Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Aide publique : 64 partis vont se partager 2,6 milliards FCFA

Deux milliards 675 millions de francs CFA, c’est le montant que les partis vont se partager cette année au titre de l’aide publique aux formations politiques. Sur les 200 partis politiques que compte le Mali, 75 ont postulé pour cette aide, 64 ont été déclarés éligibles.

Au sein de l’opinion publique, on s’interroge sur la pertinence de cette aide, et certains exigent le durcissement des conditions d’attribution.

Si on ignore encore la répartition exacte du montant à attribuer à chaque parti, cette répartition prend en compte plusieurs critères, explique le secrétaire général du ministère de l’administration qui a donné l’information ce lundi au cours d’une rencontre avec la classe politique. Ces critères d’éligibilité sont relatifs à la tenue régulière de la comptabilité et des instances du parti, sa participation aux élections, le nombre de députés et conseillers municipaux, etc.

Parmi les formations politiques bénéficiaires de l’aide publique 2018, figurent le parti au pouvoir, RPM, la formation du chef de file de l’opposition, URD, ou encore l’ADP-Maliba.

L’attribution de l’aide publique aux partis politiques intervient cette année en pleine campagne électorale. Les formations politiques devraient entrer en possession de cet argent avant le deuxième tour de l’élection présidentielle.

A la date de juin 2015, le Mali comptait 176 partis politiques. A ce jour, plusieurs statistiques non officielles évoquent plus de 200 partis, pour 15 millions d’habitants et 8 millions d’électeurs.

Cette aide aux partis politiques est annoncée au moment où de plus en plus certains Maliens s’interrogent sur son utilité. Selon eux, les partis n’utilisent pas cet argent à l’éducation à la citoyenneté de leurs militants comme exigé par leur Charte. Certains observateurs recommandent le durcissement des conditions d’attribution.

Avec ST

Source : L'Indicateur du Renouveau  18 Juil 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les routes au Gondwana

18 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: un nouvel espoir de paix?

18 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018