Mercredi 14 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Journée de la reconnaissance : EN ATTENDANT L’ADOPTION DE LA LOI SUR LE SPORT

Mardi, le ministre des Sports s’est rendu au Village d’enfants Sakina de Frédéric Oumar Kanouté, avant de visiter le centre Bobabin de feu Mamadou Keïta «Capi» et rencontrer la famille du double champion du monde de taekwondo, Daba Modibo Keïta

Baptisée Journée de la reconnaissance, la journée du 21 octobre a été très chargée pour le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo et la direction nationale des sports et de l’éducation physique (DNSEP). Le périple de la délégation ministérielle a commencé par la visite au Village d’enfants Sakina de l’ancien attaquant des Aigles, Frédéric Oumar Kanouté. Situé dans la Commune rurale de N’Gabakoro Droit sur la route de Koulikoro, le centre Sakina a été crée en 2008 et assure la prise en charge des enfants orphelins sans soutien familial et des enfants en danger. Le centre Sakina a une capacité d’accueil de 100 enfants à raison de 10 enfants par famille et compte à ce jour 62 pensionnaires qui sont entièrement pris en charge et qui resteront au Village jusqu’à leur majorité. Mardi, la visite du ministre des Sports a coïncidé avec l’inauguration de l’école du village, construite par la Fondation Kanouté, en collaboration avec Qatar charity international et baptisée «Ecole Hamad Adel Ali Bin Ali». Le nouvel établissement comprend 2 cycles et compte 18 salles de classe, une direction, un réfectoire, une bibliothèque et des toilettes. La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités dont le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Bah, le ministre de l’Education nationale, Mme Togola Jacqueline Nana, le représentant de Qatar charity internationale, Jassim Abdallah Jassim, le 2è adjoint du maire de la Commune rurale de N’Gabakoro Droit, Abdourahamane Sangaré et bien entendu Frédéric Kanouté lui-même. Dans son allocution d’ouverture, le Ballon d’or africain 2007 insistera sur l’importance du nouvel établissement pour les enfants et la place de l’éducation dans le développement d’un pays. «Ce village ne pouvait être complet et exercer son plein potentiel sans la présence d’une école, dira l’ancien international des Aigles. Effectivement, poursuivra Frédéric Kanouté, si nous voulons vraiment le bien de nos enfants nous devons leur dispenser un enseignement de qualité et équilibré. Si nous voulons réellement lutter contre l’illettrisme et autres lacunes académiques, nous devons nous impliquer dans l’enseignement de nos enfants. Si nous voulons réellement sortir de la pauvreté nous devons nous impliquer dans l’enseignement de nos enfants. Si nous voulons réellement soigner tous les maux qui peuvent toucher notre société nous devons nous impliquer dans l’enseignement mais aussi dans l’éducation de nos enfants. Car un enseignement sans éducation qui la précède ne serait qu’une instruction creuse et superficielle». Après le Village d’enfants Sakina, le ministre des Sports et sa délégation mettront le cap sur Bamako, précisément le centre Bobabin situé en Commune VI à Banankabougou. Crée le 4 juillet 2004 par feu Mamadu Keïta dit Capi, ancien gardien de but et ancien entraîneur des Aigles, le centre reçoit les enfants âgés de 5 à18 qui sont regroupés en trois catégories : les Minimes, les Cadets et les Juniors. Le nom Bobabin provient de trois personnalités qui ont marqué son fondateur, à savoir feu Capi. Bo signifie Bouvier, le fondateur du Stade malien, Ba signifie Barou, le surnom de Ben Oumar Sy, le premier entraîneur des Blancs, tandis que Bin signifie Binké le surnom du premier président du Stade malien, Fousseyni Diarra. A son arrivée au centre, le ministre Housseïni Amion Guindo a été reçu par la fille de feu Capi, Mariétou Keïta et les encadreurs de l’école. «Notre ambition est de faire de ce centre une référence au Mali et imprimer son nom dans le registre de tous ceux qui ont fait quelque chose pour le Mali, surtout en aidant les jeunes et les moins jeunes à vivre de leurs métiers», dira l’héritière du centre. La dernière étape du périple du ministre Guindo sera la famille de Daba Modibo Keïta, le double champion du monde de taekwondo (2007, 2009). Ici, le premier responsable du Département des sports s’entretiendra avec les parents de Daba Modibo Keïta, avant de revenir sur cette journée très chargée et le sens qu’il donne à la Journée de la reconnaissance. «Le texte sur la médaille de l’ordre du mérite sportif doit passer au Conseil des ministres demain (mercredi, ndlr), dira d’entrée de jeu le ministre Housseïni Amion Guindo. C’est déjà la première traduction de ce que nous avons annoncé lors de la cérémonie de reconnaissance aux anciennes gloires. Pour moi, il est important aujourd’hui qu’on puisse avoir une loi instituant effectivement l’ordre du mérite sportif. Pour moi, c’est un dossier important, il faut aussi commencer à démarcher tous ceux qui ont honoré ce pays. Il faut récompenser ceux qui se sont battus pour le pays pour encourager d’autres à mouiller le maillot pour la patrie. Ma démarche à une valeur pédagogique», insistera le ministre Guindo. «Nous sommes venus au centre Sakina pour soutenir Frédéric Oumar Kanouté, le féliciter pour son travail et le remercier pour ce qu’il fait pour le Mali. Aujourd’hui j’ai découvert le côté social de Kanouté à travers ses œuvres de bienfaisance. On parle rarement de ce centre qui compte 62 pensionnaires. C’est vraiment une bonne chose. Avec le soutien de ses amis qataris, il vient d’ouvrir une école. C’est très important pour le Mali et je tenais à venir ici pour lui témoigner la reconnaissance et la gratitude des plus hautes autorités du pays», soulignera Housseïni Amion Guindo. Parlant du centre Bobabin, le chef du département des Sports dira que c’est pour saluer la mémoire de Capi et rendre hommage à l’ancien gardien des Aigles qu’il a décidé de rendre visite à l’école. «J’ai connu Capi étant très jeune, confiera-t-il. Je le suivais à la télévision, je n’ai jamais eu l’occasion de l’approcher. C’était important pour moi de venir ici aujourd’hui pour soutenir son héritière, Mariétou Keïta. Je ne voudrai pas faire de promesse, mais en tant que ministre des Sports j’ai l’obligation d’aider les centres». Concernant Daba Modibo Keïta, Housseïni Amion Guindo précisera que sa visite avait pour but de rassurer la famille du double champion du monde dans la perspective des futures échéances internationale. «Le département des sports vient de négocier une bourse en Algérie pour Daba Modibo Keïta afin qu’il puisse faire ses entraînements et préparer les prochaines échéances notamment les Jeux olympiques de 2016. Nous sommes convaincus qu’il peut encore représenter le Mali sur l’échiquier international et c’est pour cette raison que nous avons négocié une bourse de perfectionnement en Algérie», indiquera le ministre des Sports.

L. M. DIABY

Source : L’Essor du 23/10/2014

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidats uniques

13 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] RDC: Kamrhe et Tshisekedi retirent leur signature de l'accord

13 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018