Mardi 16 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

RDC: répression meurtrière de la marche du Comité laïc de coordination

A Kinshasa, la police a une nouvelle fois violemment dispersé dimanche matin les manifestations qui avaient été interdites.

Il y aurait au moins 6 morts selon la Monusco, deux selon la police, au moins 65 blessés, toujours selon l’ONU, et 247 arrestations selon l’Acaj, l'Association congolaise pour l'accès à la justice. Le porte-parole de la police a « déploré les deux morts » et assure que des enquêtes sont ouvertes.Les manifestations ont eu lieu contre le maintien au pouvoir du président Kabila, à l'appel du Comité laïc de coordination. La police a chargé les cortèges à la sortie des églises.

La circulation a timidement repris dimanche soir à Kinshasa, les barrages ont été levés, le calme semble revenu, mais la capitale reste sous tension après cette journée où, selon l’ONU, les forces de l’ordre ont une nouvelle fois fait usage de balles lacrymogènes, mais aussi de balles réelles.

Selon le médecin qui a essayé de la soigner, l’une des victimes a succombé à des tirs de rafales. Et parmi les forces de sécurité visibles sur le terrain, il y avait des hommes en uniforme commandos de la police, portant des masques symbolisant des têtes de morts.

Selon l'Acaj, huit religieux étaient encore arrêtés dimanche soir. Le curé de la paroisse Saint-Christophe a été libéré à 19h. D’autres curés disent avoir été brutalisés, parfois pendant la marche parfois après, puisqu’en fin de matinée certaines paroisses étaient encore encerclées, selon des témoins.

A la paroisse Saint-Joseph, par exemple, où les opposants Félix Tshisekedi et Martin Fayulu disent s’être retrouvés coincés pendant deux heures avant de négocier leur sortie. Ou encore à Saint-Augustin où selon le vicaire la police est « entrée dans la paroisse » après la marche alors qu’un corps y avait été acheminé et que des fidèles s’y étaient réfugiés après que leur marche a été dispersée « violemment », disent-ils.

Dechade avait promis à son père de devenir religieuse. Catholique pratiquante, c’est au mois de juillet de cette année que le rêve allait devenir réalité. La famille se préparait déjà et les habits de la fête étaient presque prêts. Le rêve a pris fin brutalement ce dimanche. Son père n’en revient pas...

Reportage à la paroisse Saint-François

Curé «brutalisé» selon l'Acaj

Avant cela, des marches ont bien eu lieu, même si elles ont rapidement été dispersées. Vers midi par exemple, dans le quartier Kintambo on voyait encore beaucoup de jeunes faire face à la police et continuer de braver les tentatives de dispersion. La police, qui dit avoir exercé ses fonctions régaliennes, assure de son côté qu’à partir de 10 h ce dimanche matin, « il n’y avait plus aucun foyer de tension sur les 13 paroisses qui avaient tenté de lancer des marches ». La police qui dénonce « des jets de pierre » et « des pillages » et déplore également neuf policiers blessés, dont deux graves. Une source à la présidence assure qu’un « policier qui aurait tiré à bout portant » a été « arrêté ».

Le ministre de l’Aménagement du territoire Félix Kabange Numbi dit avoir été « attaqué chez lui à Kinshasa, par plus de 300 manifestants » venus de cette paroisse voisine de sa propriété. Il dit avoir appelé la police en renfort qui aurait alors interpellé « 145 personnes » dont l’abbé de la paroisse qu’il accuse d’avoir conduit des manifestants chez lui pour « tout casser ».

L’Acaj assure que les manifestants auraient au contraire cherché refuge chez le ministre après avoir été dispersés. L’Acaj qui déplore la présence d’une dizaine de fillettes  de la paroisse parmi les personnes interpellées. Et assure que le curé a été « brutalisé ».

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Remaniement

16 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Le PDCI tient son Congrès extraordinaire

16 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018