Mardi 25 Septembre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

L'Algérie et la Mauritanie inaugurent leur premier poste frontalier

C'est une première depuis l'indépendance des deux pays. L'Algérie et la Mauritanie ont inauguré dimanche 19 août leur premier poste frontalier, au niveau de la localité de Tindouf, avec pour objectif de booster les relations économiques et commerciales entre les deux pays.

Cette ouverture devrait favoriser la circulation des personnes et des marchandises entre les deux pays. Elle profitera « aux deux peuples », a déclaré le ministre algérien de l'Intérieur, Noureddine Bedoui, présent à l'inauguration du poste frontalier aux côtés de son homologue mauritanien Ahmedou Ould Abdallah.

Ce point de passage à la frontière entre les deux pays « que j'ai eu l'honneur d'inaugurer aujourd'hui, servira de base supplémentaire au renforcement de la coopération humanitaire, économique et sécuritaire entre nos deux pays pour servir les aspirations de nos deux peuples frères », a écrit en arabe dans un tweet le ministre algérien de l'Intérieur.

D'après APS, l'agence officielle algérienne, la construction de ce poste frontalier a coûté près de 8,5 millions d'euros à l'Algérie. Elle fait suite à un accord signé par les deux pays en novembre 2017.

La zone, désertique, a longtemps été connue comme un repaire de trafics et de mouvements de combattants armés. De son côté de la frontière, la Mauritanie avait donc déclaré la région « zone militaire fermée à la circulation des personnes ».

Les deux pays partagent un autre projet : celui de construire une route entre Tindouf, en Algérie, et Choum, en Mauritanie. Deux localités proches du Sahara occidental.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Blog

Dougoukolo Alpha Oumar Ba-Konaré, Psychologue clinicien : « L’identité peule apparaît comme un épouvantail symbolisant la menace djihadiste. Pourtant, cette identité est bien trop hétérogène pour établir un lien aussi simple ».

Les Peuls focalisent actuellement l’attention du fait de l’instrumentalisation de certains d’entre eux par des groupes fondamentalistes tentant de s’implanter localement dans le Sahel.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Mathématiques gondwanaises

24 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Cameroun : à deux semaines de l’élection présidentielle

24 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018