Samedi 06 Mars 2021
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Patronat : Une solution transitoire envisagée

Les Présidents des Groupements Professionnels et les Présidents des Conseils Patronaux de Régions, à qui appartient le pouvoir de décision souveraine au CNPM, ont volé au secours du CNPM pour trouver une solution transitoire.

La crise actuelle du CNPM est née à la suite de l’organisation des élections de renouvellement de mandat du bureau du CNPM vu que le mandat de l’ancien bureau arrivait à terme le 9 octobre 2020. Faute de consensus, deux listes de bureau se réclament la légitimité de diriger le patronat. Ce qui met le CNPM dans une situation de crise sans précèdent. Malgré toutes les tentatives de conciliation, les parties n’ont pu trouver une solution commune de sortie de crise. De fait, elles ont plongé le CNPM dans un nœud gordien avec son corollaire de feuilleton judiciaire et quelquefois de scènes de violence. Toute chose qui, loin d’honorer l’image de la faîtière du secteur privé, accentue les dissensions et les clivages.

Nous avons donc aujourd’hui deux bureaux et deux Présidents du CNPM qui revendiquent tous la légalité et la légitimité en qualité d’organe dirigeant du CNPM. Chacun de ces bureaux ayant à la fois ses supporteurs et ses détracteurs au sein des membres du CNPM.

Les procédures judiciaires en cours prendront des années avant d’aboutir à des décisions définitives exécutoires. En entendant, le secteur privé perd sa crédibilité et son influence, se trouve dans une situation de déficit de défense des intérêts du secteur privé et surtout, marque d’énormes pertes quant aux acquis syndicaux.

Des opérateurs économiques lancent un vrai cri de cœur pour « trouver une solution pour sauver le secteur privé d’une perte d’influence, d’une perte de positionnement durable voir d’une dislocation ». « Il est impératif, disent-ils, et nécessaire de réconcilier les esprits et les cœurs ; de s’entendre sur l’essentiel afin de mettre fin à cette crise, qui ne fait que perdurer et plonger les acteurs du secteur privé malien dans un désarroi total ».

Dans le sens de la conciliation, des Présidents des Groupements Professionnels et des Conseils Patronaux de Région ont décidé de la mise en place d’un Comité de Crise en guise d’organe dirigeant pour une période transitoire ;• l’engagement des procédures administratives et juridiques nécessaires pour acter la mise en place d’une période transitoire au CNPM dont la durée sera fixée par l’Assemblée générale ;• la mise en place d’un comité de relecture des textes du CNPM ;• l’organisation d’une Assemblée générale de validation des nouveaux textes ;• l’organisation d’une Assemblée générale élective au terme de la transition.

Aminata Yattara

Source : Mali Tribune 23 Jan 2021

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

APPEL A CANDIDATURES « Prix Oumar Diallo » pour les jeunes journalistes 5e édition

Radio, presse écrite et en ligne
Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Blog

 

Prévention et répression de l’enrichissement illicite au Mali : « La Loi N°2014-065 est une chance à saisir »

Pour Me Alifa Habib Koné, Avocat à la Cour et Auditeur, la Loi N°2014-065 portant Prévention et répression de l’enrichissement illicite au Mali est plus que jamais la panacée pour enrayer la lancinante spirale des biens mal acquis et le détournement subtil des biens du contribuable 

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Appelle-nous et donne ton point de vue sur une question d’actualité (politique, économique, culturelle, religieuse, etc.). Pas de sujets tabous : arguments, contre arguments ! Dis-nous tout !

12 Février


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

 Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Sidiki Kouyaté,  pour parler du départ des français au Mali

26 Janvier

© Dépêches du Mali 2012 - 2021