Vendredi 14 Décembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Carburant toxique : Le Mali à la traîne de l’interdiction

C’est confirmé, les carburants consommés en Afrique contiennent 300 fois plus de soufre qu’en Europe. Si dans certains pays, on pense à l’interdiction, au Mali, la question est loin d’être à l’ordre du jour.

Les carburants toxiques continuent d’être vendus sur le marché en toute impunité. En novembre 2016, les conclusions du rapport d’enquête “Dirty Fuel” de l’ONG suisse Public Eye avaient choqué le monde entier, car elles révélaient que les négociants européens de produits pétroliers distribuaient du carburant hautement toxique dans les pays africains.

Environ deux ans après, les Pays-Bas confirment ces révélations. La semaine dernière, alors que dans certains pays dont le Mali, on n’a fait le deuil de l’interdiction de la question, les Pays-Bas confirment la toxicité des carburants vendus en Afrique de l’Ouest. Le gouvernement des Pays-Bas vient de publier un rapport sur la toxicité des carburants envoyés et vendus en Afrique de l’Ouest.

Cette enquête du ministère des Transports et du secrétaire d’Etat à l’environnement fait suite au rapport “Dirty Fuel” publié en 2016 par Public Eye. L’ONG suisse avait enquêté trois ans et analysé des échantillons de carburants dans 8 pays africains. Le résultat était sans appel : ces carburants contiennent des substances nocives pour la santé des habitants de ces pays.

Cas du Mali !

L’ONG Public Eye avait enquêté sur les carburants vendus dans 8 pays : l’Angola, le Bénin, le Congo-Brazzaville, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal et la Zambie… Et avait relevé des taux particulièrement élevés de soufre dans le diesel. Une substance qui, selon les Nations unies, provoque des cancers, de l’asthme et d’autres maladies respiratoires.

Dans ce rapport Dirty Fuel, daté de 2016, les Pays-Bas, comme la Belgique, étaient pointés du doigt comme les principaux exportateurs, représentant un peu plus de 60 % des exportations en 2014. Suite à cette enquête, sur pression du Parlement néerlandais, le gouvernement des Pays-Bas a décidé d’enquêter. Et le principal résultat confirme les craintes exprimées par Public Eye, avec des concentrations en soufre 300 fois supérieures à ce qui est autorisé par l’Union européenne sur son sol. Mais surtout, l’enquête néerlandaise note le manque de transparence des producteurs et vendeurs de carburants sur le contenu de ce qu’ils vendent – ce qui rend les opérations de contrôle très difficile – et les opérateurs ne sont pas très regardants sur la qualité des produits qu’ils achètent.

Au-delà du problème de la concentration en soufre, il y a également le benzène, le butène, l’isoprène, le manganèse. Retirer toutes ces substances coûte de l’argent, note l’enquête du gouvernement néerlandais, mais cela est considéré en Europe comme crucial pour la santé des consommateurs.

Source : L'Indicateur du Renouveau  18 Juil 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Lettre ouverte de Doumbi Fakoly à IBK : « La malédiction des Morts et des Vivants s’ébranle »

Ibrahima Boubacar Keïta le sais-tu ? La Spiritualité est la gestion du rapport du Monde Invisible au Monde Visible ; car les deux dimensions du temps et de l’espace sont imbriquées l’une dans l’autre ; tout événement dans l’une a des répercussions dans l’autre.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi l'alternance démocratique

14 Décembre 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

14 Décembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018