Dimanche 16 Décembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Eau potable à Bamako : Bientôt la fin de pénurie dans les familles

La pénurie d’eau potable dans les familles sera bientôt un mauvais souvenir pour les habitants de la ville de Bamako et environs.

Cette bonne nouvelle a été donnée au nouveau ministre de l’Energie et de l’Eau, Sambou Wagué lors de sa visite dans les différents services rattachés à son département.

Le ministre accompagné d’une forte délégation s’est rendu, la semaine dernière, successivement dans les locaux de la Société malienne de gestion de l’eau potable (Somagep-SA) de la direction nationale de l’hydraulique, de l’Inspection du ministère de l’eau et de l’eau, de la Cellule d’appui à la décentralisation et à la déconcentration (CADD), du Fonds de l’eau, du Laboratoire national de l’eau, de la Cellule OMVS, de l’Autorité d’aménagement de Taoussa et enfin de la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (Somapep-SA).

Cette visite a permis au ministre Sambou Wagué de s’enquérir des conditions de travail des agents et d’échanger avec eux sur les grands projets en cours et les stratégies à mettre en œuvre pour l’atteinte des objectifs pour la satisfaction en eau potable des populations.

Le directeur général de la Somagep, Boubacar Kané, a profité de la visite pour annoncer une bonne nouvelle au ministre. Selon lui, la production en eau potable va doubler à Bamako avec la réalisation du projet de Kabala avec une capacité de 288 millions de m3. Le directeur s’est également réjoui de la construction en cours d’un centre de formation aux métiers de l’eau pour un coût de 5 millions d’euros avec l’appui de l’Agence française de développement (AFD).

A la direction nationale de l’hydraulique, le directeur, Yaya Boubacar Maïga, a attiré l’attention du ministre sur la vétusté des locaux, le manque de personnel et la faiblesse du budget alloué, qui ne fait que régresser. Il a sollicité l’appui du ministre pour la construction d’un nouveau siège.

La coordonnatrice de la cellule nationale de l’OMVS, Mme Ly Fatoumata Kané, et le directeur adjoint de l’Autorité de l’aménagement de Taoussa, Alassane Maïga, ont souligné des problèmes liés à leur lieu de travail situé dans la Zone industrielle.

Al Moustapha Fofana, le directeur du Laboratoire national de l’eau, a noté l’insuffisance des ressources financières et humaines pour son service qui ne compte que deux antennes à l’intérieur du pays (Kayes et Mopti). Selon lui, un nouveau siège sera bientôt opérationnel.

A la Somapep, le directeur général adjoint, Aly Diallo, a évoqué des problèmes liés à la mobilisation des fonds pour investir.

Pour résoudre les problèmes posés par les différents services, le ministre s’est engagé à prendre des mesures idoines dans les plus brefs délais. Il a instruit, sur place, à ses conseillers techniques de traiter rapidement tous les dossiers évoqués. Il a également rassuré les directions et les travailleurs de l’accompagnement du département, tout en les exhortant à une bonne gestion des ressources pour le bien-être des populations : “L’énergie et l’eau occupent une place stratégique dans la lettre de mission du Président de la République, assignée au gouvernement. L’électricité et l’eau sont indispensables, aujourd’hui  pour la vie humaine d’une part et d’autre part pour l’activité économique. Nous avons une insuffisance de production au niveau de l’eau, mais en perspective le gouvernement a posé des actes qui vont augmenter la production d’eau”.

Y. Doumbia

Source: L'Indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Lettre ouverte de Doumbi Fakoly à IBK : « La malédiction des Morts et des Vivants s’ébranle »

Ibrahima Boubacar Keïta le sais-tu ? La Spiritualité est la gestion du rapport du Monde Invisible au Monde Visible ; car les deux dimensions du temps et de l’espace sont imbriquées l’une dans l’autre ; tout événement dans l’une a des répercussions dans l’autre.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi l'alternance démocratique

14 Décembre 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

14 Décembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018