Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Mali: un maire ayant ordonné aux Peuls de "quitter" sa commune sera poursuivi (gouvernement)

Le gouvernement malien a annoncé dimanche que des poursuites ont été engagées à l’encontre d’un maire ayant ordonné aux Peuls de "quitter" sa commune du centre du pays, une région où des dizaines de personnes ont péri dans de récents affrontements entre les communautés peules et dogons.

Dans un "avis" manuscrit daté du 12 avril, signé de sa main et portant le cachet de la mairie, le maire, Etienne Poudiougou, "demande à tous les Peuls installés dans la commune de Koporona de quitter la dite commune dans les deux jours" (jeudi et vendredi).

"Toute personne qui refuse est responsable de ce qui lui arrivera", avertit le maire de cette commune rurale du cercle de Koro.

"Le parquet a été saisi aux fins de diligenter les poursuites qui s’imposent. En outre, le gouvernement a aussitôt engagé une procédure de suspension", a indiqué dimanche dans un communiqué le gouvernement malien, qui affirme avoir "pris connaissance avec une profonde indignation des agissements" de M. Poudiougou "dirigés contre la communauté peule".

Le 29 mars, la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) s’était dite "préoccupée par l’ampleur des violences intercommunautaires dans les régions du Centre, lesquelles ont fait au moins une cinquantaine de morts".

La Minusma avait salué la visite récente dans la région du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga et les engagements du gouvernement à "faire toute la lumière sur les violations et abus graves des droits de l’homme et à traduire en justice leurs auteurs".

"Nous allons désarmer de gré ou de force les milices. L’Etat ne sous-traite pas sa sécurité", avait assuré M. Maïga le 25 mars à Koro.

La communauté peule accuse régulièrement les autorités de tolérer, voire d’encourager, les exactions de groupes de chasseurs traditionnels à son encontre, au nom de la lutte contre les jihadistes, ce que démentent catégoriquement les représentants de l’Etat.

"Le gouvernement réitère son engagement à ne ménager aucun effort pour ramener la paix, renforcer la stabilité, la cohésion et le vivre ensemble", a-t-il indiqué dimanche.

Face à la "persistance de l’insécurité dans le centre, et en particulier dans la zone de Koro", le gouvernement a par ailleurs ordonné aux forces de sécurité et de défense de "désarmer systématiquement tous les porteurs d’armes" dans la région, selon un autre communiqué diffusé samedi.

Source: AFP

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018