dos les traditionnelles Gauche et Droite. Vous les avez endiguées dans une espèce de fusion qui n’est pas  loin d’une certaine forme de consensus.

Certainement, en Europe, vous allez faire des émules !

En Afrique, cette voie a été  déjà expérimentée. Au Mali, mon pays, dans les années 1990, elle a été prônée pour faire face aux situations quasi-anarchiques consécutives à la  fin du régime à parti unique et a l’avènement de la démocratie.

Elle est aussi recommandée depuis des années par la communauté internationale pour stabiliser les pays fracturés, telle que la république démocratique du Congo, ou pour juguler des crises menaçant la paix.

Voyez-vous, monsieur le Président, ce qui semble être une expérience inédite pour la France, est une  réalité pour Afrique qui  en tire déjà les leçons et en signale les dangers.

Les présidents ayant opté pour cette alternative sont accusés de « débauchage  et de volonté de casser les partis politiques », partis sans lesquels, l’on ne saurait parler de démocratie.

Cette situation est perçue aujourd’hui comme la confiscation du pouvoir par une minorité d’hommes politiques qui font de leur pays un gâteau à partager. Quant aux personnalités de la société civile cooptées, elles apparaissent comme des « opportunistes » qui, sans participer aux combats politiques, profitent d’un cadeau obtenu sans effort.

Dans ces conditions, comment opérer la convergence entre votre innovation et l’expérience africaine ? Quels enrichissements en tirer de part et d’autre ?

Je m’interroge : que vont devenir les ersatz africains des partis politiques français, ceux se disant de gauche comme de droite ? ou encore centriste, centre-gauche, centre-droite… ? Ces partis traditionnels sont surtout bousculés par d’autres formations, qui n’utilisent pas le nom de partis politiques mais qui sont là, partie prenante du jeu politique, et très actives sur le terrain. Ce sont toutes ces associations corporatistes ou islamiques.

Je n’entends pas être Cassandre mais ne faut-il pas euthanasier l’ensemble des partis politiques en les remplaçant par quelque chose de plus extensible et qui va au-delà de leurs énoncés aux bases sclérosées ?

A l’évidence, est révolu le temps des grandes idéologies univoques dominatrices et à prétention universelle.

En Marche !  Pour une visite au Mali

Le 19 mai, monsieur le Président, en votre qualité de Chef suprême des Armées vos premiers pas sur le sol africain vous ont conduit au Mali, pour visiter la force Barkhane engagée dans la guerre du Sahel.

Vous êtes directement allé à Gao, où sont concentrées les troupes de la force Barkhane. Les images font revivre ce qui semble déjà être votre style : démarche solennelle et lente lorsque vous passiez les troupes en revue, sans tapis rouge, comme lorsque vous traversiez la cour de l’Elysée le soir de votre élection. Puis, inversion de tableau, où à la cantine, votre plateau-repas en mains, vous vous êtes installé, très décontracté, vous leur Chef suprême, côte à côte avec vos soldats pour partager leur repas, presque en osmose avec eux. Vous les avez rassurés et exprimé votre détermination : « exigent, lucide, toujours présent » tout en évitant d’exposer leurs vies. Par delà la France et vous-même, fervent Pro-européen, vous avez exprimé votre souhait pour plus de coopération de l’Europe et de l’Allemagne, particulièrement, en interpelant nommément madame Merkel.

Vous y avez affirmé l’engagement militaire de la France pour la sécurisation des territoires face aux groupes jihadistes jusqu’à l’éradication complète du jihadisme.

Devant le président malien, vous avez souhaité que « l’engagement militaire soit accompagné d’une stratégie de développement. »

On a noté ce qui pourrait être une mise en garde dans votre entretien téléphonique avec le président algérien lorsque vous survoliez son territoire : « je n’enverrai pas nos soldats se faire tuer si tous les gouvernements responsables de la situation localement ne prennent pas l’intégralité de leur responsabilité. »

Vous avez dit continuer avec le dossier du Nord Mali tel que l’a enclenché le président François Hollande.

Votre discours, pareillement, s’inscrit en droite ligne de celui de votre prédécesseur et de ses anciens ministres, notamment Laurent Fabius et de Jean-Yves Le Drian, par exemple lorsque vous dites « on ne peut pas manifester quelque faiblesse que ce soit à l’égard de mouvements terroristes (…) et mot pour mot : « nous serons intraitables. » « Nous avons besoin de poursuivre et d’accroître notre engagement (…) Il restera de haute intensité ici au Sahel… »

Et pourtant, votre champ de bataille, le Sahel, est miné, tant au propre qu’au figuré, monsieur le Président. Les populations du Nord Mali le savent. Ne vous laissez pas emporter par la seule fougue guerrière. N’exaltez pas la seule solution militaire.

Osez trancher le nœud gordien, Monsieur le Président, dans vos procédés discursifs en direction de l’Afrique comme vous l’avez fait avec la France et l’Europe.

Elargissez votre champ d’analyse tant pour cette question précise que pour toutes les autres questions concernant les destinées communes de l’Afrique et de l’Europe. Toute solution envisagée devra être partagée, avec méthode et discernement, en rompant avec les recettes unipolaires et usées.

En Marche ! Avec des mots forts

Vous avez dit, monsieur le Président,  que « nous sommes à l’orée d’une extraordinaire renaissance », et déclaré vouloir « mettre l’innovation au cœur de votre action. » Deux déclarations fortes. Alors faites en sorte, monsieur le Président, d’innover aussi dans les relations de la France avec l’Afrique afin que nous soyons vraiment à l’orée d’une « extraordinaire renaissance. »

Vous projetez de “corriger les excès du cours du monde.” Dans cette entreprise, pensez à l’Afrique, monsieur le Président.

« Je veux l’unité de notre peuple », avez-vous dit. Vous proclamez que vous voulez « une France qui sache inventer l’avenir ». Fort de cette détermination, préemptez l’espace franco-africain, monsieur le Président, dans la verticalité, pour « inventer l’avenir » avec cet espace.

Union, rassemblement, amour… voici des mots que vous avez martelés, des mots pleins d’empathie, face à ces défis, si caractéristiques des temps de crise. Les grandes nations savent que ce sont là des mots magiques à même de concocter des recettes idoines pour sortir des périodes de déconfiture.

Votre arrivée  devrait être une opportunité pour l’Afrique et le monde, monsieur le Président. Elle correspond à l’un de ces moments de chambardement et de rupture radicale qui portent les germes de nouveaux départs, et dont  seule l’histoire a le secret. Chaque pays, chaque nation, avant de dompter les forces de rééquilibrage, connaît des périodes de fracture où tous les voyants affichent le rouge.

« Présider autrement, c’est maintenant », avez-vous dit à la mairie de Paris aux côtés d’Anne Hidalgo, maire de Paris, le jour de votre investiture.

À Berlin, auprès de la Chancelière Angela Merkel, vous avez annoncé votre volonté de « refondation historique de l’Europe ». Vous avez affirmé que vous seriez « un partenaire franc, direct et loyal ».

Imprégnée de vos  mots,  je vous demande, Monsieur le Président, d’être pour l’Afrique ce partenaire franc, direct et loyal qui saura préserver la dignité de ce continent berceau de l’humanité mais qui porte toujours en lui les meurtrissures causées par l’esclavage, la traite et la colonisation que l’Europe lui a fait subir.

Le défi africain du président Macron

« L’Europe et le monde nous regardent », avez-vous affirmé. J’entends fort bien, monsieur le Président même si j’aurais aimé que vous ayez une phrase pour l’Afrique, que vous citiez nommément l’Afrique, car ce qui va se jouer en Europe ne peut pas se définir en dehors de l’Afrique.

L’Europe n’a pas de devenir sans l’Afrique. Son avenir n’est-il pas plutôt à la fois européen et africain, ne serait-ce qu’à cause des problèmes d’immigration, de terrorisme ou d’écologie ?

L’Europe pourra -t-elle  survivre dans son confort à quelques encablures d’un continent de très grande pauvreté ? Sûrement non et c’est pour cette raison que l’avenir des deux continents doit être aménagé en commun.

On vous dit agile, plein d’intelligence et de virtuosité, monsieur le Président. Déployez une partie de ces talents sur l’Afrique ! Osez aborder avec nous et de façon franche, les problèmes qui engagent nos destinées communes.

Nous pensons déjà, monsieur le Président, que vous devriez inscrire l’Afrique dans le projet dont vous rêvez pour la France, pour l’Europe et pour le monde.

Il vous revient une tâche bien délicate mais oh combien noble, qui mette au pilori tous les vieux poncifs coloniaux et néo-coloniaux tenaces dans votre pays et en Europe : celle de définir et de mettre en oeuvre une stratégie globale pour l’Afrique, une stratégie ambitieuse et courageuse que vous partagerez et accomplirez avec l’Afrique.

Monsieur le Président, repensez la politique africaine de la France ! Quelle politique française pour l’Afrique ? C’est un débat de fond qu’il faut engager. Osez assumer votre fougue ! Permettez à votre intelligence d’être au service du défi à relever.

Oui, monsieur le Président, votre défi sera de repenser les relations franco-africaines, de les mettre en mouvement, de les normaliser, c’est-à-dire de les rendre plus égalitaires, mutuellement avantageuses, en mettant fin à la politique des réseaux et du « copain-copain » à l’endroit des chefs d’État africains.

Pour y parvenir, inscrivez-vous dans une dynamique de collaboration sans arrogance ni paternalisme, sans triomphalisme, en sachant que ce continent a encore besoin d’aide.

Décomplexez les relations franco-africaines en apportant vision neuve et comportements nouveaux. Condescendant, le discours de la France peut l’être, tant elle apparaît toujours aux Africains comme une puissance coloniale. Or elle est souvent bien trop frileuse dans ses déclarations. Quand elle hausse le ton, on la dit arrogante, et pour éviter ce faible risque, elle adopte des précautions de langage tellement surfaites qu’elles versent dans la démagogie. N’a-t-on pas trop entendu des formules comme « mon frère et mon ami », « j’aime les Africains », etc. là où un langage franc, direct, mais respectueux et loyal eut été de mise ?

De François Mitterrand à François Hollande, chacun de vos prédécesseurs a tracé ce qui semblait être sa feuille de route, avec plus ou moins de bonheur et de réussite mais aussi de ratés. On dit que le discours de La Baule de François Mitterrand a impacté les révolutions africaines, en débouchant sur la démocratie pluraliste ici et là en Afrique, avec les conférences nationales organisées au Congo-Brazzaville, au Togo, ou encore au Mali. Relativisons, le terrain était favorable, les contestations contre les dictatures déjà en marche.

Vos deux derniers prédécesseurs ont tous brandi leur volonté d’opérer une rupture radicale, manifestant leur ardeur d’en finir avec la France des réseaux parallèles et occultes, une volonté de rupture avec la « Françafrique ».

Pourtant, cette Françafrique existe toujours. Elle se manifeste à travers les sommets France-Afrique aux allures de « liturgies laïques », budgétivores dans leur organisation, néocoloniale d’une certaine façon dans leur conception actuelle, la France restant toujours la grande patronne. Ces sommets croulent sous le poids de discours lyriques, d’auto-satisfécits aux relents démagogiques et complaisants tandis qu’en arrière-fond subsistent ces vieilles peurs coloniales présentes chez les chefs d’État africains qui, hantés par la force de nuisance du maître de l’Élysée, redoutent, à tort ou à raison, sa capacité de les « faire » et surtout de les « défaire ».

Au-delà de tout ça, la Françafrique, c’est le business (parfois crapuleux), les réseaux mafieux, l’argent sale circulant entre l’Afrique et la France.

Les soutiens, la solidarité avec les chefs d’Etat africains s’étendent à d’autres sphères de fraternité et de reconnaissance mutuelles qui ne concernent que la cour « des Grands » : Franc-maçonneries, Rose Croix, Internationale Socialiste…

La majeure partie, sinon l’ensemble des présidents actuels de la bande sahélienne appartiennent à l’Internationale–socialiste : le Niger, le Mali, le Burkina Faso.

 L’Internationale–socialiste a le vent en poupe !

L’Afrique ne se ramène pas à ses chefs d’Etat et à ses ministres, monsieur le Président, tout comme la France ne se ramène pas aux réseaux de la Françafrique : il y a ici et là une opinion publique – quand bien même elle est plurielle – il faut l’informer et l’éduquer ; la France doit s’adresser à elle, ici et là-bas, et les compétences pour ce faire ne manquent pas : ce sont les universitaires, les chercheurs, les spécialistes de l’Afrique, mais aussi les hommes et femmes de terrain. Les analyses de ces hommes et femmes vous seront plus utiles que celles qui jouent sur la peur ou sur les intérêts à courte vue. Leurs analyses vous seront aussi utiles sinon plus, que celles de Conseillers au profil plus politique que scientifique. Leurs analyses vous seront plus utiles que celles de célèbres « Messieurs Afrique », agissant dans l’ombre des services secrets et des circuits obscurs, tel que le fameux réseau Focard et ses émanations, des perles que l’on croit rares, mais qui sont aussi rares que sont nombreux les vrais spécialistes de l’Afrique.

Le repositionnement de l’Afrique

J’entends dire qu’il appartient aux Africains de prendre eux-mêmes leurs responsabilités pour sortir de cette dépendance dans l’indépendance, de prendre en mains leurs destinées, en mettant de l’ordre dans leur façon de gouverner, avec des dictateurs et pseudo-dictateurs et autres apprentis-sorciers ça et là. Sans réfuter ces prises de position, je dis que cela fait près d’un demi-siècle que nous rabâchons tous ces discours et plus nous les rabâchons, plus d’étau de l’ancienne puissance coloniale se resserre sur nous.

Je dirai que nous sommes dans l’interdépendance avec l’ancienne puissance coloniale.

Tout est tellement enchevêtré, les relations tellement multidimensuelles !

Dressons ce tableau, posons-nous cette question, qui relève du seul truisme : que sera la France sans l’apport de ses anciennes colonies, sans l’apport des immigrés, tant sur le sol français, européen et africain même. Tablons sur le donnant-donnant, le gagnant-gagnant. Dans les rues de Paris, j’observe les courageux techniciens de surface, je vois de plus en plus de femmes baby sitters africaines avec des enfants « Blancs », dans les magasins on retrouve cette même main d’œuvre noire tant au niveau de la sécurité que de la manutention. Je ne comptabilise pas les étudiants, les chercheurs, les artistes, les sportifs, les créateurs et autres cadres, les relations amicales et parentales nées d’un long parcours commun, le partage de la langue française et que sais-je d’autre…

Si nous sommes tous d’accord pour dire que l’arrivée du Président Macron en France constitue un événement majeur, m’adressant à mes concitoyens africains, alors, je dis : cette opportunité-là, il nous faut la saisir. Marquons le nouveau président Français, scotchons-nous à lui, assiégeons son esprit, provoquons chez lui l’électrochoc capable de changer la donne.

Nous parlons de partenariat, de liens complémentaires ; alors, arrêtons d’hypostasier nos jugements sur une Afrique où tout va se régler par incantation.

Renouvelons nos discours, dans la clairvoyance et dans la lucidité. Saisissons le formidable renouvèlement du jeu politique en France pour nous réinventer. Inventons un autre paradigme avec des mots-clés, seulement des mots d’AMOUR : partenariat, solidarité, respect mutuel, empathie, humanisme, fraternité des cœurs, interdépendance, échanges réciproques, paix…

L’espoir en marche

Pourquoi tous ces développements, monsieur le Président ? Parce que j’ose espérer en vous, car :

- On a appris que, au sortir de l’ENA, vous aviez choisi de faire votre stage en Afrique, au Nigeria précisément, et non en Europe ou en Amérique.

- Pourquoi ne pas espérer en vous, monsieur le Président ? En pleine campagne électorale, vous avez pris le risque de vous aliéner une certaine frange de l’opinion française qui professe que la colonisation a eu des aspects positifs, en proclamant haut et fort et en assumant courageusement, lors de votre visite à Alger, que la colonisation était un crime contre l’humanité. Alors qu’un de vos devanciers avait évoqué des aspects positifs de la colonisation et qu’un autre disait de l’Afrique qu’elle n’était pas encore entrée dans l’histoire…

Permettez-moi, monsieur le Président de terminer sur ce vœu particulier : alors que sont certainement à saluer les efforts de parité de genre et la diversité de l’outil exécutif du gouvernement que vous venez de composer, on ne peut pas ne pas remarquer qu’il comporte deux départements consacrés à l’Europe : le ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères et le ministère des Relations avec l’Europe. Singulièrement, et quand bien même les approches et résultats étaient discutables, les ministères de la Coopération ou du Développement, où étaient domiciliées les Affaires africaines ont disparu.

Monsieur le Président, là aussi, pour bien marquer votre volonté de renouveau audacieux, un ministère des Affaires africaines aurait été le bienvenu.

Bon vent, Monsieur le Président !

Ce jour 24 mai 2017

Prof. Adame BA KONARÉ

Historienne

Ancienne Première Dame du Mali.

Bamako-Mali.

adam-ba-konare-professeur

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Madani Tall à propos d’Emmanuel Macron : « La volonté déplace les montagnes »

Les citoyens de France ont encore montré la force de leur volonté. Ce qui frappe chez Emmanuel Macron n’est pas sa jeunesse, mais le fait qu’il ne soit le représentant d’aucun parti dit important. C’est David contre les Goliath.

C’est un choix à la fois généreux et audacieux, porteur d’espoir et de changement. D’aucuns veulent réduire cette victoire, diminuer son mérite. Or là où dés le début sa réussite était improbable, il est arrivé premier, là où l’on estimait son adversaire à 40 %, il marque nettement la différence.

Sa tache est lourde, car de son bilan dépendra la monté ou pas de l’extrémisme aux prochaines échéances. Or le paradoxe français voudrait qu’il réussisse tout en lui refusant une majorité législative.

Les voici déjà à vouloir lui imposer une cohabitation, sauf que la cohabitation est un concept droite-gauche. Or Macron n’est ni de l’un ni de l’autre, il rend possible une rupture, une révolution citoyenne. Un nouveau courant ouvert à tout le monde.

Personnellement, je ne suis pas en faveur de la loi travail qui défavorise les plus pauvres. Hormis cela, je suis heureux de voir cet homme écrire son destin en même temps que celui d’une grande nation.

Madani Tall

Madani Tall

Madani Tall
http://madani-tall.com/

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

« Le travailleur malien vit de plus en plus mal », dixit Issa Fakaba Sissoko, syndicaliste

La célébration 2017 de la Journée mondiale du travail intervient dans un contexte où le travailleur malien vit de plus en plus mal comparativement à celui d’autres pays, malgré « la bonne santé de notre économie » ventée par les autorités. Sous emploi, emploi précaire et chômage se disputent chez les jeunes devenus de candidats potentiels au jihad et à l’extrémisme violent. L’argumentaire brandi par les autorités, selon lequel « l’Etat n’a pas les moyens de satisfaire les revendications », a véritablement du mal à résister à la contestation. Face au train de vie extravagant d’une classe dirigeante qui n’a que faire de la classe moyenne, lorsque les autorités saluent le 3ème rang de notre économie dans la zone UEMOA, et lorsque le pays possède dix mines d’or, faisant de lui le troisième producteur en Afrique, l’envie chez le travailleur de réclamer plus, devient légitime. Et difficile d’avaler l’argument que les « revendications syndicales sont maximalistes ». Explications.

Pour ce 1er mai 2017 la condition du travailleur malien méritait toute l’attention des autorités. Il intervient dans un contexte d’extrême précarité pour les travailleurs du secteur public que privé. Un contexte aussi marqué par la grogne sociale à tous les niveaux. Enseignement, justice, impôts, banques, transports, santé, mines, etc. En trois ans du régime Ibrahim Boubacar Keïta, le Mali a battu le record de grèves dans la sous-région. Si une issue a été négociée pour les travailleurs du secteur de la justice et de la santé, les enseignants de tous les ordres d’enseignement restent dans la rue. Ils ne réclament que de meilleures conditions de vie.

En clair, tous les secteurs socioprofessionnels du pays ont observé un ou des arrêts de travail ces dernières années. La nouvelle donne dans ces grèves au Mali, c’est particulièrement le caractère radical des mots d’ordre, marqués des arrêts de travail illimités.

La multiplication de ces grèves est fondamentalement le signe d’un malaise social. Depuis quelques temps la demande sociale se fait de plus en forte. La cherté de la vie, notamment le coût élevé du loyer, de l’eau, l’électricité, les denrées de premières nécessité ont imposé aux ménages des dépenses supplémentaires. Pas vraiment surprenant que les travailleurs demandent plus. Observer un mouvement de grève est donc un droit consacré pour les travailleurs.

Condamné à vivre dans la précarité !

La radicalisation des mouvements de grève peut bien se comprendre lorsque certaines comparaisons font froid dans le dos. Par exemple au Burkina Faso, l’indice plafonné chez le travailleur de la catégorie « C » est de 1.100, tant dis que qu’au Mali, il est 920 pour le travailleur de la catégorie « A ». La valeur indiciaire est de 500 au Burkina Faso, alors que qu’au Mali elle est passée à 400 au mois de janvier dernier seulement. Le Burkina n’est pas le Mali, mais le dernier a plus de potentialités économiques que le premier.

Dans la sous-région le travailleur malien est donc est le moins payé. Pourtant ce n’est pas faute de ressources financières comparativement à certains pays où le salaire est plus élevé. Les autorités maliennes se ventent que le pays est la « 3ème économie de l’UEMOA » après la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Si ce classement en termes de budget, il témoigne en revanche que l’économie se porte bien en termes de ressources. Et si cette économie se porte bien, c’est sans doute à causes potentialités économiques du pays, notamment la dizaine de mines d’or opérationnelles dans le pays et qui fait du Mali 3ème pays producteur d’or après l’Afrique du sud et de Ghana. Les ressources nationales sont reparties de manière inéquitable au Mali, où une minorité s’empare de l’essentiel de la richesse. Conséquence : la jeunesse désœuvrée à cause du chômage et l’emploi précaire devient une cible potentielle pour d’éventuels recruteurs jihadistes ou d’extrémisme violent. D’autres choisissent les routes incertaines de l’immigration pour finalement périr sur la mer ou sur le désert.

Bref, difficile donc de croire en l’argumentaire des autorités que « le pays n’a pas les moyens de satisfaire les revendications des travailleurs ». Lors qu’un pays « n’a pas les moyens », ou lorsqu’il sort d’une crise, ses dirigeants donnent l’exemple à travers la bonne gouvernance, la réduction de leur train de vie et la suppression de certaines dépenses de prestige. Au Mali, l’exemple est loin d’être donné par le haut sommet. Les travailleurs maliens n’ont d’autres choix que de constituer un front commun et de lutter sans relâche pour l’amélioration de leurs conditions de vie et travail. Nos dirigeants semblent-ils prendre au sérieux les enjeux et les menaces de cette bombe sociale. Difficile d’y croire face à une gouvernance qui favorise l’injustice et la corruption.

ISSA FAKABA SISSOKO, délégué syndical à Studio Tamani

Issa-f-sissoko

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Janjo à Edmond Ousmane Traoré, *

*un Homme comme il n’en existe que rarement*

« J’ai mis du temps à t’écrire cet hommage parce que je n’en ai pas eu la force. Chaque fois que j’ai  tenté d’écrire quelque chose, ma plume s’est arrêtée. Il m’a fallu 7 ans pour y arriver. 7 ans, tu t’imagines !

Depuis un 8 avril 2010. Un mois terrible !

J’ai été la dernière personne à te voir la veille, le soir du 07 avril. T’en rappelles-tu ? « Ordure, décharge municipale ! » Pourquoi tu ne m’as pas mis dans la confidence ? Comment faire confiance à un Traoré ? Tu es vraiment une « ordure, une belle ordure », « mon ordure à moi », plus que « ordure », une « décharge interétatique ». Nous partagions un vocabulaire qui nous était familier… Une sorte de complicité intellectuelle et affective.

Ce soir du 07 avril,  nous nous sommes retrouvés comme tous les soirs à refaire le monde. Nous avions parlé de la situation du pays, du monde et de la déchéance de notre société, des dérives de l’humain…

A peine sorti de ta maison, vers les alentours de minuit, une coupure soudaine d’électricité. C’était devenu une habitude en ce mois de canicule. Nous nous sommes arrêtés et tu m’as proposé de nous asseoir devant ta maison, en attendant le retour du courant. Une curieuse conversation s’est alors engagée entre nous. Tu m’as parlé de ton aversion profonde pour l’obscurité. Elle te rappelait celle de la tombe, disais-tu !

Tu m’as parlé de la solitude de la tombe. Je me suis rappelé de l’enterrement d’un de tes amis d’enfance, dans son village lointain sur la route de Garalo, dans le cercle de Bougouni. Tu m’avais dit avoir été frappé par le silence accablant du lieu où il reposait désormais. Tu m’as dit que tu préférerais  reposer un jour dans le cimetière de Niaréla. Les alentours étaient bruyants. Pas de solitude. Les Sotramas y passaient tout le temps avec le vacarme de leur klaxon. Depuis, à chaque fois que je passe à proximité, je klaxonne, comme pour te réveiller de ton sommeil éternel.

Etrange soirée quand j’y repense. Le lendemain quand on m’a informé de ton décès, je n’y avais pas cru. Un terrible poisson d’avril ? Non, c’était la triste réalité. J’en étais foudroyé.  Je suis rentré aussitôt à la maison et je suis resté cloitré dans ma chambre, l’esprit vide. Curieuse sensation d’absence, de solitude extrême…

Quand je me suis décidé à aller te voir, j’ai refusé qu’on enlève le drap qui couvrait ton corps. Je ne voulais pas garder de toi l’image d’une rigidité corporelle.

Nous avons perdu toi et moi, des parents, des amis, des camarades… Dernièrement mon épouse Haby…

Paix à ceux qui sont morts, douleur à ceux qui leur survivent ! Vanité et insignifiance de l’humain face à son destin…

Je me rappelle au centimètre près, des endroits, au croisement de ta rue et de la mienne où nous nous pouvions rester de longs moments à causer et à nous raccompagner l’un et l’autre, du fauteuil où je m’asseyais chez toi chaque soir, du tien chez moi,  de tout comme si c’était hier…

Au fil des années notre complicité était devenue plurielle. Comment comprendre cette amitié entre un « communiste attardé » selon ton expression et un « féodal incorrigible » selon la mienne ?

En fait la solidité de notre amitié reposait sur notre attachement respectif aux valeurs de nos terroirs respectifs: amour de la vérité, haine de l’injustice, solidarité humaine, loyauté. Bien qu’ayant été tous

deux, à l’école occidentale, nous sommes restés assez ancrés dans nos cultures et valeurs fondamentales de civilisation.

Je me rappelle des propos tenus par des parents venus du fond du Bafing te rendre hommage. J’en avais été émerveillé. Des vieux de l’âge de nos parents qui ont salué ton sens de la famille, ta générosité d’esprit et de cœur, toi le jeune bâtisseur de ponts entre les générations… J’ai bu leurs discours jusqu’à la dernière goutte. Moi, le « communiste » j’étais fier d’avoir pour ami toi, le « féodal » !

Nous n’étions pourtant pas politiquement du même bord. Je te traitais souvent de « chien méchant » du CNID ou de Mountaga Tall. J’étais souvent étonné de ton engagement actif tardif en politique, toi qui as eu pour père Tidiane Faganda Traoré,  un illustre militant politique dont la force de conviction, l’engagement et l’honnêteté  étaient reconnus par tous.

Je me rappelle de ton arrestation et de ton emprisonnement suite à une marche de l’Opposition. Tu avais été précisément ciblé. Il fallait régler ton compte. Je me rappelle de tes larmes quand on t’a accusé à tort d’avoir jeté des cailloux contre les forces de l’ordre. Pure indignité pour le « féodal » que tu étais !

Il fallait t’humilier, toi, l’opposant politique du moment. On a poussé l’acharnement jusqu’à accuser ton jeune frère, maire d’une Commune  de détournement de deniers publics. Il en a été, lui aussi, brisé à jamais.

Il fallait te rabaisser le caquet. Immense tragédie ! Méchanceté gratuite! Des vies broyées ! Dérives politiciennes qui nous ont conduits dans les impasses actuelles.

Ton désengagement ultérieur du champ politique ne m’a pas non plus surpris quand tu t’es aperçu du double jeu et du revirement de certains de tes compagnons politiques d’alors. Le temps des convictions était révolu, place à l’opportunisme. Il fallait aller au festin du pouvoir. Tu n’étais pas de cette étoffe. Cela nous a rapprochés et davantage ancrés dans les principes et valeurs qui étaient les nôtres. Mais aussi dans nos amertumes… Quand j’interroge le présent, dans la solitude qui est parfois la mienne, une consolation me vient à l’esprit, la chance que tu as eue de n’avoir pas été témoin de la déchéance actuelle de notre pays, de toutes les trahisons et bassesses qui nous ont amenés à saccager l’héritage  que nos ainés nous avaient laissé, par cupidité, par lâcheté collective. Nous sommes devenus presque un peuple de « gueux »!

Je ne suis pas un griot pour chanter ta mémoire. Toi, Traoré, je te fais Diarra. Même s’il est vrai qu’aujourd’hui  bien des Diarra sont devenus moins que des Traoré. Les hommes de conviction et de principe sont devenus rares. Etrangers qu’ils sont dans leur propre pays.

Le désastre est total. Il reste à espérer que des parcours de vie tel que le tien et celui d’autres patriotes puissent un jour faire germer de nouveau l’espérance.

Alors j’écris un Janjo pour toi. Tu as accompli ta part de devoir. Chantons des exemples comme le tien  pour que les actuelles et nouvelles générations puissent se rappeler les leurs et ne pas continuer à trahir le pays et ses racines.

Repose en paix cher ami, mon « ordure » de lumière ! »

Pr Issa N’Diaye

Avril 2017

Pr-Iss-Diaye

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mali : Mohamed Salia Touré lance un SOS de détresse pour jeunesse sans avenir

« En juin 2014, j’introduisais ainsi une précédente tribune sur la jeunesse du Mali : « Ne rendez pas notre jeunesse vulnérable. Elle est désemparée, déboussolée ! Elle veut, elle peut travailler ! »

Le texte se concluait ainsi : « J’appelle donc toutes les personnalités du pays, à chaque niveau de décision, et l’ensemble des acteurs économiques, à multiplier les initiatives et les investissements en faveur de l’emploi de la jeunesse. Afin qu’elle ne soit pas vulnérable, mais comptable de ses actes et ainsi responsable de son futur ».

Presque trois ans plus tard, l’espoir, même mince, de plus d’emplois a laissé place à une immense détresse. Malgré les chiffres ministériels, relayant la promesse présidentielle réaliste et réalisable de création de 200 000 emplois, dont on ignore la réalité opérationnelle, preuve est faite que la jeunesse n’en a nullement ou très peu bénéficié. Sa triste, choquante et désespérante situation de chômage, de précarité et de fragilité économique se traduit déjà par une colère presque explosive dans nos quartiers, dans nos communes, dans toutes les régions !

La jeunesse est pourtant prête à des efforts importants et conséquents pour être devenir actrice d’un avenir meilleur. La pire attitude des décideurs envers elle serait de se résoudre à la fatalité en matière d’emploi en occultant toutes les énergies constructives, positives et abondantes qu’elle peut déployer. Les gouvernants ne peuvent plus ajourner des décisions drastiques à prendre pour l’emploi ni afficher de l’indifférence à l’égard de cet enjeu majeur. Ce problème n’est pas un défi secondaire ou subsidiaire : il est bel et bien, avec la paix et la sécurité, prioritaire. L’heure n’est plus à hésiter entre un pessimisme démobilisateur et un optimisme béat pour la jeunesse ; il faut désormais imposer et réussir des actes concrets ! Sans faiblesse, sans excuse, sans faux-fuyant, sans fuite en avant. Sans se contenter de quelques palliatifs ou solutions temporaires.

La jeunesse croit à tous les possibles, elle se nourrit d’enthousiasme malgré l’indifférence politique dont elle est victime, parce qu’elle a l’intelligence de la vie. Elle n’a pas peur d’échouer parce qu’elle a l’énergie d’apprendre. Sans avoir à imaginer l’exil avec ses périls et ses désillusions, elle doit pouvoir travailler et vivre ici, au Mali.

Dans cette perspective, je propose dès à présent à nos autorités deux axes possibles d’actions concrètes pour générer des emplois qualifiants pour la jeunesse :

1) Environnement, sécurité et solaire. Dans notre capitale, commune par commune, comme dans les grandes villes maliennes, création de brigades environnementales et organisation d’ateliers de recyclage (plastique : papiers, verres, selon des modèles déjà expérimentés et réussis dans d’autres pays) permettant de générer des ressources à certaines populations. Je propose aussi la création de brigades de sécurité routière en charge d’accompagner la police là où elle ne peut pas sécuriser une route, pour assurer la sécurité des piétons avec un matériel de signalisation adéquat.

2) Nouvelles technologies, numérique et solidarité sociale. Création dans chaque quartier communal d’un centre numérique dédié aux nouvelles technologies et, dans chacun de ces centres, d’un atelier spécifique pour inciter les jeunes à imaginer, sur des bases créatives et professionnelles, leurs propres start-up. En parallèle, je propose d’investir dans quatre bus aménagés en bureaux d’aide sociale et de solidarité qui tourneraient dans les quartiers selon un planning connu.

Cette tribune est donc bien un message d’urgence au département en charge de l’Emploi.

La jeunesse est à bout des promesses non tenues, et dramatiquement inquiète de son avenir et de son irrémédiable plongeon dans la précarité.

Notre pays ne sera vraiment en paix et en sécurité que si la jeunesse malienne a enfin la certitude qu’elle est considérée comme un de ses atouts majeurs, avec un emploi et un avenir ».

mohamed-salia

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

GAO PLEURE PLEURE ET PLEURE

Triste est mon regard dans cette ville triste

Cette ville qui pleure en enterrant ses fils par soixantaine

Triste nous sommes dans cette grande ville  triste

Cette ville qui compte ses blessés par centaine

Tristes les jours dans cette vie triste

Cette vie qui  de jour en jour s’attriste

Comme une veuve de vingt ans

Triste ce monde qui fait pleurer ses enfants

Ces pauvres enfants déjà TRISTES en naissant !!!!!

 

GAO ! GAO ! GAO ! GAO !

Déesse au cœur en lambeaux

Grande reine au regard brillant de larmes !

Qui a laissé  les salauds semer  le chao ?

Ce chao qui  t’a imposé la tenue funeste de  désolation

Qui a laissé le démon s’emparer de ton âme. ?

Qui a donc manqué de sonner l’alarme ?

Mais de quelle folie  est  atteint ce monde en ébullition

Qui fait des  armes un moyen de distraction ?

 

Ö ! Gao ! Grande reine au regard sombre

Jamais personne ne te mettra en décombre !

Paix à l’âme des tiens

DES MIENS

Plus jamais que SATAN ne triomphe !!!

 

Fatoumata KEITA NIARE

fatoumata_keita

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire