Dimanche 24 Juin 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Scrutin du 29 juillet 2018 : L’alternance divise les opposants d’IBK

Alors que la plateforme travaille pour le renouvellement de la classe dirigeante, l’opposition s’attelle au départ du chef de l’Etat. Une division des opposants d’IBK se dessine.

La question de l’alternance pourrait bien diviser les opposants au chef de l’Etat au cas où il serait candidat à sa propre succession. Si l’on se réfère aux différentes déclarations des acteurs politiques, un constat s’impose : chaque personne a sa propre lecture de l’alternance en 2018.

Fondamentalement, Mamadou Igor Diarra estime qu’il faut donner la place aux jeunes alors que Moussa Mara estime plus au moins comme lui et opte surtout pour le renouvellement de la classe politique. Le candidat désigné de l’ADP/Maliba, Aliou Boubacar Diallo, est également de cet avis. Mais plus qu’un simple souhait, il a fait des propositions concrètes.

“Notre mission principale doit être d’obtenir la véritable alternance. La seule alternance qui puisse sortir le pays de l’ornière. Sur ce sujet, j’entends beaucoup de choses se dire. Mais au fond, certains de ceux qui portent le discours de l’alternance ne cherchent-ils pas encore une fois à nous berner ? L’alternance n’est pas un slogan, c’est un idéal profond pour nous Maliens. Dans l’alternance, il ne s’agit pas simplement de changer de majorité. Il faut changer de gouvernance. Il ne s’agit pas simplement de remplacer un homme mais plutôt de renouveler la classe politique. L’alternance doit être un moyen de changer profondément le système politique, économique et judiciaire de notre pays. Pas simplement de changer un homme”, a-t-il déclaré.

Un système et non un homme en cause

Pour sa part, le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, a prôné l’union sacrée autour d’une seule candidature. A Nioro du Sahel, lors de la désignation d’Aliou Boubacar Diallo, M. Cissé a retiré sa volonté de travailler ensemble avec tous les candidats.

Cependant, l’on est en droit de se demander si la question de l’alternance ne va pas mettre fin à cette alliance. Pendant que la plateforme dont est issue Aliou Boubacar Diallo, Mamadou Djigué, Jean-Marie Idrissa Sangaré, Hamadoun Touré, Baty Diawara, Cheick Modibo Diarra, Jeamille Bittar opte pour un renouvellement de la classe dirigeante, l’opposition veut simplement le départ d’IBK.

Une véritable équation à résoudre avant les élections.

Alpha Mahamane Cissé

Source : L'Indicateur du Renouveau 14 Mar 2018

 

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Interview de Hamed Diane SEMEGA Haut Commissaire de l'OMVS

Coup d'gueule

Modibo Fofana, journaliste : « Le Mali souffre de cinq maux: l'obscurantisme, l'analphabétisme, l'opportunisme, le népotisme et le "situationnisme" »

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Du foot tout le temps (rediffusion)

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2018