Mardi 20 Octobre 2020
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Présidentielle en Côte d'Ivoire: KKB, un «gros caillou dans les souliers de Bédié»

Dissident du PDCI, Kouadio Konan Bertin, dit « KKB », est candidat pour la seconde fois à l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. En 2015, il avait obtenu 3,88 % des suffrages exprimés.

Que son nom figure sur la liste des quatre candidats retenus pour le scrutin d’octobre prochain n’a pas manqué d’irriter certains des candidats recalés. Kouadio Konan Bertin fait figure de « petit candidat » face aux vieux pachydermes de la politique ivoirienne que sont Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan, trois adversaires soutenus par une machinerie politique bien huilée.

Selon le Conseil constitutionnel, l’équipe de « KKB » a collecté les signatures d’au moins 1 % des inscrits dans 19 des régions de Côte d’Ivoire sur un minimum de 17 exigé. Sa candidature est ainsi retenue de justesse, mais soulève des interrogations. Peu après cette annonce officielle, lundi 14 septembre, beaucoup ont partagé leur étonnement de voir Kouadio Konan Bertin en mesure de pointer pour la course finale alors que de nombreux candidats jugés mieux à même de recueillir les parrainages nécessaires ne les ont pas obtenus. Sur RFI, l’analyste politique Sylvain N’Guessan s’est notamment dit « surpris de voir que M. Kouadio Konan Bertin ait pu réunir les conditions tandis que M. Mamadou Koulibaly [parti LIDER, NDLR] n’est pas candidat ».

Entre les lignes, Alassane Ouattara est accusé par une portion non négligeable de l’opposition et de certains observateurs d’avoir minutieusement choisi cet adversaire, grâce à ses liens supposés avec le président du Conseil constitutionnel, Mamadou Koné. L’accusation est grave, mais les accusateurs l’expliquent ainsi : la candidature de « KKB risque d’affaiblir le PDCI d’Henri Konan Bédié, principal concurrent du président sortant et ainsi favoriser les affaires du RHDP ». « Pour le PDCI, la validation de la candidature de Kouadio Konan Bertin n’est pas une bonne nouvelle, parce qu’il chassera sur les terres de Bédié et pourrait rogner ses voix. […] Il est un gros caillou dans les petits souliers de Bédié », écrit l’hebdomadaire politique et satirique L’Éléphant déchaîné. Pour mettre fin au débat et balayer ces accusations, l’équipe de campagne de « KKB » a mis en ligne une longue vidéo visant à détailler le processus d’obtention des parrainages.

Déjà qualifié d’opposant « fantoche », de « marotte du RHDP », l’homme de 52 ans est pourtant décrit par son entourage comme un battant à la trajectoire « cohérente ».

Sauver le soldat Bédié

Fils de planteur de cacao, natif de Lakota, Kouadio Konan Bertin a émergé sur la scène politique en 1999 à la suite du coup d’État du général Guéï contre le président Henri Konan Bédié. À l’époque, cet étudiant en fin de cycle, militant au PDCI, quasiment inconnu et absent des instances du parti, se dresse contre la junte militaire en exigeant le retour de Bédié, exilé en France. « Toute la classe dirigeante au PDCI, que ces personnes aient été députés, ministres, maires, n’a pas existé quand il y a eu le coup d’État de 1999 », se souvient Théodore Konimi, l’un de ses plus proches collaborateurs et fidèles. Alors que les pontes du PDCI veulent enterrer discrètement l’ancien président de la République en lui ôtant la tête du parti, « KKB » est l’un de ceux qui s’y opposent avec ardeur.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Édito : IBK, une ambition manquée pour le Mali ?

Quelle action imprimer désormais à la marche de l'État ?

Le Mali, en pièces détachées, les positions se cristallisent, la gouvernance orageuse et le peuple meurtri. L'urgence, c'est de sauver la patrie en danger. Tout le reste n'est que littérature. 

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Comment mettre fin aux problèmes de l’AEEM ?

15 Octobre


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Abdoul Niang et M. Abdoulaye Keïta .

13 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2020