Jeudi 21 Juin 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Mali : Le Mouvement « Antôrôla » invite IBK à renoncer à un second mandat

Le dimanche 20 mai 2018, les responsables du Mouvement « Antôrôla » étaient face à la presse au Centre de lecture et d’animation enfantine (jumelage Bamako-Angers) de la Commune II du district de Bamako pour dénoncer la mauvaise gouvernance du pays sous le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Selon les conférenciers, l’instabilité existe partout au Mali, particulièrement, le nord et le centre du pays. « Nous sommes arrivés à un moment où le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta n’en peut plus. Au regard des échecs, nous demandons au président IBK de ne pas se présenter comme candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. Mais s’il décide de se présenter, il n’aura pas notre soutien comme ce fut le cas en 2013 », précisent les responsables du Mouvement « Antôrôla ».

Cette conférence de presse était animée par le président du Mouvement « Antôrôla », Mahamadou Niaré, en présence de son secrétaire général, Youssouf Niaré, du secrétaire administratif, Mahamadou Bagayoko et des militants et sympathisants dudit Mouvement. « Nous avons improvisé ce point de presse qui malheureusement nous a été imposé par la situation sociopolitique, face à la quelle nous demeurons très inquiet. Nous vous rappelons que le Mouvement An tôrôla est un groupement de société civile à but non lucratif, qui depuis sa création, s’est fixé un but susceptible d’être l’objectif commun à tous bons citoyens maliens : Œuvrer au maximum pour faire de notre patrie une nation de paix, de quiétude ou règne l’harmonie et la justice pour tous », c’est par ces mots que le conférencier, Mahamadou Niaré, président du Mouvement « Antôrôla » a commencé son allocution. Avant de signaler que son mouvement a vu le jour au lendemain du coup d’Etat de mars 2012.

Selon lui, le peuple malien a été trahi par le pouvoir en place. « Le Mouvement An tôrôla s’est donné la tâche d’accompagner le président IBK sur toutes les grandes lignes de sa politique pour que ce quinquennat puisse être une réussite, en le soutenant à travers les marches, les sit-in, les émissions télé et radio phoniques, malgré tout, les agissements du Mouvement An tôrôla n’ont jamais été pris en considération. Ainsi nous constatons que la situation actuelle du pays, l’Etat d’âme des maliens en général confirme une gestion insatisfaisante du pays à tous les niveaux. Nous serons capable de nous battre comme la fois précédente lorsque nous sommes convaincus par le projet de société d’un candidat, sa personnalité, son plan et sa stratégie pour l’intérêt supérieur de la nation », a souligné le conférencier.

En réponse aux questions des journalistes, Mahamadou Niaré a dénoncé l’instabilité qui existe partout au Mali, particulièrement, le nord et le centre du pays. « L’année 2014 a été décrétée l’année de lutte contre la corruption mais ça été l’année où il y a eu beaucoup de surfacturations. Nous sommes arrivés à un moment où le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta n’en peut plus. Au regard des échecs, nous demandons au président IBK de ne pas se présenter comme candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. Mais s’il décide de se présenter, il n’aura pas notre soutien comme ce fut le cas en 2013 », a déclaré le président du Mouvement « Antôrôla ».

 

Aguibou Sogodogo

Source : Le Républicain 22 Mai 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Interview de Hamed Diane SEMEGA Haut Commissaire de l'OMVS

Coup d'gueule

Modibo Fofana, journaliste : « Le Mali souffre de cinq maux: l'obscurantisme, l'analphabétisme, l'opportunisme, le népotisme et le "situationnisme" »

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre (rediffusion)

21 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Angélique Kidjo lance le débat

21 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2018