Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Gabon : L’élection présidentielle sous forte tension

Après de longs mois de travail dans l’enceinte de l’ambassade du Mali, les jeunes en charge de la commission électorale ont été  violentés à la fin du travail par les policiers gabonais sous l’ordre de la nouvelle ambassadrice du Mali, Ami Kane.

À cette dernière, ils réclament leur droit à savoir le payement de la somme de 300 000FCFA.

La nouvelle ambassadrice du Mali au Gabon, Ami Kane, n’a payé que 30 000FCFA par  personne sous le prétexte que le budget envoyé par le pays n’est que 750 000 F CFA. Elle a fait savoir un rajout 20 000 FCFA, ce qui a arrondi la somme à 30000 F CFA.

Les jeunes n’étant pas d’accord avec ladite  somme, ont manifesté leur mécontentement, ce qui n’était du goût de l’ex gouverneur du District, Ami Kane.

Sitôt, elle a donné l’ordre aux policiers de tabasser les innocents travailleurs qui ne réclament que leur dû. Dans la foulée, on dénombre plusieurs ressortissants maliens blessés.

Informé, le président du Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME), Habib Sylla et le CJRG ont  appris la nouvelle de la répression des mécontents et décident de porter assistance aux victimes. Les deux ont réconforté les manifestants avec la somme de 79 000 F chacun sur les 300 000 FCFA.

Par ailleurs, l’ambassadrice a refusé de recevoir les jeunes à plus forte raison de leur remettre dans leur droit, sans oublier les objets volés par les policiers.

La nouvelle ambassadrice, Sacko Ami Kane, comme à son habitude a utilisé les moyens illégaux pour bafouiller le droit des Maliennes et des Maliens.

F. Fofana, stagiaire

Source : L'Indicateur du Renouveau 10 Août 2018

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les routes au Gondwana

18 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: un nouvel espoir de paix?

18 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018