Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Mali: la force Barkhane capture des membres présumés de groupes armés

La force française Barkhane a annoncé jeudi avoir "capturé" des membres présumés de groupes armés jihadistes à Ménaka, dans le nord-est du Mali, alors que sources locales évoquent "l'arrestation de deux innocents" lors de cette opération.

"Dans la nuit du 10 au 11 janvier 2018, la force Barkhane a mené une opération dans la ville de Ménaka pour s'emparer des membres de groupes armés terroristes sévissant dans cette région frontalière du Niger", a indiqué l'état-major de Barkhane dans un communiqué adressé à l'AFP.

"Dans le strict respect du droit international, les commandos ont procédé à des fouilles permettant de saisir de l'armement, du matériel et des documents. Des personnes ont également été capturées afin de lever le doute sur leur contribution aux actions des groupes armés terroristes de cette région", selon le texte, qui ne précise pas le nombre et l'identité des personnes arrêtées. "Cette opération discrète s’est déroulée sans heurts".

"Deux innocents ont été arrêtés par les forces françaises", ont toutefois affirmé des sources locales contactées par l'AFP par téléphone.

"Mon cousin, s'appelle Mohamed Ag Sididi. Il fait partie des gens arrêtés. Mais il n'est pas terroriste. C'est faux, il n'est pas un terroriste", a affirmé Moustapha Ag Mohamed, parent d'une des personnes arrêtées.

Un proche du maire de Ménaka a de son côté affirmé que les "Français, au cours de l'opération, n'ont pas arrêté les vrais terroristes".

"Il faut faire attention. Des gens de Ménaka qui ne représentent rien vont mentir aux militaires français, qui ne vérifient pas bien les choses avant d'arrêter les gens", a ajouté cette source, en réclamant la "libération sans condition des personnes arrêtés".

Dans son communiqué, la force française affirme que "cette opération reposait sur le travail permanent mené par Barkhane, en liaison avec les autorités maliennes et nigériennes, de recherche et de caractérisation de la menace terroriste dans cette région".

Mercredi, la police malienne avait dispersé une manifestation d'une centaine de personnes contre la présence militaire française à Bamako, à la veille du cinquième anniversaire du lancement de l'intervention de Paris dans le pays.

Source: AFP 12/01/18

Commentez avec facebook

Commentaires   

0 #1 captcha boss 26-02-2018 03:02
great submit, very informative. Ι wonder why the other experts
of tһis sector don't notice thіs. Yoᥙ should
continue уour writing. І'm confident, yоu hɑve a huge readers' base аlready!


mу homepaɡe captcha boss: https://Fbenta.com/user/profile/5302
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018